Il ya 15 ans le Directeur Photo camerounais Bonaventure Takoukam: un as de l’image déposait sa caméra

0 252

Il ya 15 ans décedait le Directeur Photo camerounais Bonaventure Takoukam: un as de l’image. La mort a encore frappé la famille du cinéma africain. le Directeur Photo, le plus illustre et le plus connu au Cameroun, Bonaventure Takoukam s’est éteint vendredi 15 septembre 2006 à l’hôpital de la Caisse de prévoyance sociale de Yaoundé des suites d’une longue maladie. La cinquantaine bien entamée Bona comme on l’appelait affectueusement avait connu ses débuts avec Sam Stephen qui l’initia à la camera et son premier film fut les coopérants de Arthur Si bita.

Image preview
Bonaventure Takoukam et son épouse Pélagie et leurs trois enfants( Jordan, Rita et le bébé Cloé Martine)

Bonaventure Takoukam, cameraman, directeur photo, cinéaste, en somme un magicien des images. Bonar puisque l’on l’appelait ainsi, l ’un des pionniers de la CRTV a cessé de respirer vendredi 15 septembre 2006 à Yaoundé après 6 mois de maladie. Il était 15h à Yaoundé.

Formé sur le tas au ministère de l’information et de la culture, il débute sa carrière à Cameroun Actualité comme cameraman. Il rejoindra la CTV qui deviendra CRTV à sa création avant d’aller pour une formation d’une année à l’INA de Paris.  On lui doit les premières images de la CRTV lors du premier congrès du RDPC en 1984 à Bamenda, la première visite du pape Jean Paul II au Cameroun en août 1985. Les premiers journaux de la CTV.
Image preview Les premiers clips de musique camerounaise. Les premières télés série camerounaises. Il a participé en tant que cameraman et directeur photo dans les films de tout ce que le Cameroun compte de cinéastes ( Bassek Bakhobio, Jean Marie Teno, Jean Pierre Bekolo François Woukouache, Daniel Kamwa, etc…) et de nombreux autres cinéastes  qui avait choisi le Cameroun pour tourner des  des images. Il va faire le tour du monde caméra à la maison où il tournera de nombreuses images En 2002 dans une entrevue réalisée par Olivier Barlet et publiée par AFricultures son ami et collègue Jean Pierre Bekolo disait de lui : « Il y a en Afrique des gens excellents, et dans le cinéma de très bon techniciens : j’ai tourné à Memphis avec un chef opérateur camerounais, Bonaventure Takoukam. Si on croit à la réincarnation, pourquoi Einstein ne se réincarnerait-il pas en Afrique ? Le savoir n’appartient à personne ! »  

Peut être une image de 3 personnes, y compris Jean-Pierre Bekolo et personnes qui sourient
Jean Pierre Bekolo au centre et Bonaventure Takoukam à sa gauche

Tous ceux qui ont travaillé avec lui ou côtoyé, lui  reconnaissent ce talent mais aussi son professionnalisme, son immense sens du sacrifice, son  humilité et son  attachement. Opéré au mois de mai 2006, il devait par la suite être évacué pour d’autres soins sur la France en début du mois de juin. Mais un avis d’un conseil de médecins a trouvé presque inutile de le faire. Dès ce moment nous avions tous su que ces jours étaient comptés, du moins que cela ne révélait plus que du miracle. Malheureusement le miracle n’a pas eu lieu. Il ne restait plus que l’accompagnement. J’ai eu pour la dernière fois une conversation suivie et logique avec lui le 7 août 2006. Une des dernières phrases de lui «MO, Alain (son ami d’enfance Foka de RFI) était ici, on devait tout finaliser pour mon départ pour les soins. Mais,MO, tu sais les médecins m’ont dit qu’ils ne peuvent plus rien, que cela ne vaut pas la peine. Je ne sais pas on se reverra encore. Mais sans doute c’est mieux ainsi, tu es loin, tu n’auras pas à vivre ma descente aux enfers. Tu ne peux pas me reconnaître la maladie m’a rendu invalide. Ta mère ( sa grande sœur) fait ce qu’elle peut avec ses prières. J’essaye aussi mais je n’ai pas de force. J’ai demandé à Honoré (Honoré est un  des nombreux jeunes qu’il a formé à la caméra) de prendre une camera et de me filmer un peu pour toi. Il gardera cette cassette pour toi. Ne soit pas trop découragé. Pense souvent aux enfants aussi souvent que tu peux » .

Les autres fois, ce n’était plus possible car il était très faible incapable d’articuler bien que conscient.   Le 16 août 2006 mon grand frère qui vit à Douala a fait un tour à Yaoundé et m’a envoyé ce courriel à son retour« Je reviens  de  Yaoundé. J’ai  vu  Bona  j’ ai  vu  l’homme  fragilise  par  la  maladie .  J’ ai  vu  l’ homme  dans  sa  finitude. inimaginable  tu  reconnais  juste  la  tête   et  un  timbre vocal  à  peine  audible    terrasse  par  la  douleur. nous  devons  préparer  les  obsèques  malgré    un  possible  miracle. 

Peut être une image de 1 personne
Bonaventure Takoukam, alias Bonar, un as de l’image

Vivre  c’ est  aussi  prévoir. J’ai  aussi fait  ce  que  tu  as  demandé à Yaoundé pour ses enfants. Les   enfants les 3 prenaient leur  baptême» Voilà en quelques lignes les derniers moments. Mon oncle Bonaventure Takoukam qui était le benjamin de ma famille maternelle. Il laisse dans la douleur son épouse Pélagie, 4 enfants dont 3 en bas âge, ma mère Justine qui était une de ses grandes sœurs,  sa grande sœur Jeanne, ses trois grands frères. Il rejoint sa mère et son père décédé en 1989 et 1991 ainsi que sa grande sœur directe Suzy décédé en juillet 2000.  

Ainsi va la vie Bonar  va nous manquer !


Modeste Mba Talla

Lire aussi:   Patrice Nouma : «L’hospitalisation, la mort ou la resurrection de Paul Biya reste le dernier de nos soucis.Nous avons essentiellement pour priorité principale: LE CAMEROUN»

commentaires
Loading...