Le roi Sokoudjou Jean Rameaux: La quantité de sang qu’on a déjà versé dans ce village depuis 1960 n’est pas petit

0 80

Le roi sokoudjou jean rameaux demande aux gens qui ont encore un esprit soucieux pour notre pays de consacré dix minutes de leurs temps lonqu’il sera 12h00 heure du Cameroun pour qu’ensemble on médicte pour notre village ,pays avec chacun ses nombres de graines de jujube qu’il peut .

On disait comme ça aujourd’hui pour manger le jujube pour que ca arrange le village!!Le jujube la, nous le mangeons aujourd’hui à 12h nous mangeons pour demander aux dieux de nos ancêtres de couvrir notre village, que les mauvaises choses s’arrêtent, qu’ils changent le coeur des mauvaises personnes et donnent que si chacun cherche sa part de chose il trouve.Les mauvaises choses sont beaucoup comme ça du fait de connaître la vérité tu ne dis pas, et la avec le vampire tu es que un. C’est la vérité qui commande le village.

Donc si tu dis même la vérité on enlève ta tête et le village est sauvé, tu diras que tu étais venu en haut faire qoui? Qui était venu en haut resté? Que chacun cherche le côté pour écrire sa part de morceau de lettre seulement du côté d’arranger jusqu’à même quand tu partiras avec ta part, qu’on sache que tu étais aussi venu en haut.

Même comme ceux qui ont les clés du village par leur façon de faire liment seulement les petits couteaux pour mettre dans le sac du peuple pour qu’ils se piquent leurs corps avec, nous n’allons pas accepter a eux comme ça. je refuse l’autre route la aux enfants du village. Si n’importe qui met la lance dans ta main pour lancer ton frère tu refuses. Il ya les routes pour arranger sans verser le sang par terre. Je ne vais pas me fatiguer de lancer les mains a ceux qui ont les clés du village qu’ils ouvrent la porte pour parler avec les enfants du village.

Lire aussi:   L'historien Jacob Tatsitsa revisite la place de la France dans l'industrie de la torture et de la repression au Cameroun

La quantité de sang qu’on a déjà versé dans ce village depuis 1960 n’est pas petit jusqu’à nous sommes encore dedans aujourd’hui pour verser l’autre.Chacun seul comprends comment son coeur est dedans entrain de cogner. Je n’ai pas un autre village et je pleures comme ça chaque jour ce village en voyant où on le pousse pour envoyé, en regardant ces enfants que nous sommes dedans chaque jour pour accoucher, l’eau de mes yeux sort. Je demande la tête de mon corps qu’on les mettra ou? Donc en partant nous allons arrêter le village? Non, tu ne peux pas être dedans tu as accouché le garçon, accouché la fille ,tu comptes ça s’arrête que sur toi comme vous êtes dedans pour faire la.

Que en partant tu vas arrêter la main de l’enfant que tu as accouché? Je dors sans dormir comme ça, je compte je cherche le côté sans trouver avant de demander que nous mangeons le jujube pour réveiller nos ancêtres. Donc ils sont partis ils sont arrivés ils nous ont oubliés?

Où ils sont partir sans regarder deriere? Lançons nos voix jusqu’à ils entendent.Que chacun ouvre son coeur et dit sa part de chose sur la tête de ce village. Sur la quantité de mauvaise chose ci qui entre sur nous, sur la quantité de souffrance ci que nous voyons. Ce n’est pas sur quelqu’un et laisse quelqu’un. Le noeud n’est plus a quelqu’un. Mangeons le jujube pour couvrir notre village, pour demander notre part de bien rester, pour refuser les mauvaises choses.

Lire aussi:   LES ACTIVISTES CAMEROUNAIS ONT LE DROIT DE MANIFESTER : Réponse à Célestin Bedzgui

Même comme quand je vais faire comme ça, quelques uns qui sont déjà rassasié jusqu’à ils ne rêvent plus qu’ils vont encore avoir faim un jour vont dire que je parle comme ça pour la tête d’un côté du village qui veut la chaise, sachez que c’est la tête du village qui me creuse. Votre qualité de faire aujourd’hui n’est pas ce que j’avais vu et entendu de la bouche de mon père Atangana Simon et si je me trompe de bouche aujourd’hui il ne va pas me laisser dormir jusqu’à ça soit propre.

Je n’ai pas encore payé toute ma dette a ma famille a bikok et je ne vais jamais payer jusqu’à ça suffit. Ce village est un, c’est vous qui êtes rassasiés ojourdhui qui dormez le rêve qu’un côté du village va lancer un autre, ça n’arrivera jamais. C’est le grand morceau qui pleure la famine et comprend mal sur le petit morceau qui a tout pris, qui mange et essuie les mains sur la tête des enfants du village qui étaient venu les accompagner. Ne laissez plus le feu pour souffler sur la cendre.

Aussi je lance les mains a tous les enfants du village de changer leurs façon de faire la corde corde. Retirez la haine , la violence dans la corde corde et retenez surtout qu’elle ne vieillit pas. Retirez quelque chose dans la bouche de quelqu’un ne veut pas dire que vous êtes des ennemis, c’est avec la parole qu’on tappe la parole. Les affaires du village c’est comme le cadavre de la chèvre, on ne porte pas sur la tête, on traine que au sol, là où tu es fatigué tu laisses une autre personne sort deriere il tire aussi.

Lire aussi:   Les prisonniers du regime Biya:La Résistance en dictature!

Ne détruisons pas le reste de notre village avec la corde corde, ce n’était pas l’affaire de tout le monde, que ceux qui entrent sans comprendre donnent un peu leurs corps deriere de peur d’entrer dans la tontine des vampires sans avoir l’estomac dans le ventre.Dès que midi 12h 00 sonne aujourd’hui, chacun mange sa quantité de grains de jujube comme il comprend sur son corps pour que nous pleurons nos corps.

Fo‘o sokoudjou Mpoda ce 29 Août depuis les profondeurs du palais de la chefferie Bamendjou

commentaires
Loading...