Survie Cameroun: JE FELICITE MAURICE KAMTO ET CHRISTIAN PENDA EKOKA

0 89

…D’une part, une fois de plus, pour l’initiative inspirée, solidaire, profondément humaniste du lancement de l’opération Cameroun Survie Survival Cameroon, destinée à l’appui aux populations camerounaises dans le cadre de la lutte contre le Covid19. L’enthousiasme suscité par cette démarche et le niveau de contributions a été inédit dans la Diaspora camerounaise et dans les annales des initiatives à vocation humanitaire au Cameroun Survie a pulvérisé tous les records d’appels à la générosité publique en ligne initiés par les Camerounais dans le monde.

D’autre part, pour le management et la veille de Christian Penda Ekoka, président du Comité de gestion qui à travers des communiqués réguliers a rendu fidèlement compte de l’usage des fonds, à travers le follow up des opérations de distribution de dons sur l’étendue du territoire.

Aussi, M. Ekoka, ayant désigné des auditeurs internes, a eu le nez creux de publier, en date du 4 novembre dernier, un communiqué relatif aux écarts constatés entre la jauge en ligne et le montant indiqué par le gestionnaire technique de la plateforme.Je salue ainsi la réactivité de l’initiateur, Maurice Kamto et celle du Comité de gestion dès le constat de l’anomalie : c’est une règle de management moderne.

Celle qui appliquée à l’Etat du Cameroun aurait permis par exemple de ne pas nommer tous ces ministres et gestionnaires publics pour lesquels on attend 20 ans avant de les traduire devant le TCS et de les envoyer à Kondengui. Je salue enfin la décision de suspension du gestionnaire technique jusqu’à la publication des résultats de l’audit commandé. C

Lire aussi:   LE CCT DE PATRICE NOUMA MET EN GARDE LES FANFARONS CAMEROUNAIS ETHNOFASCISTES DE WASHINGTON DC

e type de mesure conservatoire permet une gouvernance prompte et une culture plus grande de la transparence. Je fais partie de ceux qui suivent avec attention la manière dont les forces d’opposition gèrent de tels dossiers afin d’articuler leurs paroles avec les actes.

Source: A.Mounde Njimbam

commentaires
Loading...