Il s’appelle Alain Fogue Tedom. Il a le cœur de dix lions féroces

0 643

Il s’appelle Alain Fogue Tedom. Il a le cœur de dix lions féroces, mais par nature, il est une colombe. Beaucoup de gens l’appelaient l’ange gardien. Il se soucie du sort de cette nation camerounaise. Un vrai père et un vrai pédagogue. Sa nature incorruptible fait de lui le monstre que le régime de Biya ne veut ni entendre ni voir. Connu pour sa demande audacieuse “Où sont les 32 PV?” .

Alain Fogue est un géostratège. Un professeur d’université de renommée internationale. Une locomotive politique hypersonique du parti politique d’opposition camerounais appelé le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC). Après son arrestation arbitraire et sa détention illégale par le régime de Biya à la prison principale de Yaoundé, le 27 janvier 2019; Où il a passé plus de 8 mois et a été libéré le 5/10/2019 en raison de la pression diplomatique internationale. Le régime de Biya n’a pas encore retiré ses mains oppressives de la vie du professeur Alain Fogue Tedom.

Peut être une image de 1 personne et debout
Le Pr. Alain Fogue

Politiquement, Alain Fogue Tedom occupe le poste prestigieux de trésorier national du parti politique MRC dirigé depuis 2012 par le professeur Maurice Kamto. Actuellement, le professeur Alain Fogue est de retour dans une autre prison appelée la prison centrale de Kondengui. Arrêté arbitrairement et illégalement détenu pour la deuxième fois en l’espace de deux ans.

Alain Fogue Tedom passera son 6ème mois dans la redoutable prison centrale de Kondengui ce mois de mars 2021. Son crime capital est sa volonté de poursuivre avec les revendications pour un système électoral transparent, et la fin éminente de la guerre dans le Nord-Ouest et Régions du sud-ouest du Cameroun.

Lire aussi:   Crise anglophone : Le prisonnier politique Urbain Olanguena Awono appelle à un dialogue national inclusif

Pendant cette période redoutée du COVID 19, le régime de Biya joue avec la vie d’un universitaire.Libèrez le Trésorier National du MRC. Soit Nous sommes en démocratie ou pas.

Sir Mutagha Sylvanus Tifuh

commentaires
Loading...