BORIS BERTOLT aux trouses des bandits des Aéroports du Camerounu

0 415

Le scoop de la matinale de mardi… LE SCANDALE DES QUATRE AUTOBUS DE TRANSBORDEMENT ACQUIS POUR LE COMPTE DU CHAN ET DE LA CAN 2021Pour le CHAN 2021, le gouvernement de la République avait entrepris d’acquérir des autobus destinés aaux transporter les équipes afin de donner un certain rayonnement au Cameroun. Mais force est de constater que les centaines de millions dépensés n’ont servi aque rien.

Que s’est il passé? Tout est un problème de mafia dans leur acquisition par les Aéroports du Cameroun ( ADC). En effet, Dans leurs élans de surfacturation à outrance, le Directeur Général et le Directeur des études et Projets de ADC ont encore fait très fort.En prévision du CHAN et de la CAN organisés au Cameroun, la société ADC a entrepris d’acquérir 04 autobus de transbordement permettant d’accoster les aéronefs au large pour le convoyage des passagers vers les terminaux.

Aucune description de photo disponible.
Aucune description de photo disponible.

La répartition arrêtée est de 02 autobus à Douala, 01 à Yaoundé-Nsimalen et 01 à Garoua. Jusque-là l’initiative est opportune et appréciable, mais, au Cameroun il y a toujours malheureusement un mais, le « Mapartisme » théorisé par l’éminent philosophe MONO NDZANA est encore et toujours au rendez-vous.A la lecture du marché 26/ADC/CIPM/2018 dont nous avons pris connaissance, le coût des 04 autobus acquis en Egypte chez MCV et livrés à Douala hors douane revient à 800 millions de FCFA, soit 200 millions FCFA l’unité. Ce prix comprend précisément :

– La fourniture de 4 autobus ;- La mise en service ;- La formation des chauffeurs à la conduite ;- La formation des techniciens à la maintenance.

Lire aussi:   Redeeming Cameroon from the hands of the Fascist Regime in Power and from Hooliganism

Le problème réside dans le fait que ni le bordereau de prix unitaires, ni le devis quantitatif et estimatif ne détaillent les prix unitaires des fournitures et prestations, la facturation étant présentée globalement.On ne peut donc pas savoir à combien revient précisément 1 autobus sorti d’usine, ce que coûte la formation des chauffeurs et techniciens (qui n’a toujours pas eu lieu).Omission ? Que non, Il s’agit en effet d’une démarche bien huilée visant à masquer une vaste surfacturation avec retro commission. En effet, il suffit de visiter le site internet de MCV pour se rendre compte que ces autobus reviennent à moins de 100 millions de FCFA l’unité.

Même en intégrant le coût des 3 autres items, nous sommes très loin du compte. Chacun peut dès lors se faire une idée précise sur la destination du gap.Par ailleurs, ces autobus que les techniciens disent être de seconde main, livrés depuis plus d’un an ne sont toujours pas opérationnels, la formation des techniciens n’a toujours pas eu lieu.

L’image peut contenir : plein air

Sachant que le délai de garantie prévu par les clauses du marché est d’un an, on se demande bien qui payera la facture plus tard. Ce stationnement prolongé et non justifié entrainera inévitablement des pannes comme observé sur les autres équipements livrés dernièrement sur les plateformes secondaires.La question que les techniciens de l’entreprise se pose est celle de savoir si ce matériel a été acquis pour des séances de photos avec le ministre des transports ou alors pour servir dans les aéroports ?

Le CHAN étant en cours, on se serait attendu à voir les autobus à l’œuvre à Yaoundé-Nsimalen et Douala.Ainsi va la république.Pour toute information confidentielle que vous souhaitez rendre publique.

Lire aussi:   Médailles d’honneur du travail: Une ode à la discipline et la performance

Source: BORIS BERTOLT

commentaires
Loading...