Alice SADIO, SG de la plateforme pour La Nouvelle République: À propos de la sortie du président Olivier Bilé de l’UFP, et d’un communicateur de l’UDC:

0 221

À propos de la sortie du président Olivier Bilé de l’UFP, et d’un communicateur de l’UDC:

En ma qualité de Présidente Nationale de l’AFP et de Secrétaire Générale de la “Plateforme pour la Nouvelle République”,

J’invite le peuple camerounais et les observateurs de bonne foi à noter que ladite Plateforme a été initiée autour du candidat Akere Tabeng Muna (ATM) en qui les signataires ont vu les qualités requises pour mener à bien les réformes CONSTITUTIONNELLES et INSTITUTIONNELLES dont notre pays a besoin pour redorer son blason traîné dans la boue et le sang pendant plus de trois décennies.

La particularité de ” Pour la Nouvelle République ” est qu’elle RÉPOND d’office et sans équivoque à la question de qui sera son candidat à la présidentielle. Question qui, comme vous le savez a toujours été taboue dans les divers regroupements antérieurs, ce qui offrait en fin de parcours le spectacle déplaisant de l’éclatement à quelques jours de l’élection. Le présent regroupement a donc le mérite d’être SINCÈRE et RESPECTUEUX du peuple camerounais.

-Par ailleurs, les perspectives restent ouvertes à toute personne morale (parti politique et OSC), à tout leader d’opinion désireux d’apporter sa pierre, grosse ou petite dans ce vaste et délicat chantier qui ouvrira, cette année même une ère nouvelle à notre cher et beau pays. Toutes les contributions comptent.

-Il serait redondant de revenir ici sur les démonstrations argumentaires pour convaincre de l’incontrournabilité des regroupements des forces nouvelles, autour du candidat le mieux disant et le plus à même de rallier la masse critique électorale nécessaire (même dans les régions de haute tension) pour la victoire totale et finale.

Lire aussi:   Georges Gilbert BAONGLA épingle Amougou Belinga qu'il désigne comme "le chef de gang"

C’est donc en âme et conscience, loin des querelles qui ne nous honorent point, que nous à l’AFP avons pris nos responsabilités devant l’histoire, en acceptant de nous éclipser au profit d’une personnalité illustre, parfaitement crédible, issue de la société civile, et qui, des années durant, a su faire preuve d’intrépidité dans la lutte contre le principal fléau qui plombe l’essor de notre pays, à savoir la corruption et les détournements de derniers publics. Point besoin d’égrener le long chapelet de ses autres faits d’armes dans un contexte où il avait pourtant le choix de manger et se taire.

-C’est donc dans un élan patriotique et dans un contexte de risque élevé d’implosion de notre pays que nous avons opéré ce CHOIX DE LA RAISON !

-Je voudrais personnellement ici rassurer tous les compatriotes qui auraient préféré miser sur ma modeste personne, de ce que l’AFP, dont je suis la présidente fonctionne suivant l’échelle des priorités suivantes : L’intérêt individuel doit s’effacer devant l’intérêt partisan et l’intérêt partisan s’effacer devant l’intérêt national.

-Convaincus que pour être à la hauteur des réformes qui nous incombent dans la Troisième République à venir, nous devons absolument incarner le changement dont nous rêvons pour le Cameroun et l’Afrique. Nous avons choisi.

-La plateforme pour la Nouvelle République sait pouvoir compter sur le sens élevé de RECTITUDE, de PROBITÉ et d’OBJECTIVITE de la nouvelle génération de leaders, Olivier Bilé y compris.

-Par soucis de bienséance et de respect du peuple camerounais que nous avons fait le vœu de servir, je nous prie donc, au nom de la plateforme pour la Nouvelle République, de toujours observer les principes suivants:

Lire aussi:   L’autoprophétie de MEON: Owona Nguini évoque son rôle de "clerc" de pouvoir dans la cléricature biyaiste

– Rester CONCENTRÉS sur l’essentiel, à savoir la mobilisation de l’élite et de la masse critique électorale pour la victoire.

– Avoir de la HAUTEUR afin de ne pas nous attarder sur du menu fretin,

-Rester ouverts à toutes autres offres pertinentes qui mette en avant l’urgence de la libération et de la pacification de notre pays.

-Le “JE” étant plus qu’haïssable dans un contexte où le peuple meurt sous les balles achetées avec ses propres impôts, ou nos soldats sont pris à partie et tués par vengeance, dans une horrible guerre que nous n’avons pas demandé, toute distraction ne peut qu’être complicité tacite.

Patriotiquement!

Alice SADIO,
Secrétaire Générale de la plateforme pour La Nouvelle République

commentaires
Loading...