La mafia des fonds COVID 19 au Cameroun: “Le commissaire” Boris Bertolt aux trousses des pilleurs de la république

0 549

Le scoop de la matinale de vendredi… COVIDGATE : LA COLÈRE DE FRANCK BIYA CONTRE MOHAMADOU DABO ET MANAOUDA MALACHIE

L’affaire des détournements des fonds alloués à la gestion de la COVID 19 au Cameroun baptisée COVIDGATE semble prendre un tournant inattendu. En effet, le nom de Franck Emmanuel Biya, a récemment été évoqué dans les coulisses. Ce qui a suscité la colère du fils de Paul Biya.

Tout est parti de l’opération de communication récente orchestrée par les responsables de l’entreprise MEDELINE MÉDICAL CAMEROUN SA, principalement mis en cause dans le rapport d’étape de la chambre des comptes pour avoir fait perdre environ 15 milliards Fcfa aux finances publiques.

MEDELINE MÉDICAL CAMEROUN SA a rencontré certains journalistes pour leur donner sa version des faits. L’on a à cet effet appris que l’entreprise sur les 3 millions de tests a livré entre le 30 mai 2020 et janvier 2021, 1 900 000 tests pour un montant d’environ 33 milliards fcfa. 24 milliards 500 millions Fcfa a déjà été payé par l’Etat du Cameroun soit plus de 90%. Il ne reste plus qu’au ministère des finances à payer environ 9 milliards fcfa. Mais Medeline est accusé d’avoir surfacture les tests à hauteur de près de 10 000 Fcfa par tests.

Au cours des entretiens qu’ils ont eu, des journalistes affirment que des responsables et personnes agissant au nom de MEDELINE MÉDICAL CAMEROUN SA leur aurait dit que le propriétaire de la structure, le milliardaire Mohamadou DABO agissait sur onction de Franck Emmanuel Biya et que ces marchés ont été obtenus du ministre de la Santé, Manaouda Malachie parce qu’ils avaient la couverture du fils du président. Et depuis le déclenchement de la polémique, Franck Biya ne décrochait plus le téléphone. Scandale.

Très vite, en fin d’après-midi mardi dernier, l’information arrive aux oreilles de Franck Biya. Il tombe des nues arguant n’être ni de prêt ni de loin associé au COVID 19. Il aurait d’ailleurs lancé : « Ils veulent encore me mettre dans quelle sorcellerie ! ». En colère il aurait à cet effet consulté rapidement ses proches pour savoir s’ils sont impliqués dans les marchés du COVID 19. Notamment Ghislain Nguewou et Phillipe Mataga. Ces derniers ont affirmé avoir évité « les marchés du COVID comme la peste ».

Lire aussi:   "Dr Etoa tu fais déjà comme les gens de la BAS?"

Dans sa furie, il aurait d’ailleurs confié être prêt à se faire auditionner pour démentir ces allégations estimant « qu’il s’agit d’une nouvelle stratégie de diversion pour le discréditer ». C’est alors que le même mardi soir, après renseignement il découvre que les communications de MEDELINE MÉDICAL CAMEROUN SA dans la presse ont été payées. Il confie à cet effet: « Je ne connais pas celui qu’on appelle Mohamadou DABO, je ne l’ai jamais vu. Même pas en photo. S’agissant de Manaouda Malachie, j’ai appris qu’il est ministre de la Santé. Je ne l’ai jamais rencontré ».

Ainsi va la République.

COVIDGATE: LE DIRECTEUR DE CABINET DU PREMIER MINISTRE CONVOQUÉ AU TRIBUNAL CRIMINEL SPÉCIAL LA SEMAINE PROCHAINE

L’enquête de la gestion des fonds alloués à la lutte contre la COVID 19 désormais appelée Covidgate avance à grands pas. Si de nouveaux éléments tendent à confirmer l’hypothèse selon laquelle le premier ministre, Dion Ngute ne serait pas mêlé au scandale relatif à l’octroi du marché de 3 millions de tests à l’entreprise MEDELINE MÉDICAL CAMEROUN SA du milliardaire et Consul honoraire de Corée au Cameroun, Mohamadou DABO ( à droite), n’empêche que les enquêteurs du Tribunal Criminel Spécial ( TCS) ont décidé d’auditionner son plus proche collaborateur, son neveu et directeur de cabinet, Balungeli Ebune ( à gauche).

L’ancien préfet de la Menoua, Balungeli Ebune est attendu en début de semaine prochaine au TCS pour répondre principalement du marché de livraison de 3 millions de tests au gouvernement qui aurait selon le rapport d’étape de la chambre des comptes transmis à Paul Biya le 16 mars 2021, a fait perdre à l’état du Cameroun environ 15 milliards de Fcfa.

Nos sources soulignent que Balungeli Ebune est convoqué parce que c’est lui qui signe au nom du premier ministre le 11 juin 2020 deux lettres: Une au ministre de la Santé, Manaouda Malachie et une autre au ministre des Finances, Louis Paul Motaze.

La première lettre demande au ministre de la Santé « de mener des négociations avec le partenaire coréen » pour la livraison des tests. Tout en lui demandant de signer le contrat pour la livraison de 100 000 tests « au début du mois de juin ».

Lire aussi:   Joachim Arrey: "You must muster courage if you must defend your victory. Prof. Kamto is your president. He won the election."

Au ministre des finances, le directeur de cabinet du premier ministre au delà de lui demander de prendre des dispositions pour le paiement des 100 000 tests qui devaient être livrés au début du mois de juin, lui prescrit de: « tenir la main au suivi cohérent et efficace du règlement des prestataires liées à l’importation de 2 900 000 tests » auprès de MEDELINE MÉDICAL CAMEROUN SA.

Nous avons appris dans nos investigations qu’un certain nombre de questions seront posées au directeur du cabinet du premier ministre, Balungeli Ebune: Connaissait-il MÉDELINE MÉDICAL CAMEROUN SA avant la lettre du 11 juin 2020? Avait-il des liens avec Mohamadou DABO? Est-il intervenu auprès du premier ministre en faveur de MEDELINE MÉDICAL CAMEROUN SA? Est-ce que le 11 juin le premier ministre avait validé l’acquisition de 3 millions de tests auprès de MEDELINE MÉDICAL CAMEROUN SA? Pourquoi avoir demandé au ministre des Finances de prendre des mesures pour payer des factures à une entreprise dont le chef du gouvernement prescrivait seulement des « négociations »?

Mais, le directeur de cabinet du premier ministre semble serein. Convoqué au TCS pour l’instant en tant que témoin, il a d’ailleurs déjà préparé ses chemises qui contiennent l’ensemble des documents qu’il présentera devant les enquêteurs.

Pendant ce temps, s’agissant des tests,

MÉDELINE MÉDICAL CAMEROUN SA a déjà perçu du trésor public 24 milliards 500 millions fcfa soit le montant du scandale de l’avion présidentiel et réclament encore près de 8 milliards fcfa au gouvernement.

+++

UN DIRECTEUR DE MANAOUDA MALACHIE A FABRIQUÉ DES FAUX DOCUMENTS DU COVID 19 POUR LE CONTRÔLE SUPÉRIEUR DE L’ÉTAT

Dans le cadre de l’enquête sur la gestion des fonds alloués à la lutte contre la COVID 19, DIABY OUSMANE chef de division des études et des projets au MINSANTE a fabriqué à Yaoundé des faux documents de gestion impliquant Halim Hayatou pour les remettre au Contrôle Supérieur de l’Etat ( CONSUPE) qui enquête au ministère de la Santé.

Actuellement les responsables du ministère de la Santé font porter le chapeau au vieux Halim Hayatou, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Sante Publique, chargé de la lutte contre les Epidémies et les Pandémies, aujourd’hui décédé. Assurant aux enquêteurs que c’est lui qui gérait la COVID 19.

Lire aussi:   AFFAIRE DE PASSEPORT: Le Pr. Achille Mbembé démonte les mensonges du ministre FAME NDONGO dont l’institutionalisation de la "pénurie des cartons" sert à huiler les noyaux de la corruption.

Des accusations contre Halim Hayatou qui ont rendu Paul Biya très furieux. Les proches du secrétaire d’Etat disent à qui veut l’entendre que « Halim Hayatou est décédé malheureux ayant été mis à l’étroit par des directeurs au MINSANTE à cause de l’argent du COVID 19 ». Or c’est sur lui que Ousmane DIABY veut faire porter le chapeau.

Rappelons que Ousmane DIABY était le président du groupe de travail au ministère de la Santé de lutte contre la COVID 19. On peut lire dans note confidentielle sur « les détournements et dysfonctionnements » dans la gestion des fonds COVID 19, adressée à Paul Biya que j’ai pu consulter qu’il est écrit: « le cas particulier d’un promoteur de trois entreprises, Abakar Sidiki DIABY qui a bénéficié de cinq marchés d’une valeur totale de 796 millions 834 539 Fcfa et qui a des liens de parenté avec Ousmane DIABY ».

C’est donc une famille impliquée dans la mafia des fonds COVID 19.

TRAFIC DE SIGNATURE DANS DES HÔPITAUX DE DISTRICS POUR JUSTIFIER LES DÉTOURNEMENTS DES FONDS COVID 19

Au moment où l’Etat enquête sur la gestion des fonds COVID 19 nous devons garder à l’esprit les médecins et infirmiers avaient été torturés dans les hôpitaux pourtant les moyens étaient disponibles.

Il se passe qu’à cette période, les chefs des hôpitaux de districts avaient reçus à deux reprises 10 millions Fcfa soit au total 20 millions fcfa du ministère de la Santé dans les délégations régionales.

Certains de ces chefs de districts étaient payés simplement avec des cartes nationales d’identité.

Problème: avec les descentes du contrôles supérieur de l’Etat, il faut justifier les fonds reçus. Ainsi dans de nombre chefs de districts les signatures du personnel médical ont été trafiqués pour faire croire qu’ils avaient reçus 5frs. Faux leur argent avait été détourné.

Nos sources indiquent également qu’au ministère de la Santé, des faux documents ont également été fabriqués à Bonamoussadi à Ngoa Elles Yaoundé par des directeurs pour justifier les détournements des fonds COVID 19.

Ainsi va la République

LE MINISTRE DE L’ÉLEVAGE ET DES PÊCHES FABRIQUENT LES PREUVES POUR JUSTIFIER LES DÉPENSES DU COVID 19

Pour sauver sa tête dans le cadre de le cadre de la quête sur la gestion des fonds COVID 19 baptisée COVIDGAT, le Dr Taïga, ministre de l’élevage, des pêches et des industries animales ( MINEPIA) a demandé le 05 mai 2021 à ses services de produire un fichier des producteurs impactés par le covid 19, dans l’optique de leur venir en aide. Ceci sur toute l’étendue du territoire National, pourtant aucun producteur n’a reçu d’aide du fonds covid Minepia.

Monsieur Le ministre, jamais. On ne veut plus garde l’argent là. C’est gentil.

SourceFacebook:Boris Bertolt

commentaires
Loading...