A. Mounde Njimbam donne une leçon magistrale à l’enseignant MESSANGA NYAMDING du Rdpc

0 276

CHER MESSANGA NYAMDING…Il n’y a aucune chance donnée à Maurice Kamto ! Ce qu’il s’est passé est tout simplement de l’arbitraire, un acte tyrannique et quand l’Etat de droit est bafoué, on ne négocie pas : on fait valoir avec dignité ses droits ! Il n’y a aucune chance donnée à Maurice Kamto. Il y’a l’assomption de pratiques d’un autre âge, cautionnées par des figures comme vous, prêtes à dire à Paul Biya que Yaoundé n’a plus de collines, qu’il peut fendre le Wouri, qu’il peut traverser la Sanaga à dos de chameau

! Il n’y a aucune chance donnée à Maurice Kamto. Il y’a la consécration d’une logique féroce et léonine pour un but connu : conserver jusqu’à plus soif le pouvoir! Je ne crois pas que la meilleure chose à demander à un opposant, droit dans ses bottes, que l’on partage ses idées ou non, est de s’agenouiller par peur de Kondengui, c’est de se mettre à plat ventre par crainte du bagne, c’est de devenir un autre Tchinda de la République ! Je ne crois pas qu’on baisse son froc politique, la lucarne de ses idées parce que l’on s’effraie de représailles !

Quels que soient les quolibets, les rets de la propagande, la férocité du système, je pense qu’il faut plus que jamais avoir des Camerounais libres de dire NON à Paul Biya ou quiconque ; libres de dire Paul Biya doit partir sans que cela ne soit de l’insurrection. Libres comme vous de dire : je suis Biyaiste. Je veux que Paul Biya me nomme à la place d’Ayem Monger ! Manifester librement et pacifiquement n’est pas de l’insurrection. C’est la liberté dans son essence ! Comme le 22 ! Choisir d’aller aux élections ou pas est un choix : libre !

Lire aussi:   L'homme d'affaires camerounais Mr Fotso Victor est décédé ce jour à Paris à l'âge de 94 ans.

Aucune prison au Cameroun ne changera cela dans l’esprit d’un homme libre. Et je souhaite que des figures comme Kamto restent libres et n’aient pas peur de la saillie d’un Biyaiste qui n’a que la menace de détention arbitraire pour arguments. Je vous conseille de lire ces deux livres de poèmes que vient de commettre Maurice Kamto : de l’art de rester libre derrière tous les barreaux !

Source: A. Mounde Njimbam

commentaires
Loading...