Massacres deNgarbuh: pour une publication complète du rapport d’Enquête et le début d’une enquête internationale sur tous les crimes dans le NOSO

0 121

Massacres deNgarbuh: pour une publication complète du rapport d’Enquête et le début d’une enquête internationale sur tous les crimes dans le NOSO

Il aura fallu  trois faits majeurs pour  obliger le sécretaire général de la présidence du Cameroun à rendre public le communiqué du rapport d’Enquête sur les massacres de Ngarbuh. Nous voulons citer ici le rappel de Ilaria Allegrozzi chercheuse à Human Rights Watch ( HRW) il y a quelques jours, la préparation par HRW  d’un véritable rapport avenir de cett eoranisation qui viendrait compléter le pré-rapport de février et  la visite de l’ambassadeur de France au Cameroun Christophe Guilhou aux services de la présidence du Cameroun.

Les crimes des forces de Défense du Cameroun reconnus à demi-mot par  le communiqué  du sécretaire general de présidence du Cameroun ne peuvent guère nous satisfaire, du moins  pour les personnes averties. Car les premières conclusions citées dans ce communiqué nous semblent encore très fragmentaires. Si l’on peut reconnaître un début de travail de cette commission, la première chose à exiger est la publication complète de ce rapport.

Nous devons avoir ce rapport à main avant de nous faire notre propre idée. Toutefois, certains indices qui ressortent de ce commniqué peuvent déjà nous inquiéter. Je cite quelques faits :

  1. Le fait de dire que le “village de Ngarbuh était devenu un centre de regroupement des terroristes”
  2. La persistance dans le fait que le drame était le résultat d’un “malheureux accident
  3.  Le fait de mettre le blame sur des soldats
  4. Le fait de dire que cette opération n’était pas une opération punitive
  5. Le  rôle trouble des comités de vigilance
  6. Les precriptions du président de la république
Lire aussi:   Henri Georges Minyem : LE CAMEROUN AU CROISEMENT DE SON HISTOIRE ET DE SON AVENIR

Après, la publication du communiquéde l’enquête diligentée par la présidence camerounaise, il faut désormais publier très vite ce rapport et surtout envisager d’accepter qu’une veritable commission d’enquête internationale sur  les crimes dans le NOSO soit diligentée. Le Cameroun ne peut y échapper . Car Ngarbuh loin d’être un “malheureux accident” s’inscrit dans la longue liste des crimes dans le NOSO. Ngarbuh n’est que la pointe de l’iceberg de nombreux crimes impunnis que l’on devrait punir.  Et ce jour arrivera bientôt.

Source: Icicemac.com

commentaires
Loading...