UNE DICTATURE AGONISANTE et MISSION COMMANDÉE DE HAINE TRIBALE DE Me MOMO, PROMU MINISTRE-DÉLÉGUÉ À LA JUSTICE

0 46

UNE DICTATURE AGONISANTE DISTILLE LA HAINE TRIBALE CONTRE LES BAMILÉKÉS AVEC UN BAMILÉKÉ DE SERVICE, Me Jean-De-Dieu MOMO, PROMU MINISTRE-DÉLÉGUÉ À LA JUSTICE.Les partenaires bilatéraux et multilatéraux du Cameroun auront été maintes fois informés sur cette stratégie planifiée de conservation autoritaire du pouvoir, assise principalement sur une instrumentalisation de la haine et de l’affrontement tribal contre les Bamilékés, l’éthnie du principal opposant aujourd’hui séquestré, le Pr. Maurice Kamto. 

Nous avons ici la démonstration flagrante d’un projet pensé d’élimination du champ politique et de la scène publique d’un adversaire redouté, à travers un rappel insidieux de son appartenance ethnique, combiné à un appel assumé à tous ces clichés tribalistes légués par le colonisateur, par lesquels les auteurs comptent définitivement empêcher son accession par les urnes à la magistrature suprême au Cameroun. 

Une fois de plus, les partenaires bilatéraux et multilatéraux du Cameroun, dont certains comme la France parmi les plus fidèles soutiens du dictateur Paul Biya, sont instamment priés de sortir du silence. Ils ne pourront pas dire comme lors du génocide au Rwanda, qu’ils ne savaient pas.

Le Cameroun est en effet au bord d’une guerre tribale planifiée, attisée, et souhaitée par une dictature trentenaire; à des fins de conservation clanique, partisane, et familiale du pouvoir. 

Comment et à qui devra-t-on le dire pour être enfin entendu???

À titre personnel, chers sœurs et frères Bamilékés Camerounais à part entière, vous pouvez compter sur ma fidélité et mon infaillible détermination à mettre ce projet tribaliste diabolique en échec, jusqu’à mon dernier souffle. 

Lire aussi:   Albert Dzogang sur RADIO BALAFON « Owona Nguini a donné l'impression qu'il était avec le peuple, après il a commencé à ramper et à donner le diplôme à Chantal Biya .. C'est un faux intellectuel »

Il ne passera pas!

Joël Didier Engo, Président du CL2P

commentaires
Loading...