Ottawa: Une médaille d’excellence canadienne pour le Camerounais Franklin Epapè

0 322

Le jeune Duala de Bonewonda de 35 ans né à Yaoundé et fondateur du nouveau cabaret ‘Fufu Club’ d’Ottawa avait su se rendre incontournable au sein des communautés africaine et afro-caribéenne. Parmi les quelques dizaines d’heureux médaillés de l’excellence canadienne du 17 décembre dernier au Longfields-Davidson HS de la cité industrielle de Nepean, on comptait un ressortissant de l’Afrique centrale : le Camerounais Franklin Epapè…

La cité industrielle banlieue de la capitale Ottawa célébrait, pour la première fois, des « citoyens exceptionnels », à l’occasion des 150 ans de la confédération canadienne. Le demi-millier des participants à la consécration collective de l’ouest d’Ottawa avait répondu à l’invitation du député fédéral libéral Chandra Arya, hôte de l’événement de cette circonscription high-tech d’environ 180 000 âmes.

D’après l’accroche du raout, l’élu du parti du Premier ministre canadien Justin Trudeau récompensait, en effet, à Nepean, au nom du Canada, ceux ayant «fait la démonstration d’un service exceptionnel à la communauté » par un « haut niveau d’excellence ».

Intrépide fils de pasteur né à Yaoundé – où il a parfait son bilinguisme au Lycée bilingue d’application avant d’aller en France, puis au Canada -, Franklin Epapè n’a certainement pas usurpé sa médaille. À à 35 ans, ce bon vivant Duala de Bonewonda-Akwa-Nord, affable, énergique, rieur et croyant est devenu, en un septennat, un incontournable d’Ottawa. Telle est sa magie.

Avant d’être vice-président de l’association locale des Camerounais COCACO (Cameroonian Community of National Capital Region), Epape était déjà homme à tout faire, armé de générosité, de sa force de travail, de sa polyvalence et d’humilité.

Bon vivant
Epapè est, à la fois, gérant d’agence de santé à domicile; président de la communauté Sawa d’Ottawa-Gatineau; président de l’organisme Coopération Intégration Canada (CICAN) qui accueille les nouveaux arrivants; personne-ressource de la communauté afro-caribéenne à la ville d’Ottawa; enseignant au Collège des arts appliquées et de technologie ‘La cité collégiale’ d’Ottawa et à l’École des adultes ‘Le Carrefour’ de la même ville… Il a fondé, sur Montréal Road à Vanier, le nouveau cabaret-dancing restaurant ‘Fufu Club’ d’Ottawa, copié sur le modèle parisien…

Lire aussi:   Le collectif des indignés SAWA de Eboule Essambe se plante dans son memorandum les inepties de députés autochtones versus députés allogènes

Son compatriote Bulu Ebanda de B’béri, professeur au département de communication de l’Université d’Ottawa, confirme : «Franklin (…) un jeune frère très très engagé, positivement et au-delà du bla-bla de plusieurs (…). Je ne suis donc pas étonné qu’il ait eu ce prix franchement mérité…»

Président de la COCACO et politologue à l’Université d’Ottawa, Serge Élie Banyongen reconnaît en ce factotum de son équipe « un leader communautaire qui travaille inlassablement pour l’épanouissement de sa communauté au Canada. »

Pour M. Banyongen, « Son action a permis à notre jeunesse de reprendre espoir en ses capacités. Il a aussi contribué à établir les ponts entre nos communautés et [les Canadiens] tout en entretenant le dialogue et la flamme dans les relations au sein même de son propre groupe. »

Le panafricaniste et fondateur de l’association Racines et Culture Canada, César Ndéma-Moussa, conclut : Epapè est « Un frère à soutenir pour de nombreux projets à venir » en vue de « bâtir une communauté forte. »

Jean-Marc Soboth

commentaires
Loading...