Affaire Agbor Balla Nkongho de l’Université de Buéa: Ambroise Kom recadre Fame Ndongo

0 147

Dans une lettre ouverte à Jacques Fame Ndongo, à qui il donne du “mon frère”, le professeur Ambroise Kom dénonce la violation des franchises universitaires. Je partage cette interpellation publique en ce qu’elle expose la philosophie politique derrière l’université camerounaise sous le régime politique du président Biya méthodiquement mise en oeuvre par les ministres successifs de l’éducation puis de l’enseignement supérieur.

Le traitement que subit aujourd’hui Felix Agbor Balla Nkongho de l’Université de Buea ne peut en aucune manière me laisser indifférent et je me sens obligé d’interpeler mon collègue et frère Jacques Fame Ndongo, pour lui rappeler, au cas où ils lui auraient échappé, quelques principes élémentaires des franchises universitaires et des libertés académiques.

Tout compte fait, il est évident que dans notre pays, l’université n’est qu’un instrument du pouvoir au même titre que les autres appareils idéologiques d’État.Rester silencieux face au traitement qu’on fait subir à Felix Agbor Balla et à la forme de plus en plus hideuse que prend notre enseignement supérieur reviendrait à accepter d’être complice en oubliant ou plutôt en enterrant les valeurs cardinales qui m’ont permis de faire une exaltante carrière d’enseignant ici et ailleurs. Et en définitive, je me demande aussi si c’est bien là le genre de legs que le frère Jacques Fame Ndongo aura voulu pour l’Université camerounaise après une longévité inégalée à la tête du Minesup !”

LettreaFameNdongo

Lire aussi:   LA COMMUNICATION QU'ON N'AIME PLUS EN POLITIQUE : LA LANGUE DE BOIS.
commentaires
Loading...