Affaire Survie -Cameroun: Qui veut jouer dans le dos du président élu

0 167

Mais l’équipe de Penda Ekoka reste dubitative malgré une réunion entre les différentes parties qui s’est tenu le 3 octobre 2020. Ont par exemple pris part à cette réunion : Henry Djoko, Salomon Eba, Moise Tchankoumi. Cependant, ils ne sont toujours pas satisfaits.Car il a une confiance totale en Christian Penda Ekoka. D’ailleurs il va demander le 29 octobre 2020 à Henry Djoko de « présenter ses excuses » au président du comité de gestion de SCSI. Ce que Henry ne fera pas. Car, depuis des mois, il émet des sérieuses réserves sur la fiabilité de Christian Penda Ekoka.

LES MAGOUILLES DE CHRISTIAN PENDA EKOKA DANS LE DOS DE MAURICE KAMTO SUR L’AUDIT DE ACDB POUR PLANIFIER SON COUP D’ÉTAT.

Le 30 octobre 2020, sur instruction de Maurice Kamto, Henry Djoko, coordonnateur du MRC – Europe a donc transmis à Salomon Eba et Moïse Tchankoumi auditeurs internes de SCSI pour le compte de Christian Penda Ekoka l’ensemble des informations demandées. C’est-à-dire les identifiants et mots de passe des plateformes stripe et paypal leur permettant d’avoir accès aux données personnelles des donateurs qu’ils téléchargeront d’ailleurs par la suite sans en informer les techniciens du MRC. Une information que Maurice Kamto obtiendra bien plus tard. Car il a une confiance totale en Christian Penda Ekoka. D’ailleurs il va demander le 29 octobre 2020 à Henry Djoko de « présenter ses excuses » au président du comité de gestion de SCSI. Ce que Henry ne fera pas. Car, depuis des mois, il émet des sérieuses réserves sur la fiabilité de Christian Penda Ekoka.

En interne, loin des regards de Maurice Kamto et du public, une guerre de tranchée a débuté depuis que l’écart d’environ 300 000 euros a été découvert. D’un côté, les informaticiens de la plateforme qui après un mois de travail soulignent qu’il s’agit d’un bug informatique. Ils indiquent qu’au lancement de l’initiative en avril 2020, tous les paiements étaient automatiquement effectués en euros. Car il n’y avait pas de sélection de devises sur le site. Suite aux récriminations des donateurs et internautes hors de la zone euro, l’équipe technique a décidé d’introduire un sélecteur de dévises qui permettait à chacun de choisir la devise avec laquelle il voulait faire un don. Ce convertisseur de devises ( Currency Switcher) fournit par l’entreprise américaine GiveWP a été installé le 29 juin 2020. Soit trois mois après le lancement de l’initiative. C’est donc ce convertisseur qui va générer un bug informatique.

Lire aussi:   Entre Lueur et Désespoir : Quel destin pour les Camerounais du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ?

Un bug informatique découvert le 9 août 2020. Après deux mois de travail, les ingénieurs de l’initiative Survie Cameroun et ceux de l’américain GiveWP fournisseur du convertisseur concluent dès le début du mois d’octobre 2020 qu’il y a eu bug informatique pour justifier l’écart entre la jauge et les fonds disponibles dans le compte bancaire. Dès le 2 octobre 2020, Christian Penda Ekoka, Salomon Eba et Moïse Tchankoumi sont officiellement informés par les techniciens dans un rapport détaillé des raisons du bug informatique. Il leur est expliqué que tous ceux qui ont payé avec une autre devise que l’Euro après le 29 juin 2020 ont vu leurs dons mal convertis en euros et multipliés par 100. Ils ajoutent que le camerounais Richard Bona n’a pas connu ce problème parce qu’il avait payé le 6 avril 2020 soit bien avant l’introduction du convertisseur de devises.

LE CHOIX DU CABINET

Mais l’équipe de Penda Ekoka reste dubitative malgré une réunion entre les différentes parties qui s’est tenu le 3 octobre 2020. Ont par exemple pris part à cette réunion : Henry Djoko, Salomon Eba, Moise Tchankoumi. Cependant, ils ne sont toujours pas satisfaits. Le 3 octobre 2020, Moïse Tchankoumi et Salomon Eba adressent une correspondance au président du Comité de gestion de SCSI, Christian Pendan Ekoka dans laquelle ils demandent « qu’un audit indépendant soit diligenté par un cabinet indépendant pour certifier le montant reçu des contributions au 30/09/2020 ». Pour préparer l’arrivée de l’audit indépendant, ils demandent l’accès au plate-forme bloqué par Henry Djoko en raison du règlement général sur la protection des données (RGPD) au sein de l’union Européenne.

Après discussions avec Maurice Kamto et obtention de son accord, Christian Penda Ekoka annonce le 2 novembre 2020 le lancement d’un audit indépendant pour déterminer les raisons de l’écart. La mission de l’audit consiste à : 1) examiner la fiabilité des informations et des procédures des plateformes de collecte jusqu’au transfert des fonds sur le compte bancaire de SCSI au MR ; 2) L’utilisation des fonds collectés pour les besoins de l’initiative SCSI. Christian Penda Ekoka met sur pieds une équipe de sélection du cabinet. Il contacte les responsables du MRC qui s’y opposent indiquant qu’ils n’ont pas participé à l’élaboration des termes de référence de l’appel et qu’ils ne connaissent pas sur quel base le choix des autres membres a été effectué.

Lire aussi:   MAURICE KAMTO REFUSE LA RESIDENCE SURVEILLÉE IMPOSÉE PAR BIYA

Parmi les 6 membres de la commission de sélection du cabinet d’audit indépendant, figure au moins 4 personnes reconnues comme faisant partie de l’association AGIR de Christian Penda Ekoka : Michel Prombo (membre AGIR) ; Mireille Etong (membre AGIR) ; Claude Noumedene (Membre AGIR) et certainement Moise Tchankoumi (membre AGIR. Car c’est ce dernier qui au nom du cabinet ACDB va tester le 14 janvier 2021 en effectuant 7 petits dons en euro la fiabilité des plateforme paypal et stripe. Lui qui était déjà auditeur interne au sein de l’initiative SCSI. Un conflit d’intérêt flagrant. Maurice Kamto ferme les yeux. Il maintient sa confiance à celui qu’il continue d’appeler « mon frère ». Or l’entourage commence à tirer la sonnette d’alarme. Car les signaux ne manquent pas.

CONFLIT D’INTÉRÊT

En effet sur le site http://scsi-audit.org/?page_id=515 on y découvre que la compétition pour la sélection du cabinet d’audit indépendant s’est déroulé autour de trois cabinets : Le cabinet basé aux Etats-Unis, GZM, le cabinet basé en France ACDB et le cabinet basé au Canada DEMEU. Cependant, le cabinet canadien DEMEU dément avoir participé à toute présélection pour l’audit de SCSI. Il accuse Christian Penda EKOKA « d’abus ». Il poursuit : « Et si je postulais ainsi à la présélection, pourquoi le président du comité de gestion ne m’a pas orienté vers les canaux appropriés et officiels pour un tel projet? Je n’ai jamais reçu une demande d’ envoi par une voie officielle au comité de présélection. Je n’ai jamais communiqué avec lui par une voie officielle des courriels scsi mais via son adresse personnelle. Je me demande d’où vient un document d’aide que je lui ai envoyé dans une soi-disant pré sélection des cabinets. Pourquoi ce n’est pas mon cabinet qui endosse le document que je lui ai envoyé. Dans le pays ou je me trouve je suis en droit de dire que cela relève de la pure exploitation abusive à des fins dont je ne connais l’objet ».

Lire aussi:   Manaouda MALACHIE casse la caisse: 25 ambulances à 7 milliards de francs CFA, soit 280 millions l'unité

L’on découvre dès lors que le processus de sélection du cabinet par Penda Ekoka était déjà entaché de fraude. Mais, une fraude qui semblait avoir pour objectif de donner ce marché d’environ 10 MILLIONS de Fcfa au cabinet basé en France, ACDB. En effet, le 12 décembre 2020, le président du comité de gestion de SCSI informe Bakari Diagouraga du cabinet ACDB qu’il a été sélectionné comme auditeur de l’initiative Survie Cameroun. Quelques heures plus tard, Maurice Kamto est informé du choix de ACDB. Il est inquiet et y voit clairement un autre conflit d’intérête et fait part directement à Christian Penda Ekoka.

En effet, Maurice Kamto se souvient que dès le mois de mai 2020 soit quelques jours seulement après le lancement de l’initiative Survie Cameroun et pendant que la collecte s’intensifie, les proches de Penda Ekoka, Salomon Bea et Moïse Tchankoumi demandent le recrutement d’un commissaire au compte pour surveiller les transactions financières. Henry Djoko propose AUDIFEC Conseil de Jules Fogue qui suggère de travailler pour Survie Cameroun de manière bénévole. Mais derrière Jules Fogue se trouvent plusieurs experts-comptables camerounais qui souhaitaient aider gracieusement l’initiative de lutte contre la COVID 19. L’équipe de Penda Ekoka s’y oppose personnellement pourtant AUDIFEC veut travailler gratuitement. D’ailleurs, le 15 mai 2020, Moïse Tchankoumi écrit d’ailleurs : « En raison de la patronymie de son directeur avec le trésorier nationale nous ne sommes pas à l’abris d’un soupçon de conflit d’intérêt (même inexact) car comme tu le sais ce ne sont pas nos amis qui vont fouiner mais ce sont ceux qui vont chercher la moindre brèche pour semer le doute, pour accuser, pour démolir l’action ».

ENTRE COPAINS

Dès lors, pour les proches de Penda Ekoka, il faut éviter tout conflit d’intérêt fondé ou pas. Bonnes intentions à priori. Mais Tchankoumi dans cette correspondance de mai 2020 écrit : « la mission d’un commissaire aux comptes ne peut s’accomplir à titre gracieux. En conséquence nous avons sollicité le cabinet ACDB CONSULTING à Paris. Bientôt nous recevrons leur proposition de mission que nous te ferons suivre ».

Sur la base de ces informations il apparaît dès 2020 que l’équipe de Penda Ekoka était en contact avec ACDB consulting dès 2020. C’est à ce même cabinet que Christian Penda Ekoka va confier 8 mois plus tard, soit en décembre 2020, l’audit indépendant prescrit par Maurice Kamto. Le conflit d’intérêt est plus que flagrant. Pour boucler la boucle, le patron de ACDB Consulting, Bakari Diagouraga n’est rien d’autre qu’un ami de Salomon EBA. Débute dès lors la tentative de coup d’Etat contre Maurice Kamto… (la suite prochaine).

LIRE-Épisode 1

Épisode 3…. très prochainement

Source: BORIS BERTOLT

commentaires
Loading...