Les inutiles, parasites et prédateurs qui gouvernent le Cameroun

0 328

Quand un vieux président, compté parmi les plus grandes fortunes individuelles d’Afrique, ne paie pas ses impôts au pays qu’il dirige et ne détient aucune entreprise créatrice d’emplois dans ce pays, mais puise plutôt à volonté dans la caisse pétrolière (SNH) et le trésor public les fonds qu’il dilapide pour lui, toute sa famille et tous son
entourage, dans les luxueux hôtels et l’acquisition des biens et services en Occident, un tel président est inutile, parasite et prédateur dans ce pays.
Tous ceux qu’il rend «élites» par décrets présidentiels sont tout aussi inutiles, parasites et prédateurs, des individus qui vident le Cameroun de toute sa fortune systématiquement planquée à l’étranger.

De sorte qu’aujourd’hui l’économie camerounaise n’est maintenue sous perfusion que grâce aux envois d’argent de la Diaspora qui réinjectent ainsi du pouvoir d’achat dans le marché intérieur.
Tout le monde demande: «Où va tout ce argent qu’ils volent?»
La question sous-entend que dans un pays où plus de 50% des personnes actives sont chômeurs, ceux qui volent tout ne créent aucune entreprise pourvoyeuse des emplois. Yaoundé, le lieu national du parasitisme étatique, du vol des impôts payés par tout le pays, de la corruption, du favoritisme et du tribalisme, est une ville qui ne produit rien d’utile, même pas des boîtes d’allumettes.
Yaoundé est aussi parasite et inutile au Cameroun que les gouvernants prédateurs de LRC.
La rupture est inévitable au Cameroun, car il faut désarmer tous ces parasites et prédateurs de tout pouvoir et les mettre à leur place normale, la prison.
Il faut détruire l’hypercentralisme de LRC et donner le pouvoir au Peuple en lui faisant gérer librement sont destin localement, dans ses propres États fédérés.
Cela passera absolument par le renversement par la force populaire et/ou armée des inutiles, parasites et prédateurs que sont les «élites» et les officiers privilégiés des forces armées de LRC.
Ndzana Seme, SG du CCT, 15/11/2017
————————————————–
THE USELESS, PARASITIC AND PREDATORY WHO GOVERN CAMEROON
When an old president, counted among the greatest individual fortunes of Africa, does not pay his taxes to the country he runs and has no job-creating companies in this country, but rather draws at will in the oil fund ( SNH) and the public treasury the funds he squanders for himself, his entire family and accomplices around him in luxury hotels and the purchase of Western goods and services, such a president is useless, parasitic and predatory to his country
.
All those he renders “elite” by presidential decrees are equally useless, parasitic and predatory individuals who empty Cameroon of all its wealth systematically stashed abroad;
So that today the Cameroonian economy is maintained on life support only thanks to transfers from the Diaspora that keep on injecting purchasing power into the internal market.
Everyone asks, “Where does all this stolen money go?”
The question implies that in a country where more than 50% of the working people are unemployed, those who thus steal everything do not create any job-providing businesses.
Yaoundé, the national place of State parasitism, theft of nationwide taxes, corruption, favoritism and tribalism, is a city that produces nothing useful, not even matchboxes.
Yaoundé is as parasitic and useless in Cameroon as the predatory rulers of LRC.
Break is inevitable in Cameroon, because we must disarm all these parasites and predators from all powers and put them in their normal place, prison.
It is necessary to destroy LRC’s hypercentralism and give power to the People by making them to freely manage their destiny locally in their own federated States.
This will be achieved through overthrow of the useless, parasitic and predatory “elites” and privileged LRC army officers, by popular and / or armed force.
Ndzana Seme, SG of CCT, 11/15/2017

Lire aussi:   2018 : POURQUOI BIYA NE QUITTERA PAS LE POUVOIR PAR LES URNES
commentaires
Loading...