Révelations sur la mafia et tripatouillages des résultats au concours de l’Enam.

0 536

Dans l’après midi du 16 novembre 2017, au moment où l’opinion publique commence à s’interroger sur la publication des admissibilités au concours de l’Enam, le directeur de l’institution rend public les résultats. Une liste de 1275 noms où figures les noms de Brenda et Junior Biya. Alors que certains admis ont commencé à jubiler, aux 20h, le ministre de la Fonction Publique, Michel Ange Angouing annule les résultats pour « violation de la réglementation en vigueur ». Coup de théâtre. La dernière fois qu’un tel scénario s’était produit s’était en 2006, lorsque Benjamin Amama, ministre de la fonction publique avait annulé les résultats de l’ENAM à l’époque dirigé par Benoît Ndong Soumhet.
Très vite, le premier ministère et la présidence de la République cherchent à comprendre ce qui se passe. Le même soir, aux alentours de 21h, Michel Ange Angouing et Linus Mendjana sont convoqués à une réunion en urgence à la primature. Seraphin Magloire Fouda doit rendre compte à la présidence de la République. Chantal Biya est très vite informé de la situation. A la primature, le ministre de la fonction publique souligne que c’est à lui que revient de publier les résultats. Le directeur de l’Enam martèle que juridiquement rien ne l’autorise dans la loi et qu’il existe à ce sujet un vide juridique. Que les résultats lui sont transmis mais que lui également peut les publier. D’ailleurs, souligne t’il depuis plusieurs années cette situation n’a posé aucun problème. Devant Seraphin Magloire Fouda, le ministre campe sur ses positions et convoque implicitement une volonté d’insubordination. La réunion s’achève en queue de poisson. Michel Ange Angouing maintien qu’il annule les résultats. Le rapport est transmis à la présidence de la République.
En réalité, les deux hommes se regardent en chien de faïence depuis des mois. Dans une ambiance de remaniement ministériel, les proches de l’actuel ministre de la fonction publique accusent le directeur de l’Enam de manoeuvrer pour son remplacement. Le climat est donc tendu entre les deux hommes. Ils ne se parlent presque pas au téléphone. Depuis six mois ils se sont rencontrés à deux reprises. Et les deux fois souligne un proche du ministre, c’était à la primature autour des résultats de l’Enam. La réunion de la premature était la troisième rencontre en six mois révèle notre source au premier ministère.
Informé du blocage, Ferdinand Ngoh Ngoh, secrétaire général de la présidence de la République, convoque en urgence le 17 novembre en matinée Michel Ange Angouing et Linus Mendjana. Paul Biya a été tenu informé. Avant la réunion, Ferdinand Ngoh Ngoh reçoit l’instruction de la part du chef de l’Etat, par l’intermédiaire d’un homme de l’ombre de demander au ministre de la Fonction publique de publier les listes à 11heures. Au cours de cette réunion, Michel Ange Angouing déclare qu’il ne peut pas republier les listes transmises par le directeur de l’ENAM à 11h qu’il a besoin de faire certaines vérifications. Il prend l’engagement de les publier le même jour à 13 heures.
Au sortir de la réunion, Michel Ange Angouing consulte ses proches. Ils décident de faire des réajustements. Alors que les résultats sont attendus à 13h, le ministre de la fonction publique publie un communiqué annonçant la publication des résultats de l’ENAM le même jour. Ces résultats n’arriveront pas. Les candidats doivent patienter. Entre temps dans son cabinet, ce sont les grandes manœuvres. Tout le monde veut placer ses noms. Des allers et retours, rapporte une source. C’est la promotion des enfants du président. 2018 c’est demain. Les listes se bousculent.
Contre toute attente, c’est samedi 18 novembre, c’est à dire un jour non ouvrable, en matinée que Michel Ange Angouing rend public les nouvelles listes. S’il n’a pas modifié les listes publiées le 16 novembre par Linus Mendjana, il a pris soin d’ajouter 452 noms. Ce qui passe à 1727 le nombre de personnes finalement admises. Le directeur de l’ENAM ne digère pas. Coup de fils par ci, coups de fil par là. Rien. Le ministre est son supérieur hiérarchique. Il le martèle d’ailleurs à qui veut l’entendre.
Problème. Sur les 452 noms ajoutés par le ministre de la fonction publique, 17 n’ont même pas composés. D’autres n’ont même pas déposé de dossiers et certains ont déposé le dossier en cycle B et leurs noms se retrouvent en cycle A. les bouchent se délient. Les noms sortent : Ngobo Régine, Yopa Juste, Biopa Sonia. Le cas de Mani Blanche est assez illustratif de la magouille. D’après ses proches, elle a déposé le dossier en cycle B, mais son nom se retrouve en cycle A.
Informé Michel Ange Angouing fait la fine bouche. Son entourage affirme qu’il s’agit de « simples erreurs ». « faux » rétorque un responsable du ministère de la fonction publique. Il précise d’ailleurs que les listes des résultats définitifs sont déjà presque arrêtés par le ministre. Or les oraux ne se sont pas encore déroulés. Selon nos sources, l’un de ses collaborateurs qui avait proposé trois noms s’est vu octroyé un seul nom et est entré dans une colère folle contre son ministre. Le ver est Dans le fruit.
Et dire que ce concours sera validé. Rappellons que c’est cette école qui forme les administrateurs depuis les indépendances.
Ainsi va la République
Boris Bertolt aka B-52

Lire aussi:   A WONDERFUL LESSON, FOR KAMTO AND CAMEROUN
commentaires
Loading...