Jean Bonheur Tchouafa au tribunal de grande instance de Yaoundé:

0 122

Jean Bonheur Tchouafa au tribunal de grande instance de Yaoundé: Il explique froidement pourquoi il a été contraint de marcher.

C’était le mardi, 12 Mars.

Il est 23h14 lorsque Jean Bonheur Tchouafa est appelé à la barre. Sur les quinze personnes devant la barre ce jour…

La Présidente du Tribunal : Monsieur Tchouafa vous avez la parole.

Jean Bonheur Tchouafa : Merci Mme le Président de me donner l’occasion de dire un mot sur les circonstances de mon kidnapping.

Je suis Jean Bonheur Tchouafa, Enseignant de Mathématiques en service au lycée bilingue de Dschang…

Entre le 20 janvier 2019 et le 26 janvier 2019 j’ai pris part à un séminaire de renforcement des capacités des Enseignants de Mathématiques visant à doter les séminaristes des outils pour enseigner les mathématiques autrement.

Le séminaire était organisé par AIMS Cameroun ( African Institute Of Mathematical Sciences) en partenariat avec le MINESEC…
Le séminaire prend fin samedi le 26 janvier 2019 par une photo de famille à 13h30 et je prends la route pour retourner sur Dschang où je suis domicilié.

J’arrive à Dschang à 15h et je suis kidnappé à 16h.

Mme le Président, je suis kidnappé devant l’immeuble Zebaze par deux hommes en tenue non identifiables puis conduit à l’arrière d’une pickup de police.

Je n’opposerai aucune résistance mais alors aucune.

Toutefois je leur demanderai pourquoi est ce qu’ils m’arrêtent et je recevrai en réponse une bonne gifle bien appliquée.

Une fois à l’arrière de la pickup, ces hommes m’intimeront l’ordre de m’allonger et je m’executerai.

Lire aussi:   US Congress on NOSO crisis: Us Congress is calling on the Government of Cameroon, armed separatist groups to adopt nonviolent approaches to conflict resolution.

L’un déposera ses rangers sur ma tête et un autre sur mes pieds. Je serai battu à la matraque du lieu de mon arrestation jusqu’au commissariat. L’un de ces hommes m’enfoncera ses doigts dans les yeux me reprochant de l’avoir regard (…)

…Mme le Président, je vous ai signifié que je suis arrivé à Dschang autour de 15h et j’ai été arrêté à 16h. Vous vous poserez certainement la question de savoir ce que j’ai fais entre 15h et 16h. Mme le Président j’ai marché. Oui Madame le Président, J’ai pris part à la Marche Blanche organisée à Dschang et qui a commencé juste à mon arrivée. Elle était pacifique, à mains nues, non violente et sans casse.

J’aurai pu rentrer directement chez moi après une semaine de séminaire et la fatigue due mais je me suis rappelé que des élections présidentielles se sont tenues dans mon pays le 7 octobre dernier.

Qu’en faveur de ces élections, les résultats avaient été proclamés par le Président du Conseil Constitutionnel et que Je m’étais livré à un petit exercice : celui d’additionner le pourcentage attribué à chaque candidat. Le total était 100,03% je n’ai pas le chiffre exacte mais de façon certaine, le total était supérieur à 100%.

Il se trouve Madame le Président qu’entre 2004 et 2006 j’ai effectué des études d’assurance au CPFA de l’IIA (Institut International des assurances) et que j’y ai manipulé les statistiques.

Il se trouve Mme le Président qu’entre 2003 et 2008 j’ai effectué des études de mathématiques pures à l’Université de Yaoundé 1 et j’y ai manipulé des outils statistiques et des outils d’aide à la décision,

Lire aussi:   Le retrait de la CAN au Cameroun: un autre échec diplomatique de Paul Biya

Il se trouve Madame le Président qu’entre 2008 et 2010 j’ai été etudiant de la première promotion de l’école normale supérieure de Maroua. Mon thème de mémoire était modélisation et simulation des déterminants de la scolarisation du Cameroun : cas de l’extrême nord et qu’en faveur de ce mémoire, j’ai manipulé des outils statistiques,

Il se trouve enfin Madame le Président qu’entre 2012 et 2015, j’ai soutenu un diplôme d’ingénieur en Mines et Pétrole à l’Université de Dschang et mon thème de fin de formation était modélisation et simulation de la dispersion du fioul dans le sol : cas de la société garage marine située dans l’arrondissement de Dibombaré et j’ai manipulé les outils statistiques.

Je vous ferai fi de mes études en Master d’économie mathématiques où j’ai davantage manipulé les outils mathématiques.

Loin de me prendre pour un érudit des statistiques, je voudrais simplement vous signifier Mme le Président que jamais mais alors jamais dans toutes mes études, je n’ai rencontré une série statistique dans laquelle la somme totale des pourcentages est supérieure à 100%.

J’avais donc le choix Mme le Président d’accepter d’être toujours troublé par cette nouvelle conception des mathématiques enseignées au conseil constitutionnel et d’aller en classe enseigner à mes élèves dès la classe de quatrième (4e) de cesser de vérifier à la fin des calculs dans un exercice de statistiques que la somme des fréquences exprimées en pourcentage est égale à 100%, ou alors se situe autour de 99,99% mais jamais supérieur à 100%.

Le MRC pour cette marche réclamait entre autre le recomptage des voix et je me suis dis Oui je marche.

Lire aussi:   Vincent-Sosthène FOUDA: Opération épervier : Le pays est pris en otage par des égoïstes narcissiques

Ce recomptage pourrait définitivement me clarifier les idées et…(interrompu par Mme la Présidente du Tribunal)

Mme le Président : Monsieur Tchouafa, je pense que vous avez suffisamment expliqué, ça fait près de 30 minutes que vous parlez.

Jean Bonheur Tchouafa : Mme le Président je vous remercie de m’avoir écouté.

J’ai pu entendre les avocats dirent que vous jugez suivant la loi et suivant votre conscience. Qu’il en soit ainsi

Darling Nguevo

commentaires
Loading...