Pr. Richard A. Joseph : Célébrer Um Un Devoir De Mémoire : Ruben Um Nyobè Et Le Projet Du Cameroun

0 106

 Au moment où on célèbre la vie de Ruben Um Nyobè, nous avons décidé de revenir sur le premier ouvrage collectif dédié non seulement au combat de Um, mais à celui de tous les nationalistes et résistants camerounais.  Nous allons publier à partir de ce jour, et durant toute la semaine des extraits de textes de l’ouvrage Remember Um Nyobe :Resistance- nationalisme et mémoire. Préface Richard A. Joseph, Edition Langaa -RPCIG, 2021. Le premier extrait est la préface de l’ouvrage de Modeste Mba Talla . Le préfacier n’est nul autre que le professeur émérite Richard A. Joseph .

 

———————

C’est un grand honneur pour moi d’avoir été invité à écrire l’avant[1]propos de “Remember Um Nyobè”. J’applaudis la contribution de Modeste Mba Talla et de ses collaborateurs au présent volume. Le présent ouvrage, en cherchant à inscrire Um Nyobè dans le cadre des discours comparatifs sur le nationalisme, l’anticolonialisme, l’antiracisme, la démocratie et l’autocratie, traite de la renaissance du Cameroun et de son leader nationaliste. En tant que jeune chercheur, j’ai été impressionné par la clarté de la pensée d’Um Nyobè, la force de ses arguments et l’ampleur de son apprentissage. Il n’était pas seulement un syndicaliste courageux et un homme politique charismatique, il était également un penseur de premier plan sur des questions politiques, économiques et sociales qui dépassaient largement le cadre camerounais. (…)

En raison de ses extraordinaires vertus intellectuelles, politiques, éthiques et spirituelles, Um Nyobè continuera à vivre parmi nous. Quiconque étudie les écrits de Um Nyobè voit se dessiner sa personnalité, son caractère et sa perspicacité.18 On comprend pourquoi le grand édifice du colonialisme français et ses justifications idéologiques furent ébranlés par les mots et l’activité politique d’un employé subalterne de l’administration coloniale. Um Nyobè représentait une menace qui ne pouvait être réduite au silence par les pressions exercées sur lui ni la corruption. Seule la dissolution de son organisation politique, puis son exécution ayant eu raison de lui. L’histoire n’en a pas moins « absous » Um et ses camarades dont la « vie après la vie» a énormément changé.

Plusieurs auteurs ayant participé au présent ouvrage cherchent à combiner les idées de Um Nyobè et leurs valeurs et à les appliquer aux défis que rencontrent le Cameroun aujourd’hui. Je les rejoins sur un point central de leur argumentation : en écrasant le mouvement nationaliste et en interdisant toute mention de son nom et de ses exploits depuis des décennies, le gouvernement camerounais a vidé la nation camerounaise d’une partie essentielle de son identité. Aucune des deux figures politiques majeures du Cameroun depuis la fin des années 1950, à savoir Ahidjo et Biya, ne sont devenues des personnalités incontournables sur la scène africaine, mais aussi mondiale – Biya l’étant encore moins que Ahidjo. Aucune idée importante en matière de gouvernance associée à leur nom ne peut leur être attribuée. La platitude de la politique camerounaise a ainsi fini par décourager bon nombre de chercheurs de calibre. (…)

Le défi que pose un tel projet proposé peut être initié par la Diaspora Camerounaise, comme le prouve Remember Um Nyobè. Ce projet peut également bénéficier de l’apport de chercheurs non camerounais inspirés par la vie et la pensée de cet homme extraordinaire, de façon, à donner un nouveau souffle au travail qu’Achille Mbembé et moi avions amorcé il y a plusieurs décennies.

Le Cameroun doit retrouver la place qui lui revient dans le concert des nations africaines, et les vaillants efforts de Um Nyobè, de ses camarades et des intellectuels qui lui ont succédé doivent être des éléments constitutifs d’une renaissance du Cameroun. Depuis sa mort, le Cameroun a produit un grand nombre de penseurs dynamiques. Mais les efforts de ces derniers ne pourront être que limités tant que leur prédécesseur, Um Nyobè, n’est pas sortit de l’ombre. Contrairement à Awolowo, Nkrumah et Nyerere, qui ont publié un grand nombre d’écrits au cours de leur engagement politique de plusieurs décennies. Um Nyobè n’a pas eu cette opportunité. L’objectif de cet ouvrage est non seulement de se « souvenir de Um Nyobè », mais aussi de raviver la présence intellectuelle et politique parmi nous. Car comme l’écrit fort justement Modeste Mba Talla : « Um Nyobé comme idée n’a jamais été aussi présente qu’aujourd’hui ».

Professeur émérite Richard A Joseph

Lire aussi:   PIMENT NOIR EXLIQUE CE QUE FAISAIT PAUL PILLARD QUAND ON L'ATTENDAIT A L'ONU.

Livre : Modeste Mba Talla, Remember Um Nyobe : Resistance- nationalisme et mémoire. Préface Richard A. Joseph (Northwestern University, USA), Edition Langaa -RPCIG, 2021

commentaires
Loading...