CRISE POLITIQUE DITE ANGLOPHONE: NOUVELLE PREUVE PAR 9 DE LA FEYMANIA DU POUVOIR RDPC

0 166

Jeudi le 07 décembre 2017, à l’issue d’un bras de fer « musclé » soutenu de près de cinq heures (de 16h à 21h) entre le Président du Sénat et les Sénateurs du SDF, bras de fer qui marquait ainsi le début des travaux de la séance plénière du jour, et à la faveur d’un huis-clos requis par le premier cité, un compromis a été obtenu pour la poursuite paisible des travaux, consistant pour le Président à annoncer solennellement à l’hémicycle l’inscription de la crise dite anglophone à l’ordre du jour de la prochaine plénière. Chose faite. Pourtant, que diable! C’était sans compter avec l’esprit truand et roublard qui caractérise les vieux briscards de la Mafia Gouvernante.

Hier soir le samedi 09 décembre, rendus à la Conférence des Présidents (laquelle précède formellement la plénière et en fixe l’ordre du jour), NIAT et ses acolytes ont tourné en dérision et rejeté sans ménagement la proposition de résolution ad-hoc présentée par le SDF conformément à la loi (Règlement Intérieur) et comme convenu la veille. En outre, cette instance n’a curieusement arrêté aucun ordre du jour pour la plénière subséquente qui a tout simplement avorté au motif de vices divers (défaut d’ordre du jour, convocation à l’emporte-pièce, pas de quorum, …).

C’est donc dans un cafouillage indescriptible et où nous attendions encore de voir clair après le passage des « nuages », que les choses ont rapidement basculé dans l’absurde totale. Sans transition, nous avons été plutôt informés que le Ministre des Finances qui a eu à poiroter avec sa suite pendant plus de trois heures d’horloge dans la salle d’attente, était déjà dans la Salle des Travaux en Commission, pour attendre le démarrage de l’examen du Projet de la Loi de Finances de l’exercice 2018 avec la Commission des Finances et du Budget. Un projet de loi dont le dépôt légal de la mouture adoptée à l’Assemblée Nationale n’a pas encore eu lieu jusques-là. C’est donc de cette manière cavalière, et dénuée de toute hygiène dans la bêtise, qu’a aussitôt démarré le bal du passage des Membres du Gouvernement devant ladite commission, lequel bal s’est poursuivi ce matin et va continuer jusqu’à mardi, la clôture de la session été prévue pour mercredi prochain.

Bref, pour raccourcir ce long conte sordide du genre d’un gala des hiboux, il y a lieu de constater que c’est le législateur (le pouvoir RDPC), lequel clame qui à tue-tête que « le Cameroun est un Etat de droit » (quand cela satisfait ses intérêts égoïstes), c’est celui-là même qui maintenant piétine la loi quand ça l’arrange pour assouvir ses instincts et autres convoitises.

Lire aussi:   Georges Gilbert Baongla dénonce Martin MBARGA NGUELE & CIE

Comme quoi le combat continue. Le voleur ne lâche pas, le chien de garde non plus. Au propriétaire (le peuple) de jouer pleinement son rôle en temps utile.

 

Etienne Sonkin

commentaires
Loading...