IL FAUDRA ÊTRE PATIENT !

0 195

Ce combat va durer longtemps, parce qu’on ne renverse pas une tyrannie de 36ans en lui soufflant simplement dessus. Il va falloir être patient. Mais la patience, hélas, ça ne suffit pas. Il nous faut acter, nous battre constamment, perpétuellement jusqu’à ce que s’effondre la grande muraille.

La dictature de Biya dure depuis 36ans mais ses réseaux, il les a conçus depuis plus de 50 d’abord en pactisant avec aujoulat. Aujourd’hui on ne doute plus du pouvoir de l’homme et de l’étendue de son système; la candidature de MAURICE KAMTO nous aura permis de voir çà.

Le système Biya sur le plan national c’est ce réseau puissant qui intègre tous les secteurs d’activité. On a vu des banques refuser d’agréer des comptes à Maurice Kamto et au MRC; on a vu des proviseurs de lycées, des principaux de collèges décliner toute demande de salle faite par le MRC pour la moindre de ses activités ; on a vu les médias : la presse, la radio, la télé et même les réseaux sociaux se déployer contre un seul homme, Maurice Kamto ; on a vu des professeurs d’université patauger dans des bassesses
inimaginables pour salir l’image d’un seul homme, Maurice Kamto ; on a vu le transporteur aérien camer-co annuler un vol juste pour empêcher à Maurice Kamto de se déplacer ; on a vu l’armée, sa branche milicienne pro-biya, se déployer contre un seul homme MAURICE KAMTO ; on a vu des personnalités de la société civile, des partis politiques dits de l’opposition se déployer contre un seul homme, Maurice Kamto ; on a vu des chefs traditionnels se déployer contre un seul homme, MAURICE KAMTO; on a vu l’administration civile, les sous-préfets donc, se déployer contre un seul homme, Maurice Kamto ; on a vu la justice se déployer contre un seul homme ; Maurice Kamto ; on a vu les services de renseignement se déployer contre un seul homme, Maurice Kamto.

Lire aussi:   Georges Gilbert BAONGLA épingle Amougou Belinga qu'il désigne comme "le chef de gang"

J’en oublie sûrement.

Qu’est-ce qui s’est passé pour que cet homme soit aujourd’hui plus
combattu que la secte Boko Haram ? Que le choléra qui a fait 47 morts la semaine dernière dans l’extrême-nord ? Que la famine, la misère, le grand banditisme, l’insécurité dans l’Adamaoua ? Pourquoi le voit-on comme un danger? Parce qu’il en est un pour le pouvoir tyrannique.

C’est bien la première fois que pour une élection Biya déploie tout son réseau d’engrenage y compris à l’étranger notamment avec les agences de presse américaines payées avec l’argent du contribuable camerounais pour ‘laver » le sang du peuple sur son image. Par ricochet, c’est donc bien la première fois que le régime en place sent ses fondations vibrer au coup de pied d’un individu. Mais ce n’est pas l’homme en soi qui fait peur, ce sont ses prouesses.

 

C’est sa ténacité, son énergie, sa détermination, sa conviction et surtout son caractère convainquant qui a séduit aujourd’hui
la majorité du peuple camerounais. Lorsque vous avez face à vous quelqu’un qui n’a jamais perdu un seul de ses combats vous êtes obligés de vous demander si la nature fera de vous une exception à la règle.

Vous usez de tout ce que vous avez dans le ventre et en dessous. Vous convoquez des sorciers, vous dépensez des centaines de milliards, tout çà pour équilibrer un peu le rapport de force. Vous usez de tous les pouvoirs que vous avez sur tout.

Mais lorsque après tous vos efforts vous ouvrez les yeux et vous rendez compte que votre adversaire est toujours debout, qu’il n’a pas fléchi d’un genou, il vous reste de continuer à vous battre désespérément à votre habitude, coups bas sur coups bas pour tenter de lui retirer un peu de sa légitimité au près du peuple.

Oui on l’a compris, le système Biya un très puissant ; il est parvenu à
corrompre tout le monde sauf un seul homme : et c’est bien MAURICE KAMTO président élu et légitime. Maintenant qu’on le sait, maintenant que Maurice Kamto nous a prouvé qu’il est le seul qu’il faut soutenir, nous devons nous battre jusqu’à la dernière énergie pour récupérer notre victoire. Mais pour çà, je le disais ci haut, il va falloir être patient.

Lire aussi:   CAMEROUN : LE SYSTÈME JUDICIAIRE AU COEUR DU DÉSASTRE

Le peuple n’a pas été préparé à affronter une crise postélectorale. Il
redoute la rue qu’on lui a trop souvent présentée comme étant un sentier vers l’enfer, vers la mort. Or, j’aime à le préciser, la rue n’est pas
l’ennemie de la démocratie. La rue c’est l’un des terrains importants du
référendum. Elle parle haut pour les minorités et trahir aisément leur
choix qui attend juste d’être respecté. Celui qui musèle la rue, qui la
militarise, signe la mise à mort de la démocratie. Il est bon de laisser
les gens manifester pour savoir ce qu’ils pensent. Or au bled, chez nous, on a fait de ce lieu démocrate un véritable terrain de de massacre, de bavures, de violences multicolores où qui marche est violé, qui marche est assassiné, qui marche est emprisonné, qui marche est bastonné.

Pris sous ce prisme, il ne faut pas espérer que le peuple, francophone, s’approprie spontanément d’un espace qu’il conçoit lui-même déjà comme le lieu de sa mort. C’est pour çà que je dis qu’il faudra être patient et ne compter quesur deux choses pour l’instant:

— les actions de la diaspora qui constituent aujourd’hui l’essentiel du
combat. À cet effet il est important de rappeler à celle-ci que son combat sera long et épuisant. Mais nous devons faire serment de volonté achevée.

Le besoin de rentrer chez nous, le besoin de voir nos villes Camerounaises briller comme Paris doit nous conduire à combattre sans relâche pendant au moins un an.
— la communication. Communication is a War. s’il y’a des gens qui n’ont
pas voté pour Maurice Kamto, s’il y’en a qui le détestent, qui le voient
comme un monstre sans trop savoir pourquoi c’est bien à cause de la
communication du camp adverse.

Lire aussi:   SEVERIN TCHOUNKEU PDG DE EQUINOXE: SOUTIEN TOTAL

Il faut investir dans la communication, recruter des blogueurs, des influenceurs web à notre cause qui investiront les réseaux sociaux.

L’enjeu ici est de susciter la révolution chez le peuple en le poussant à bout de sa patience par des choses qu’il ne sait pas de ce régime criminel. Il faut l’aider à dépasser ses peurs et çà c’est un travail de titan. Mais la communication sur les réseaux sociaux ne suffit pas ; il nous faut une télévision pro Kamto.

Je crois à cet effet qu’elle est entrain de se mettre en place. J’invite les uns et les autres à participer à ce projet en le finançant ou en lui apportant leur compétence. Il faudrait que d’ici Janvier qu’elle soit opérationnelle. Une radio pro Kamto n’est pas à exclure.

On aura des moments de découragement ; on les a déjà eus d’ailleurs
plusieurs fois. Mais si Jésus avait succombé aux tentations dans le désert il n’aurait pas pu accomplir sa mission. Cette guerre a plusieurs
batailles et il faut savoir qu’on ne les gagnera pas toutes: MAIS ON
GAGNERA LA GUERRE SI L’ON EST PATIENT ET COORDONNÉ!

Kand Owalski

commentaires
Loading...