Manuela Kamadjou, designer d’intérieur

0 132

Aujourd’hui, direction Bonapriso, à la rencontre de Manuela Kamadjou, l’une des entrepreneures créatives qui m’inspire le plus au Cameroun. Elle a lancé il y a bientôt deux ans, Kebe Home, un bureau d’architecture d’intérieur qu’elle présente comme son « laboratoire d’intérieur ».

Manuela Kamadjou est maman de deux garçons. Elle a grandi au Cameroun avant de terminer ses études secondaires en Belgique. Après des études en école de commerce, elle a débuté sa carrière en 2006 dans la finance, au sein de Deloitte, l’un des quatre cabinets d’audit et de conseil les plus importants au monde.  

Quatre ans plus tard, elle s’est orientée vers le retail et la distribution avec une forte envie d’être plus proche de certaines réalités.

À la fin de l’année 2014, après avoir passé quatre années à ouvrir des magasins, créer et gérer des marques et des projets, elle décide de rentrer s’installer au Cameroun avec sa famille en partageant avec son mari la conviction que l’espoir pour notre continent n’est pas une somme de stratégies mais une mise en place d’actions concrètes.

Elle travaillera également dans l’industrie cosmétique, en passant de Business Development Director à COO, avant de créer Kebe Home. C’est d’ailleurs à cette période que je la rencontre. L’entreprise pour laquelle elle travaillait organisait un événement phare, « Miss Biopharma », que tout le monde attendait chaque année. En tant que publicitaire, j’ai toujours été impressionnée par l’organisation de ce rendez-vous.

Lorsque Manuela a décidé de créer son entreprise, j’ai été surprise car elle fait partie de ceux qui pensent qu’on peut tout aussi bien apporter de la valeur en étant employé. Néanmoins, en 2018, alors que sa carrière en entreprise prenait de l’ampleur, elle eut le sentiment de perdre de l’inspiration et souhaitait faire des pauses créatives. C’est ainsi qu’elle a décidé de s’évader à travers ses passions : l’architecture et le potentiel humain.

Lire aussi:   LES VISAGES DU GRÉ A GRÉ AU CAMEROUN ?

« Après les premiers balbutiements, j’ai su que je voulais créer un studio collaboratif motivé par l’exploration d’intérieurs et de personnes issues d’un large éventail d’influences culturelles et de rituels de vie, qui se réunissent dans une atmosphère à la fois détendue et sophistiquée. Je voulais donner de l’attention à mes intentions, mes valeurs, mes envies. En juillet 2019, Kebe Home est officiellement né sur ma table à manger avec pour but de créer des espaces à impact émotionnel, des environnements qui entourent les gens de belles choses qu’ils aiment, qui inspirent confiance, ambition, passion et créativité. », raconte-t-elle.

Kebe est le Ndab ou Ndap, nom d’éloge de Manuela en pays bamiléké. « S’il veut littéralement dire « petit », il intègre l’idée de simplicité, pureté, essentiel. », précise-t-elle.

L’une des choses que je trouve intéressante avec Manuela, c’est sa capacité à être créative et structurée, d’ailleurs elle le dit souvent : « La créativité ça s’organise ! ». En préparant cette rencontre, j’ai souhaité connaître ses aspirations. C’est elle qui aime souvent poser cette question tant elle est passionnée de potentiel et aime pousser les autres à explorer et libérer le leur. Sa réponse : « Mon ambition est de pousser ce potentiel jusqu’à l’industrie, la clé pour le développement de l’Afrique. Mais quand on a de grands rêves, il faut une bonne préparation et une équipe forte. Alors, aujourd’hui je m’attache d’abord à créer cette équipe. A plus court terme, j’ai hâte de lancer ma première collaboration éphémère. Une collaboration que mettra en avant les métiers d’arts, ma culture, mes voyages, les histoires et légendes contées par mes parents. »

Lire aussi:   BRIGADE ANTI SARDINARDS , NOUS AVONS UN SEUL ADVERSAIRE, MONSIEUR BIYA PAUL ET LE SYSTEME PAUL BIYA

Ses sources d’inspiration sont assez multiples. « Je suis assez rêveuse donc mon inspiration peut venir d’un rayon de soleil, une chanson, une sensation, une histoire, une texture. Absolument tout ce qui me fait réagir peut m’inspirer. Aujourd’hui, mes clients sont ma plus grande inspiration, ce sont des personnes tellement inspirantes et c’est un tel plaisir à chaque fois que je passe du temps avec elles. J’en sors toujours grandie, cultivée, inspirée… » dit-elle.

L’architecture d’intérieur au Cameroun et en Afrique en général est un secteur en plein essor et appelé à se développer, notamment avec l’évolution des modes de vie, à laquelle les professionnels se doivent de rester particulièrement attentifs pour répondre précisément à l’attente de consommateurs de plus en plus exigeants et connaisseurs. Néanmoins, la non réglementation du secteur et le manque de ressources formées ralentissent son développement dans la plupart de nos pays. De plus, les consommateurs ne sont pas toujours prêts à payer pour ce service dans un monde où tout est de plus en plus digitalisé et où les images d’inspiration constituent selon eux une bonne alternative au designer.

Il appartient donc aux professionnels comme Manuela Kamadjou d’éduquer le consommateur sur ce métier. Ce qu’elle fait plutôt bien via ses réseaux sociaux ou encore ses prises de parole durant des évènements. « Notre métier est bien plus grand, il ne s’agit pas uniquement de décoration mais de concevoir l’espace jusqu’à son terme et penser à la façon de le consommer, de suivre les entrepreneurs et artisans et de s’assurer des finitions de qualité. » ajoute-elle. A l’échelle africaine, des pays comme l’Afrique du Sud, la Tunisie, la Côte d’ivoire, le Ghana, ont déjà commencé à se structurer et à créer un écosystème qui favorise l’essor de ce métier de quoi encourager nos architectes d’intérieur comme Manuela Kamadjou à continuer de rêver, créer et imaginer.

Lire aussi:   Moukoko Priso aka Elenga MBuyinga une des dernières bibliothèque de l'UPC s'en est allé

PAR DIANE AUDREY NGAKO

Source: https://instantsafricains.com/2021/08/24/manuela-kamadjou-designer-dinterieur/

commentaires
Loading...