POURQUOI ISSA HAYATOU N’EST PAS DEVENU LAMIDO DE GAROUA

0 223

“ L’intronisation de sa majesté IBRAHIM ElRachidini au titre de Lamido de Garoua s’est déroulée de manière parfaite que l’implication discrète mais musclée de l’Administration n’eut d’égal que la transparence opaque dont fit preuve le préfet de la Bénoué Monsieur OUMAROU HAMAN WABI à l’issue de l’élection à laquelle sont soumis les 12 notables de la cour royale ce, dans la naïveté et la satisfaction de la populationCertes, le défunt Majesté Garga Alim Hayatou fut décédé le 05 avril 2021 et le communiqué radio constatant la vacance au Lamidat intervînt par les soins du préfet du Département de la Bénoué en date du 06 mai 2021En revanche, l’histoire retiendra que très longtemps la ville de Garoua fut abandonnée à elle-même tant du fait de l’absence prolongée du Lamido en raison de l’exercice de ses fonctions Gouvernementales à Yaoundé que la mort à petit feu de nos traditions, nos us et coutumes l’une se chevauchant sur l’autreEn effet, par rapport à la préoccupation de l’heure on doit tenir pour évident que les autorités Administratives mises en ordre de bataille au respect des instructions de la haute hiérarchie ont conjugué leurs efforts pour accompagner Monsieur le Préfet l’acteur majeur du jour qui s’acquitta de son devoir avec maestria.

Dés lors croire que l’Etat peut laisser le destin de Garoua la troisième ville du Cameroun se jouer dans les mains, le choix et la volonté de seulement douze (12) notables au respect de la tradition, c’est faire preuve d’une naïveté maladive.Par contre, cacher l’arme du crime et en arriver au forfait sans être indexé qui mieux, sans heurter la sensibilité de la population, témoin oculaire des scénarios au contour de ce pseudo consultation, voilà un crime parfait comme on souhaiterait que cela fasse tâche d’huile désormais dans l’organisation pour la succession à la tête de nos Lamidats.

En outre, s’il y’a quelqu’un qui n’était pas pressenti à la tête du Lamidat de Garoua à l’aune de la vacance ouverte de suite du décès de sa majesté Alim Garga Hayatou, c’est bel et bien le Commandant IBRAHIM El-Rachidini .Certes, il est prince de Garoua dans la lignée des successeurs potentiels partant, il rempli tous les critères, toutes les conditions d’éligibilité.En revanche, effacé, très peu connu du public, seul son entourage proche le voyait venir à grandes enjambées pour succéder à son oncle feu Alim Garga Hayatou .

Pourtant, à l’instar du feu de brousse qui gagne progressivement le terrain, il posait des actes salutaires en amont, volant au secours des démunis, se rendant disponible auprès des nécessiteux que ses qualités d’homme ont vite capté l’attention des uns et des autres, aussi le choix heureux dont il est l’objet qu’il fut applaudi par chacun et par tous.

Son seul regret dont il déplore à présent c’est d’avoir croisé le fer et remporté la compétition face à son oncle, son tuteur, j’ai nommé le Président Issa Hayatou.Hélas ! on ne peut pas faire les omelettes sans casser les œufs. Qui plus est il faut tout de même un Hayatou porte Fanion à l’arrivée à l’instar d’IBRAHIM El-Rachidini pour pérenniser l’histoire de la dynastie Hayatou plutôt que de laisser libre voie à certains larrons dans leur ambition effrénée mais combien légitime de tenter de reconquérir le fauteuil de leur arrière grand parent, feu sa Majesté Lamido Bouba.Qu’à cela ne tienne, le candidat ISSA Hayatou ex président de la Confédération Africaine de Football (CAF) non moins vice président de la FIFA n’en voudra qu’à sa tête pour sa cinglante défaite.D’abord pour n’avoir pas compris qu’il avait en face de lui certaines forces occultes tapies dans l’ombre de la rancune tenace, hostiles à son élévation au titre de Lamido de Garoua d’une part.

Qu’il s’accommoda d’autre part dans sa campagne électorale des personnes peu recommandables, vomies par la population et dont la seule présence dans ses rangs suscite la répugnance de l’électorat.Notamment, entre autres le président de l’Assemblée de la chefferie traditionnelle qui ne compte pas un seul notable dans ses rangs qu’il n’apporta que sa seule et unique voix au candidat ISSA Hayatou.Nonobstant l’implication magistrale à coût de millions de francs CFA du président ISSA Tchiroma Bakary qui réussit à convaincre son candidat à l’amorce de la ligne d’arrivée d’utiliser l’artillerie lourde à savoir cinq (5) millions de francs CFA investis en sus de 01 million octroyé précédemment avant l’implication de Tchiroma au titre de l’achat de conscience de chaque électeur dont un seul en a décliné l’offre.Dans ce contraste marrant on doit le constater pour le déplorer :Monsieur ABDOULAYE le fils de ISSA Hayatou est fou furieux contre ISSA Tchiroma Bakary qui entraine son père à des dépenses folles.

Lire aussi:   Jean-Bruno Tagne: Le vrai responsable c'est qui ?

Pendant que Marie Claire sa maman invite son époux après les avoir humilié, à bien vouloir charger tout son argent dans du pain et alors de le manger tout seul.Par ailleurs au lieu de s’embarrasser dans ses rangs du soutien des sieurs ISSA Tchiroma Bakary (après la dislocation de sa base électorale à Garoua conséquence juste de sa défaite aux dernières élections législatives comme plus jamais il ne gagnera les élections à Garoua selon la promesse de la jeunesse militante du FSNC).

Sarki Fada SOULEYMANOU Iya Bano ne représente désormais que l’ombre de lui-même, tapis dans l’autoritarisme archaïque de bas étage. Aussi le président ISSA Hayatou avait un choix capital à faire. A savoir :- Accompagner l’un des candidats parmi ses fils et le porter au trône-

Défier véritablement l’hostilité de ses pourfendeurs à coût de billets de banquecomme il en dispose à foison et sortir la tête hors de l’eau. Tant il aurait suffi une enveloppe de cent quarante (140) millions pour contrarier les électeurs dont chacun aurait empoché à présent une bagatelle somme de dix (10) millions pour sept électeurs soit 70 millions ce qui est méprisable quand on sait la fortune de monsieur ISSA Hayatou.

Quand El-Rachidini affirme à l’assistance à haute et intelligible voix qu’il ne dispose pas à présent de trois cent (300) mille francs CFA dans son compte, il faut bien que cette faramineuse somme provienne de quelque part.Hélas! La queue entre les jambes, le président ISSA Hayatou a laissé ses ennemis jurés boire du petit lait dans son dos en l’humiliant à l’échelle planétaire.

ISSA Hayatou en se portant candidat à la succession de son frère cadet sa Majesté feu Alim Garga Hayatou parvenu au trône par son soutien en juin 2000 avait-il oublié un instant qu’il a un nom à défendre, l’honneur qu’il ne permettrait à personne de bafouer ?Avait-il oublié un instant que sa candidature à la présidence de la FIFA avait donné des sueurs froides au régime de Yaoundé qui ne ménagea aucun effort pour financer une campagne à travers l’Afrique pour le déstabiliser ? (journal Emergence n°0151 du lundi 08 juillet 2013).Comment comprendre que le président ISSA Hayatou sacrifia près de 300 millions pour faire introniser son frère cadet feu Alim Garga Hayatou et qu’il soit incapable de faire autant pour lui-même ?Comment comprendre que le Président Issa Hayatou qui gagne les élections à l’échelons international accepte-t-il de croiser le fer puis plier l’échine et mordre la poussière devant ses enfants dans sa propre famille ?

Si haut perché, très bien placé aux fonctions de Président de la Confédération Africaine du Football (CAF) comment Monsieur Issa Hayatou apolitique de son état qui n’a pas daigné accorder le moindre dividende de son Aura pour le rayonnement du régime du Renouveau (ce qui fut perçu longtemps comme un affront) cru –t-il un instant qu’en face les caciques du Pouvoir avaient enterré la hache de guerre pour lui ouvrir à deux battants la porte glorieuse de son ascension sociale ?

Naïveté où es- tu ?Qu’est ce qui a changé entre temps pour qu’il caresse le rêve utopique de voir le pouvoir lui ouvrir à nouveau le boulevard pour le hisser au summum de la gloire ?Alors que ISSA Hayatou n’a pas préparé sa victoire en amont, il est surpris de son échec découvrant non sans regret l’arrière-gout amer des fruits de la défaite.Voilà autant des questions qui nécessitent des réponses et qui justifient l’échec programmé du susnommé à la tête du Lamidat de Garoua.

Lire aussi:   De militaires tchadiens attendus dans le Nord-Ouest et Sud-ouest Cameroun pour aider Biya à tuer les anglophones

Par ailleurs, à la faveur de ces consultations l’on doit témoigner pour se réjouir : seule la ville de Garoua s’en sort grandie d’avoir un Lamido à la fois jeune moins de quarante ans, un universitaire futé, applaudi par la population à chaque sortie parce que maîtrisant le Coranet tous les rouages de l’Islam bref, un Lamido comme on en a jamais eu dans l’histoire de la chefferie traditionnelle dans le septentrion.

Un intellectuel qui allia l’utile (la maitrise du Coran) et l’agréable (la culture tout azimut), toute chose qui suscite aujourd’hui l’estime de toute la population du septentrion si on en juge par la foule venue nombreuse de Maroua pour le féliciter nonobstant la récupération hasardeuse du président du Front pour le Salut National du Cameroun (FSNC).Dans le même temps aucun conseiller municipal ni de Pitoa ni de Lagdo, de Mayo- Oulo encore moins les cadres du Parti (en dehors du Commissaire Oumarou Aman) ne firent allégeance au Président du FSNC à l’occasion de la Fête du Ramadan. Il est certain qu’il y’a de l’électricité dans l’air ou le ver dans le fruit.

Dans l’un ou l’autre cas le temps est propice pour le Président du FSNC de récolter ce qu’il a semé…S’il n’y avait pas IBRAHIM El-Rachidini en ligne de départ candidat pour le poste vacant au Lamidat de Garoua, il aurait fallu l’inventerAujourd’hui on mesure la satisfaction, l’adhésion et l’attachement de la population qui se lève délibérément au passage de leur chef comme à l’accoutumée (ce qui nous rappelle le bon vieux temps) soulevant les deux mains vers les cieux pour dire «SAB- BOUGOH ! BABA» Explication : « longue vie papa, nous vous soutenons de toutes nos forces, vous pouvez compter sur nous, Majesté ».Il est certain l’ére de El-Rachidini promet de bonnes auspices.D’autre part, comment comprendre la volte-face du Ministre Tchiroma non moins Directeur de campagne de ISSA Hayatou aussitôt après sa défaite alors qu’il y’a un instant il promettait à chacun des notables l’octroie des marchés publics en cas du plébiscite de son candidat plus deux (02) millions de francs CFA à chacun des notables votant dans leur rang ?

Rendu au courant que monsieur LIBON LIKEN Président de la Commission Nationale Anti-corruption (CONAC) le garde fou des dossiers liés aux crimes économique est en séjour à Garoua pour féliciter son neveu IBRAHIM El-Rachidini pour l’heureuse circonstance,qui plus est sa Majesté a le soutien de Madame Minette Libom la ministre des postes et télécommunications qui haranga les notables pour les sensibiliser et les inviter à une franche collaboration avec le nouveau chef , Tchiroma rompt immédiatement le deal et la promesse faits à son candidat malheureux pour faire un appel de pied et embarrasser le nouveau Lamido.

Désormais il se rend disponible pour arborer les attributs de Tchiroma dans la chefferie de Garoua non sans savoir que sa Majesté Ibrahim nonobstant sa victoire serait incapable d’un tel croque en jambe au président ISSA son oncle non moins son tuteur, mais jamais son ennemi pour être l’objet d’un traitement conséquent à moins de vouloir rompre l’amitié entre les deux Issa de manière définitive ce qui ne profite à personne.Du coup sous la rupture de la chaine d’amitié et de solidarité Tchiroma lâche son compagnon d’infortune et devient pas moins que l’un des manœuvres à l’assistance du maçon émérite au pied du mur, El-Rachidini dans le chantier de construction de l’édifice Garoua esquissant même les pas de danse dans la cour changeant de veste pour se tirer d’affaire, farautant au besoin pour prendre l’adversaire à défaut sous le regard stupéfait des griots.

Lire aussi:   C'est Atanga Nji qui a le prémier franchit la ligne rouge: A Paris nous n'avons rien fait

Le ridicule où es tu ?De dérobade en atermoiement et par la magie du verbe Tchiroma fin démagogue est à l’aise sur tous les tableaux qu’il est capable des rétractations face à la défaite dont il est allergique pour manipuler ses vis-à-vis, transformant très souvent la difformité en beauté (volte–face du camp d’Issa Hayatou au cap d’El-Rachidini au mépris de l’intelligence et la sagesse des uns et des autres) à l’effet de se refaire du bon sang tant par rapport à l’échec de son candidat Issa Hayatou que sa défaite consécutive à la candidature de son beau frère monsieur ABDOURAMAN Babalé son suppléant aux législatives face à l’honorable ADAMOU Ali Député du parti des flammes dans la circonscription électorale de Garoua Ouest.Trahir la causse de ISSA Hayatou pour se mettre à l’abri à l’autre rive du fleuve au moment où son parti le FSNC est en perte de vitesse à Garoua, notamment 35 sous sections et comités de base ont rejoint récemment l’UNDP derrière l’honorable Oumarou AHIWA et ELHADJI Adamou Dodo.

Dans la commune de Maroua 2eme , 15 conseillers municipaux ont démissionné suite à l’emprisonnement de certains militants à l’issue d’une bagarre suivie de destruction des biensLe révérend sénateur du FSNC Monsieur Aminou est sommé de libérer le logement du ministre Tchiroma à Douala après sa défaite aux législatives dans la circonscription de Mayo- louti.Si le Député de Maroua 2ème Monsieur Salmana n’est pas aux anges dans l’antichambre du RDPC, après sa nomination à la commission des Finances par le Président de l’Assemblée Nationale, l’Honorable Cavaye Yeguié Djibril.Autant de remous dans le fleuve que Tchiroma est capable du mieux comme du pire pour sauver le navire FSNC qui prend de l’eau, au moment où le président BIYA attache une certaine importance voire une importance certaine à la chefferie traditionnelle.Et là où on a un Lamido chouchou de la population a-t-on besoin de s’embarrasser d’un flagorneur notable ? en tout cas dans le lexique africain, un adage suffisamment usité nous enseigne « quand le courant d’eau vous emporte, même un serpent, vous attrapez pour vous en sortir ».

En attendant Madame ISSA Aminatou présentement en séjour aux Etats-Unis multiplie des prolongations de séjours chaque année pour obtenir la citoyenneté Américaine pour le jour « j». l’ex ambassadrice COCK serait une bonne facilitatrice. Cette dernière est l’amie de la famille Tchiroma depuis son séjour à Garoua lors de l’avènement de la coalitiondes partis de l’opposition ayant porté la candidature du président Adamou Ndam Njoya à la présidence de la République et dont Tchiroma fut le modérateur.Avec un Palais comme aucune élite du Septentrion n’en possède à Garoua, deux (2) à Yaoundé, un (1) à Douala, un (1) ranch pour l’élevage du gros bétail à Pitoa entre autres, les Etats Unis rendus la porte du voisin pour Madame Issa Aminatou, le Renouveau porte- t-il toujours la poisse ?

Wait and see.NB : la prochaine fois qui ne saurait tarder, nous vous édifierons par rapport aux prestations opérées à l’endroit des Entreprises fictives de Madame Issa Aminatou qui gagne les Marchés Publics autant de l’époque du Ministère de la Communication qu’au Ministère de l’Emploi où Monsieur Abdourahman Babalé le beau frère du Ministre a la signature au niveau des Banques, Monsieur Moussa le Particulier du Ministre de l’Emploi assurant les engagements auprès de l’Administration Publique.”Ainsi va la République Pour toute information confidentielle que vous souhaitez rendre publique.

Source: BORIS BERTOLT

Titre Icicemac.com

commentaires
Loading...