La corruption politique à grande échelle au Cameroun: M. Biya et son régime auraient désormais recours à leur moyen de prédilection pour fragiliser, voire de détruire le MRC.

0 183

Des informations récurrentes font état de l’intensification des efforts du régime de Yaoundé en vue, croit-il, de tenter à nouveau de fragiliser, voire de détruire le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC). Ainsi, à la multitude des mesures répressives et discriminatoires de nature administrative, politique et judiciaires instituées contre le MRC depuis sa création, M. Biya et son régime auraient désormais recours à leur moyen de prédilection : la corruption à grande échelle. La corruption politique et l’achat des consciences ne peuvent permettre de ramener la paix sur l’ensemble du territoire national, avec en priorité la résolution de la crise anglophone. Ils n’effaceront pas d’un coup de bâton démoniaque l’aspiration profonde de notre peuple à se doter de dirigeants politiques légitimes, qui requiert une réforme consensuelle du système électoral, qui, en l’état, garantit les fraudes massives et la perpétuation au pouvoir de dirigeants illégitimes, cause principale des tensions et crises post-électorales dans notre pays.

COMMUNIQUE SUR LA CORRUPTION POLITIQUE AU CAMEROUN_

Des informations récurrentes font état de l’intensification des efforts du régime de Yaoundé en vue, croit-il, de tenter à nouveau de fragiliser, voire de détruire le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC).

Ainsi, à la multitude des mesures répressives et discriminatoires de nature administrative, politique et judiciaires instituées contre le MRC depuis sa création, M. Biya et son régime auraient désormais recours à leur moyen de prédilection : la corruption à grande échelle.

Alors que sur l’étendue du territoire national les populations n’ont pas accès à l’eau, à l’électricité ou aux soins de santé de base ; ou que nombre d’établissements scolaires dans nos villes et campagnes manquent de tout, des centaines de millions de fonds publics seraient détournés en vue de corrompre des militants du MRC.

Lire aussi:   LETTRE PLUS QUE OUVERTE À OWONA NGUINI: «Je pleurs pour ces étudiants qui ont le malheur de vous avoir pour enseignant"

Aux personnes qui auraient décidé de succomber à la corruption, nous ne pouvons que respecter leur décision et les laisser face à leur conscience et face à l’histoire.

L’opinion devrait en tout cas savoir que ces personnes agissent à titre strictement individuel, le MRC n’ayant été ni sollicité, ni impliqué, que ce soit directement ou indirectement, dans une initiative émanant ou encouragée par le régime dictatorial en place.

Autiste et obstiné comme peu peuvent l’être, le régime tente ainsi de divertir les camerounais par ce qu’il espère constituer un feuilleton à succès qui pourrait les éloigner des véritables problèmes du bateau sans capitaine qu’est le Cameroun. Car si la corruption avait réglé un seul problème au monde, la Coupe d’Afrique des Nations aurait bien eu lieu au Cameroun en 2019, les camerounais auraient tous eu accès à l’eau potable en l’an 2000, le réseau routier national se serait développé en dépit des surfacturations ; etc.

Il en sera de même, comme en tout temps du reste, de la corruption politique. Si elle avait la force de porter quelque fruit, il y a bien longtemps que les gouvernements de M. Biya auraient fait du Cameroun, en 39 ans de règne, la puissance qu’il mérite d’être. Ce régime est plus que jamais incapable de quoi que ce soit de positif pour le Cameroun.

Il n’a cure de la misère des Camerounais de toutes régions, de la non-satisfaction de leurs besoins sociaux élémentaires que sont l’accès à l’eau potable, l’électricité et les soins de santé primaires, encore moins du recul économique de notre pays marqué notamment par le détricotage de son tissu industriel.La corruption politique et l’achat des consciences ne peuvent permettre de ramener la paix sur l’ensemble du territoire national, avec en priorité la résolution de la crise anglophone.

Lire aussi:   A PROPOS DES PRESIDENTIELLES : ET SI ON ETAIT DANS UNE FEDERATION ?

Ils n’effaceront pas d’un coup de bâton démoniaque l’aspiration profonde de notre peuple à se doter de dirigeants politiques légitimes, qui requiert une réforme consensuelle du système électoral, qui, en l’état, garantit les fraudes massives et la perpétuation au pouvoir de dirigeants illégitimes, cause principale des tensions et crises post-électorales dans notre pays. Le peuple camerounais doit demeurer mobilisé et concentré sur l’essentiel, à savoir la quête de sa libération.

Le succès qui s’annonce sème la panique dans camp d’en face. Le peuple de la Résistance reste debout et peut compter sur le MRC et le Président Elu qui lui restent fidèles et ne le trahiront pas. Le MRC est un état d’esprit. L’esprit ne meurt pas.

Fait à Yaoundé, le 18 décembre 2020

Le Secrétaire général

Me Christopher Ndong

commentaires
Loading...