AZEDCOM       » icicemac.com    » Camerlive.com    » Wakiri.com    |         |   [   60 sur le site ]    Mise à jour : le 21-11-2014 à 00:28
Accueil
News
Gabon
Économie
Article

Gabon  ici Gabon
 Autres articles

Comment

Économie

La COSUMAF travaille à l’amélioration du fonctionnement du marche financier de l’afrique centrale
Publié le 17-10-2009  |  (Libreville - Gabon). Auteur : COSUMAF   [lu : 83422]


Garant du bon fonctionnement du marché financier de la CEMAC, la COSUMAF assume une fonction de prévention des risques, en veillant à remédier aux vulnérabilités du marché et à le prémunir contre la survenance d’un risque majeur.

  

Le Marché Financier Régional, qui est resté plusieurs années en état de gestation, est désormais opérationnel, du fait notamment :

 
  • de l’octroi d’agréments aux organismes centraux du marché et aux intermédiaires ;
  • de l’inauguration, en août 2008, des plates-formes techniques de cotation et de règlement-livraison installées à la BVMAC ;
  • de la réalisation de plusieurs opérations de levée des fonds, par appel public à l’épargne ou dans le cadre de placements privés.
  

Le Marché Financier de l’Afrique Centrale a été mis en place dans un contexte marqué par un déficit de transparence financière des entreprises, une tendance affirmée au secret des affaires, assortie d’une absence de communication des entreprises, une faible culture financière, la méconnaissance des mécanismes et des métiers de la bourse, l’insuffisance de professionnels des marchés financiers.

  

Ces faiblesses sont à l’origine de divers dysfonctionnements, qui ont été relevés dans le cadre de la surveillance et du contrôle des opérations et des structures agréées du marché.

  

Les dysfonctionnements relevés s’articulent notamment autour de :

 
  • l’insuffisance des ressources humaines au sein des structures agréées du marché,
  •  l’insuffisance, voire l’inexistence de dispositifs de contrôle interne ;
  •  la forte exposition de certains acteurs aux risques ;
  •  la faible appropriation de la réglementation du marché par les intervenants et les acteurs du marché ;
  • le déficit de transparence des émetteurs ;
  • la faible culture financière du public et des milieux d’affaires.
  

Toutes ces faiblesses sont de nature à compromettre la réussite des initiatives pour promouvoir la croissance des activités et le développement du marché financier régional.

  

Dès lors, comment remédier à ces faiblesses et améliorer le fonctionnement du marché ?

  

Les mesures suivantes sont proposées, sans souci d’exhaustivité.

  

I°- Veiller à la mise en œuvre effective, à brève échéance, des dispositifs de contrôle interne au sein des structures impliquées dans le fonctionnement du marché

  La réglementation du marché impose à toutes les structures agréées de désigner un contrôleur interne et d’effectuer toutes les diligences associées à un tel dispositif. Ces entités doivent en outre adopter un manuel des procédures qui décrit notamment les modalités d’exécution des différentes tâches internes et les contrôles associés. La réglementation impose également l’établissement par le contrôleur interne d’un rapport annuel, qui est adressé à la COSUMAF.

Ces différentes exigences ne sont pas encore mises en œuvre par les acteurs du marché.

  

II°- Adopter un texte sur le gouvernement d’entreprise et assurer la diffusion des pratiques de bonne gouvernance

  

Un travail de fond sera entrepris par la COSUMAF pour mettre en place des règles de bonne conduite en matière de transparence, assurer la qualité de l’information financière publiée par les sociétés faisant appel public à l’épargne et optimiser le fonctionnement du Conseil d’administration desdites sociétés.

  

III°- Assurer une diffusion optimale de la réglementation

  

Il est nécessaire d’assurer une permanente diffusion de la réglementation et de la doctrine de la COSUMAF,  une plus grande transparence des procédures applicables, en vue de renforcer la sécurité juridique et encourager l’appropriation des textes par les intervenants et acteurs.

  

Outre la publication d’un texte sur le site internet de la COSUMAF, en cas d’adoption d’un texte, il est nécessaire d’adresser des alertes à une large catégorie d’individus ou d’entités.  Des insertions systématiques de textes dans la presse ou d’avis informant de l’adoption d’un texte doivent être préconisées. 

  

Régulièrement, la COSUMAF publiera sa doctrine afin notamment de donner la bonne interprétation de la réglementation. Cette publication pourrait prendre la voie de recommandations ou d’avis insérés dans la presse.

  

IV- Instituer des réunions périodiques avec les intervenants, les acteurs et les structures agréées du marché ou leurs associations professionnelles

  

L’institution de ces réunions périodiques a pour but de permettre des échanges réguliers entre le régulateur et les professionnels concernés sur les sujets d’intérêt commun d’ordre réglementaire, sur les problèmes liés au fonctionnement du marché et sur des préoccupations plus spécifiques à une catégorie d’intervenants ou d’acteurs du marché.

  

Ces rencontres devraient permettre d’assurer, d’une part, la connaissance, par le régulateur, des préoccupations des acteurs et intervenants du marché, et d’autre part une meilleure satisfaction des exigences réglementaires.

   V°- Conclure des accords de coopération et d’échange d’informations  

La crise financière, qui a fortement secoué les grandes places financières internationales et provoqué de profondes fissures dans les économies des pays en développement, a sérieusement entamé la confiance des épargnants et des actionnaires dans le système financier.

  

Le G20, réuni en 2008 et en Mars 2009, a recommandé un ensemble de mesures visant à renforcer la coopération et les échanges d’informations entre régulateurs pour assurer une meilleure surveillance des risques et un contrôle renforcé des acteurs, des produits et des opérations.

  

La coordination de la COSUMAF avec les autres régulateurs du secteur financier de la CEMAC (Banque des Etats de l’Afrique Centrale, Commission Bancaire de l’Afrique Centrale, Conférence Interministériel des Marchés d’Assurances) sera renforcée. Des initiatives sont déjà prises dans ce sens.

  VII - Renforcer le cadre réglementaire  

Le cadre réglementaire du marché financier régional doit, en toutes circonstances, être un gage de sécurité, d’efficience et d’attractivité du marché.

  L’effort de mise en place du corpus réglementaire n’est pas achevé. Le Règlement Général de la COSUMAF sera complété notamment par diverses instructions destinées à faciliter sa mise en œuvre et renforcer l’attractivité du marché.  

VIII° - Mettre en place un partenariat avec les professionnels de la comptabilité

  

La COSUMAF a pour mission de veiller à la qualité de l’information financière diffusée par les émetteurs faisant appel public à l’épargne.

  

En vue d’assurer la lisibilité des documents financiers et améliorer la qualité de l’information financière, la COSUMAF va instituer un véritable partenariat et une étroite collaboration avec les organisations professionnelles d’experts-comptables et de commissaires aux comptes.

COSUMAF

 
Copyright © COSUMAF , Libreville - Gabon  |  17-10-2009
 Commentaires : connectez-vous avec facebook, yahoo, hotmail ou msn
lire aussi

 Veut-on réellement le décollage des pays africains ?

Lu sur le Net - 17-11-2014
Veut-on réellement le décollage des pays africains ?  (322 )

 Apres Péan, un autre Pierre y va de son couplet: Ali Bongo doit faire un test ADN pour dissiper toutes les rumeurs sur sa filiation

Gérald Mounomby - Gabon Review - 7-11-2014
Apres Péan, un autre Pierre y va de son couplet: Ali Bongo doit faire un test ADN pour dissiper toutes les rumeurs sur sa filiation  (868 )

 Ali Bongo face au dialogue inclusif sollicité par l’opposition

Gérald Mounomby - 6-11-2014
Ali Bongo face au dialogue inclusif sollicité par l’opposition  (313 )

LIENS PROMOTIONNELS



 Suggestion de vidéos

Précédent Suivant
à de