AZEDCOM       » icicemac.com    » Camerlive.com    » Wakiri.com    |         |   [   95 sur le site ]    Mise à jour : le 23-07-2014 à 00:57
Accueil
News
Cameroun
Actualité
Article

Cameroun  ici Cameroun
 Autres articles

Comment

Actualité

Les média : Quel mode d'emploi
Publié le 17-10-2009  |  (Yaoundé - Cameroun). Auteur : Roger Kaffo Fokou   [lu : 65732]


 

Les véritables églises médiatiques du continent africain se trouvent hors d’Afrique et dispensent le saint-esprit - la bonne nouvelle - à partir du ciel, c’est-à-dire des satellites dont elles monopolisent encore, pour un temps non définissable, la technologie et l’accès. En Afrique francophone, les chapelles dominantes ont noms RFI, France 24, TV5…

 

Pour bien comprendre leurs évangiles, il faut savoir quelle « bible » leurs gurus utilisent, et dans quel sens ils la lisent. C’est comme avec le Coran : si vous ne le lisez pas à reculons, vous n’y comprenez rien. Plutôt, vous êtes éblouis par sa liturgie, assommés par ses miracles, vaincus par ses sermons. Songez à la messe en latin : elle avait le don de fasciner les âmes. Dès que l’on y a introduit des langues vulgaires, à la portée du commun, les accès de la machinerie se sont largement ouverts au virus de la sédition et, depuis lors, ce dernier en encombre la mémoire d’une prolifération de répliques approximatives. Voilà pourquoi il est bon que la grammaire des média reste absconse : moins les récepteurs y comprennent quelque chose, plus ces média sont efficaces.

 

Tenez par exemple : moi, j’écoute RFI plus que n’importe quelle radio africaine. Parce qu’elle me transporte presque en temps réel partout dans le monde. Elle a donc droit à ma reconnaissance et je ne la lui marchande pas. Ai-je cependant raison de me sentir autant redevable envers RFI ? C’est à voir.

 

J’ai la faiblesse de croire qu’elle est à mon service mais au fond cela est-il vrai ? Pour dire les choses comme elles sont, elle me tient à l’œil et s’assure que je me tiens comme il faut. Tant que je suis avec RFI, je ne risque pas de divaguer et d’avoir de mauvaises fréquentations. Il y a des choses que je dois savoir, et RFI s’assure que je les sais, en me les enfonçant bien profondément dans les oreilles et le crâne à force de me les répéter. Les élections iraniennes ont été truquées et cela est inadmissible. I-nad-mi-ssi-ble ! Vous avez bien compris ? La Chine est une dictature sanguinaire : n’oubliez pas le massacre de la place Tian’amen. Et puis, elle ne paie pas bien ses travailleurs, traque ses syndicalistes et ses opposants, bâillonne ses media.  C’est une véritable honte n’est-ce pas ?

 

D’un autre côté, il y a des choses que je ne dois pas savoir. Alors, RFI se garde bien de me les annoncer. Ou alors, elle y fait une minuscule allusion, en passant, à la sauvette. Sassou Nguesso a-t-il truqué des élections ? Peut-être. Les observateurs de l’UA ont dit que les choses ne s’étaient pas passées si mal que cela. Cela devrait vous suffire. Et Ali Bongo ? Ce sont les candidats malheureux qui disent qu’il y a eu fraude massive. Comme ils ont échoué, cela n’est pas étonnant, n’est-ce pas ? Mais où donc étaient les reporters de RFI, eux qui savent si bien être partout où il se passe quelque chose de sérieux ? Mon Dieu ! Serait-il possible que toutes les entorses à la démocratie perdent leur caractère sérieux pour RFI pour peu qu’elles se situent en Afrique francophone ?

 

 Non, pas toutes : il y a Madagascar quand elle est dirigée par Ravalomanana ou la Guinée quand elle est aux mains de Dadis Camara. Depuis que Rajoelina est aux affaires, tout est redevenu pour le mieux sur la grande île et l’on ne peut que regretter que « l’homme fort » de Madagascar se voit refuser la tribune des Nations Unies. Qu’est-ce que vous en pensez ? Juan Gomez va vous donner la parole, ne vous en faites pas. Mais prenez-la sagement, sinon, il va trouver qu’il manque de temps et qu’il faut aussi faire parler les autres auditeurs qui s’impatientent au bout du fil. Pas très subtil, le système, mais est-ce bien nécessaire ? Vous êtes tellement ingénus que l’on n’a pas besoin de forcer le talent pour vous avoir bien accrochés au bout de l’hameçon.

 

J’écoutais l’autre jour sur France 24 un compte-rendu d’une journée à l’Assemblée Générale de l’ONU. Kadhafi y avait pris la parole ce jour-là et, manifestement, il n’était pas bon pour moi que je sache ce qu’il y avait dit.  Pour m’en convaincre, on s’est contenté de me dire qu’il y avait encore fait son « numéro ». Ah ! Le farceur ! D’ailleurs, Barack Obama, qui déteste les pitres, a tout fait pour l’éviter.

 

Qui peut être plus sérieux aujourd’hui que Barack Obama ? Surtout depuis que Mandela a pris de l’âge ? Donc, Barack Obama a évité Kadhafi partout, sauf au G20. Mais que diable Kadhafi faisait-il donc au G20 ? Se pourrait-il que ce farceur qui ne tolère chez lui aucune forme de liberté, ni de démocratie ait réussi, à force de farces sans doute, à hisser son pays dans le top 20 mondial malgré les multiples embargos ? Ça, me souffle une voix autoritaire, tu n’as pas besoin de le savoir, mon petit gars. Avec RFI, t’as pas besoin non plus de réfléchir : ce que tu as besoin de savoir, on te le dit, dans les limites et le format qui te suffisent. Et pour que tu comprennes très bien quelle chance tu as de pouvoir écouter RFI, on te fait de temps en temps écouter J. Rémy Ngono de la maison des journalistes.com, ou alors Mamane. 

 

Est-ce que vous commencez déjà à comprendre ? Ne croyez surtout pas que c’est un peu tard. Pendant plus de 15 ans, je me suis échiné au SNAES, un syndicat de la périphérie de l’empire, me suis vu traqué, molesté, embastillé, affamé, bâillonné, sans que RFI daigne voir ce qui m’arrivait. J’avais beau crier, hurler, suffoquer, agiter les bras et la voix en direction de RFI, rien à faire : RFI avait résolument les regards et les antennes tournés vers la Chine, l’Iran, le Zimbabwe, la Libye… Et toi, mon gars, toi qui adores RFI et as même peut-être créé un club RFI, tu penses que ta misère intéresse RFI ? Sérieusement ? Alors tu as de la chance. Moi, j’ai renoncé à faire appel à RFI. Le jour où elle viendra à moi, c’est sûr, je me méfierai. Parce qu’il est probable que ce ne sera pas dans mon intérêt.

 

Mais attention ! Quand je parle de RFI, je ne parle pas vraiment de RFI, pas seulement en tout cas. Il y a tellement de RFIs de par le monde qui ne s’appellent pas RFI qu’il faut réellement faire attention. A moins que cela ne vous dise rien de vous laisser « manger » à n’importe quelle sauce ?

 

Source: VE N°12

 


Copyright © Roger Kaffo Fokou, Yaoundé - Cameroun  |  17-10-2009
 Commentaires : connectez-vous avec facebook, yahoo, hotmail ou msn
lire aussi

 Christopher Fomunyoh « Les Africains aspirent à une gouvernance moderne »

Clarisse JUOMPAN-YAKAM- JA - 23-07-2014
Christopher Fomunyoh « Les Africains aspirent à une gouvernance moderne »  (136 )

 Samuel n’est pas MANLIUS : A propos de la débâcle des Lions indomptables au Brésil

Joseph Ndzomo-Molé - 22-07-2014
Samuel n’est pas MANLIUS : A propos de la débâcle des Lions indomptables au Brésil  (226 )

 Le DG de la Cnps, Mekulu Mvondo Akame à la réception technique de l' Immeuble ministériel n°1

Cnps -Info - 22-07-2014
Le DG de la Cnps, Mekulu Mvondo Akame à la réception technique de l' Immeuble ministériel n°1  (259 )

LIENS PROMOTIONNELS



 Suggestion de vidéos

Précédent Suivant
à de