AZEDCOM       » icicemac.com    » Camerlive.com    » Wakiri.com    |         |   [   98 sur le site ]    Mise à jour : le 24-10-2014 à 01:54
Accueil
News
Cameroun
Actualité
Article

Cameroun  ici Cameroun
 Autres articles

Comment

Actualité

La faillite de l’élite " des agrégés "camerounaise
Publié le 12-10-2012  |  (Yaoundé - Cameroun). Auteur : La Cité   [lu : 5554]
La faillite de l’élite
© La Cité
La faillite de l’élite " des agrégés "camerounaise


L’élite, dans un pays, constitue la crème de sa population. C’est elle qui, à travers le monde promeut le progrès. Au Cameroun, la nôtre, au regard de la crise multidimensionnelle que traverse notre pays, a plutôt fait faillite.

Après que Paul Biya ait indiqué l’orientation politique qu’il allait donner à son pays et qu’il a baptisée « Renouveau » - entendez, tout n’était pas mauvais sous Ahmadou ahidjo, il importe simplement d’opérer quelques réglages, et la machine Cameroun repartira de plus belle – s’est aussitôt posé le problème des personnes avec qui il allait pouvoir « renouveler » le Cameroun.

Il s’en est alors suivi le fameux débat qui avait secoué en 1984, 1985, 1986, la classe politique camerounaise, et qui portait sur la nécessité de mettre du vin neuf, non plus dans de vieilles outres, mais plutôt dans des outres nouvelles, étincelantes de virginité. Traduction : à une nouvelle politique, telle que celle qui était en train d’être inaugurée par le président de la République, devait correspondre de nouveaux hommes. Ces derniers, on s’en souvient, Paul Biya les a choisis dans trois viviers : celui de l’enseignement supérieur, celui des diplômés de l’Enam, et celui des diplômés des écoles de commerce.

La faillite des agrégés

Ce fut une véritable révolution qu’opéra le président de la République, en associant à son régime naissant, les docteurs « es connaissances », agrégés et « professeurs » de l’université du Cameroun. Ceux-ci ont alors envahi toutes les sphères de l’Etat, sortant par la même occasion, de l’ostracisme dont ils venaient d’être l’objet pendant deux décennies, sous le règne d’ahmadou ahidjo. ils se sont retrouvés conseillers en tout et partout, à la présidence de la République, au Premier ministère, dans les différents ministères.

Bien mieux, ils sont même devenus ministres : éducation nationale, information, santé publique, etc. La population, de son côté, a applaudi des deux mains : « enfin, les intellectuels ont pris en mains le pays ». Traduction : l’époque des « ignares » avec qui préférait gouverner ahmadou ahidjo, est révolue. Paul Biya les a même introduits au Comité central du Rdpc. ils sont devenus plus puissants que jamais. au prestige que confère la connaissance, ils alliaient celui de l’appartenance au cercle restreint et tant convoité des sages du parti, à l’époque unique.

Mais, une décennie seulement plus tard, quelle n’a pas été la désillusion des populations. Les « professeurs » au pouvoir, se sont avérés plus nuls que les non professeurs. ils les ont surpassés carément en turpitudes. En tout cas, ils ont conduit le pays à une double ruine : 1/ sur le plan international, le Cameroun s’est honoré deux fois de suite du titre humiliant de champion du monde de la corruption ;

 2/- le Cameroun, sous leur règne, figure à présent sur la liste non moins honteuse des « pays pauvres très endettés », entendez, les derniers de la planète. Paradoxe véritable : quand le pays était aux mains des « analphabètes » de l’époque d’ahmadou ahidjo, il figurait parmi ceux sur qui la communauté internationale misait pour servir de locomotive en afrique ; une fois les « professeurs » au pouvoir : patatras ! On ne saurait reprocher Paul Biya d’avoir fait appel à ces savants. il a pris la bonne décision.

Il a opéré le bon choix. il fallait associer les intellectuels à la gestion du pouvoir. Tous les chefs d’Etats, à travers le monde,  le font. John F. Kennedy, aux Etats-Unis d’amérique, avait fait appel à des intellectuels tels que Mac Namara et autres ; Richard Nixon avait fait appel à Henry Kissinger et autres ; en France, Valéry Giscard d’Estaing avait fait appel au professeur d’économie de réputation mondiale Raymond Barre.

Il collaborait étroitement aussi avec le sociologue de réputation mondiale Raymond aron. François Mitterrand, il s’est attaché les services de Jacques attali, une lumière en France, sans oublier Roland Dumas, professeur émérite de droit, Jean-Pierre Cot, et bien d’autres. Ces différentes sommités intellectuelles ont pu faire de leurs pays des références sur le plan mondial. Qu’est-ce qui a donc posé problème avec les nombreux « professeurs » de Paul Biya ? Réponse simple, ils sont loin d’avoir la dimension intellectuelle des intellectuels des pays occidentaux.

Ils passent vingt années à se pavaner avec le titre de « professeur », sans jamais publier le moindre ouvrage ou le moindre article dans une revue scientifique. On les voit plutôt aller se disputer des sous-sections et des comités de base du Rdpc avec les villageois. Jacques attali, qui fut Conseiller de François Mitterrand, était président de quelle fédération (section) du Parti Socialiste français ? Nos « professeurs » sont loin d’avoir la dimension dont ils se prévalent. ils ne sont, en réalité que des borgnes au pays des aveugles.

Et pour finir, nos « professeurs » ne sont avant tout que de bons Camerounais. En d’autres termes, ils sont extrêmement corrompus, avides d’honneurs, et sont empêtrés dans la sorcellerie, la franc-maçonnerie, la Rosecroix, et d’autres sociétés secrètes locales, genre « éboka ». ils n’ont pas en eux ce qui fait la force de leurs homologues occidentaux : le patriotisme. ils ne pensent que ventre, villas, femmes. De l’avenir du Cameroun, ils s’en moquent éperdument.

La faillite des diplômés de l’Enam Le président ahmadou ahidjo régnait en s’appuyant sur les diplômés de l’Enam. a son époque, celle-ci formait du personnel au niveau des plus disparates. Certains diplômés de cette école, étaient nantis de licences, d’autres de capacités en droit, de simples baccalauréats, de Bepc, parfois même de Cepe. L’Enam a ainsi procuré à ahmadou ahidjo des cadres au niveau quelconque.

On ne peut, en effet, avoir dans la même classe, un licencier et un titulaire du Cepe, sans que le nivellement ne se fasse par le bas. C’est bien connu, il est plus aisé de régresser que de s’élever. L’arrivée de Paul Biya aux commandes de l’Etat, s’est traduite par une volonté d’amélioration du niveau des diplômés de cette école, avec la suppression des fameuses listes « a et B ». De nombreux ressortissants du « Grand Nord », malheureusement, ont perçu cette décision comme une volonté de leur nuire. Quoi qu’il en soit, le président de la République a continué, comme son prédécesseur, à employer les diplômés de l’Enam dans toute l’administration.

Il a également continué à les maintenir à la tête des sociétés publiques et parapubliques. La suite, tout le monde la connaît : corruption généralisée ; faillites en cascades des sociétés d’Etat ; gabegie, népotisme. Pour tout dire, l’incompétence s’est érigée en règne.

A ce jour, les diplômés de l’Enam apparaissent comme des démolisseurs chevronnés de toutes les structures qui fonctionnent convenablement. il faut pratiquement les entourer des garde-fous les plus ingénieux, tellement leur esprit prédateur cause du tort à la République. Le moindre magistrat ou inspecteur du trésor, pour ne pas parler des douanes, se retrouve en peu de temps, à la tête d’une colossale fortune. Paul Biya les a utilisés à profusion dans ses divers gouvernements.

Ils se sont illustrés pour la plupart par un enrichissement aussi spectaculaire que scandaleux. Les diplômés de l’Enam constituent, aujourd’hui, l’écrasante majorité des ministres devenus milliardaires. Si le Cameroun est actuellement en crise, ils en portent, une lourde responsabilité.

La faillite des diplômés des écoles de commerce L’arrivée de Paul Biya au pouvoir a coïncidé avec la découverte, par les Camerounais, des salaires faramineux qu’offrait le secteur parapublic. Dans les années 78, 79, 80 voire même 82, 83, il était devenu de bon ton, pour les parents de payer des études de manager dans les universités et grandes écoles de formation occidentales à leurs enfants.

Les Camerounais ont ainsi envahi pratiquement toutes les écoles de commerce de France : Hec, isa, isg, Sup de Co, etc. D’autres se sont formés aux Etats-Unis d’amérique et au Canada, où ils ont ramené des « Masters of Business administration ». Enfin, les moins nantis, eux, se sont contentés de l’Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales, Essec, de Douala. De retour au Cameroun, beaucoup ont postulé à un emploi à la Sni. Celle-ci s’est mise à les affecter dans la totalité des sociétés de son portefeuille.

Ces jeunes diplômés d’écoles de commerces, se sont mis à rouler carrosse partout où ils se trouvaient, et faisaient preuve d’une prétention démesurée. Leur langage était identique : « tu es où ? je suis à la Snec ; et toi ? à la Camair ; mais, je me bats pour être recruté à la Cnps, là-bas, les salaires sont plus élevés » ; « à iBM, on me propose le double de ce que je gagne à X, j’y vais » ; « on m’a pris à la Camsuco, mais, là-bas, c’est la brousse ; je cherche à être recruté à l’Oncpb ou à la Cncc ; là, je viendrai vivre à Douala » ; etc.

Ces fringants titulaires de « M.b.a. », ne passaient leurs vacances qu’en Europe, s’habillaient auprès des couturiers français les plus prestigieux et par conséquent les plus chers, s’offraient les automobiles les plus coûteuses.

La suite, on la connaît également : ils ont mis Ko. toutes les entreprises dans lesquelles ils ont fait étalage de leurs connaissances. alliés aux diplômés de l’Enam qui étaient généralement leurs patrons, ils ont complètement démoli le tissu industriel dont était déjà en train de se doter le Cameroun. Combien d’entre-eux ont-ils, dans le même temps, songé à créer leur propre entreprise ?

Très peu. En vérité, ils ont amené dans le secteur privé, la mentalité parasitaire des fonctionnaires. Et, lorsqu’ils se sont rendus compte qu’ils ont contribué à la fermeture de toutes les sociétés parapubliques dans lesquelles ils avaient été affectés, ils ont, pour la plupart, plié bagages, sont retournés en Europe où ils travaillent actuellement, en majorité, comme veilleurs de nuit, gardiens de parkings, manutentionnaires, etc.


L’élite de demain


Vous avez dit « grandes réalisations » ?

 Oui, mais avec qui ? That is the greatest question. En conséquence, la première et la « plus grande ambition et réalisation » du septennat de Paul Biya qui conditionne la réussite de toutes les autres, quelles qu’elles soient, devrait à n’en pas douter, por ter sur la recherche d’hommes compétents et dévoués à la République et au pays. Bien mieux, celle-ci devrait porter sur la formation de ces hommes qui, de toute évidence, ne peuvent surgir du néant. En Grande-Bretagne, les universités de Cambridge et d’Oxford sont réputées pour la qualité de leurs formations ; aux Etats- Unis, « Harvard », « Yale », « Geor getown », « Ucla », etc, également ; en France, l’Ena, les instituts d’Etudes Politiques, etc.

Au Cameroun, quelle école de formation peut-elle à ce jour être considérée comme étant de qualité, dès lors que se monnaient dans les concours d’admission. Celles-ci ne sontelles pas les hauts lieux d’initiation à la gabegie, au népotisme et à la corruption, méfaits qui caractérisent aujourd’hui, l’élite camerounaise dans son ensemble ? On ne peut faire de « grandes réalisations avec des individus qui, eux, n’en ont que de toutes petites. Voilà, en vérité, la situation qui risque d’obérer, considérablement, le projet politique de Paul Biya. Réveillons nous !


Source: La Cité N° 114 Octobre 2012


Copyright © La Cité, Yaoundé - Cameroun  |  12-10-2012
 Commentaires : connectez-vous avec facebook, yahoo, hotmail ou msn
lire aussi

 Sortir l’histoire politique africaine de l’ornière du révisionisme

Antoine Nguidjol - 23-10-2014
Sortir l’histoire politique africaine de l’ornière du révisionisme  (181 )

 Le Nigeria et le Tchad refilent Boko Haram au Cameroun

L´oeil du sahel - 23-10-2014
Le Nigeria et le Tchad refilent Boko Haram au Cameroun  (163 )

 Assurance volontaire à la CNPS:Dès le 03 novembre 2014 !

Cnps- Info - 23-10-2014
Assurance volontaire à la CNPS:Dès le 03 novembre 2014 !  (169 )

LIENS PROMOTIONNELS



 Suggestion de vidéos

Précédent Suivant
à de