Chantal Pulchérie Biya sous perfusion ?

0 1 223

On apprend de source généralement bien introduite que Chantal Biya, première dame du Cameroun, serait sous perfusion dans la clinique de la présidence de la république depuis vendredi 22 mars.

En effet s’il faut en croire ladite source, elle souffrirait, croirait-on,  d’une fatigue généralisée couplée à une déshydratation subite et prononcée.

Pour le moment, 2 médecins, qu’on dit italiens ou espagnols, seraient arrivés en secouristes au Cameroun samedi matin, et se trouveraient présentement à ses côtés en attendant probablement une évacuation médicale discrète qui pourrait se faire dans les prochains jours.

On rappelle que la première Dame est apparue très amaigrie et très affaiblie, le 8 mars dernier, lors de la célébration de la Journée internationale des femmes. Son état physique qui a surpris une majorité des camerounais qui n’avaient jamais vu leur première Dame aussi amaigrie en quelques semaines seulement,  contrastant avec les images d’elle en pleine forme, moins d’un mois seulement lors de la fête anniversaire de son mari, le chef de l’État Paul BIYA, qui a eu 86 ans le 13 février dernier.

Qui plus est, il est à rappeler qu’initialement prévu pour se rendre au Sommet de la Cemac à Ndjamena, Paul Biya a finalement fait faux bond à la dernière minute. Pourtant attendu à N’Djamena pour succéder à Idriss Deby Itno à la présidence de la CEMAC. Raison de plus pour alimenter  une rumeur de plus en plus persistante sur l’état de santé, que la rumeur veut dégradante et préoccupante de son épouse. Ce qui, à coup sûr,  pourrait à tort ou à raison,  amplifier et relancer ce qui se disait déjà d’elle depuis les images retenues de sa sortie, qu’on a dit très amaigrie et très affaiblie, du 8 mars.

Lire aussi:   PATRICE NGANANG: "LES ANGLOPHONES EN ONT MARRE DU POUVOIR ANGLOPHOBE de YAOUNDE

En tout cas, seule une sortie publique de la première dame dans les prochains jours pourrait taire la rumeur sur sa santé.

En attendant on lui souhaite bonne guérison si elle est malade.

commentaires
Loading...