Le méa-culpa de Biyong du PCRN à Maurice Kamto ou l’appel de pied ouvert à l’adresse du MRC

0 151

Les sorties répétées du jeune maire de Douala 5eme, Joseph Espoir Biyong, ont fait débat cette semaine dans l’espace médiatique national.

Il m’a semblé qu’il y a un prisme, certes psychologisant, que les commentateurs ont peu ou pas exploré et par lequel j’ai choisi de lire cette actualité.

Le jeune Biyong du Pcrn a beau être novice, il est tout, sauf un naïf!

À la vérité, devant la débâcle récente de son parti, Biyong avait le choix entre

1- S’associer à la 《confrerie des pleureuses》

2- ou faire l’autruche en niant l’évidence d’un camouflet politique qui fera date. C’est sûr!

Manifestement il n’a opté, ni pour l’un ni pour l’autre.

Mû par une intelligence de situation que je ne lui connaissais pas aussi vive, Biyong a joué l’équation personnelle, en posant les jalons de sa probable candidature à la mairie de Douala 5eme.

Son geste politique repose sur au moins deux leviers.

1- 《Politiquement incorrect》, il construit une démarcation nette par rapport à la ligne et au discours de son parti au sujet du système gouvernant, autour de la sempiternelle controverse et l’épineuse problématique de l’organisation des élections au Cameroun. Sujet clivant, s’il en est; préempté depuis au moins un an par le mouvement pour la renaissance du Cameroun.

2- Pragmatique, il sait que la victoire du Pcrn à Douala 5eme, par delà les atouts de ses candidats, était avant tout le fait d’un concours de circonstances dont le retrait du MRC du jeu électoral fut sans aucun doute l’épine dorsale.

Biyong a pris goût à la jouissance que procure un mandat électif. Alors, il rêve déja de mieux…

Lire aussi:   Le discours du Dr. Denis Mukwege, prix nobel de la paix

Mais conscient de la sociologie politique locale, il sait pertinemment qu’à défaut de s’acoquiner avec le Rdpc, il lui est impossible d’envisager une réelection dans cette circonscription, sans avoir à composer d’une manière ou d’une autre avec le Mrc qui sera de la partie (et cela ne fait pas l’ombre d’un seul doute) lors des élections municipales et législatives de 2025.

Le méa-culpa de Biyong à Maurice Kamto, bien plus qu’un cri de repenti dont on peut toujours questionner la sincérité, est un appel de pied ouvert à l’adresse du Mrc, seul allié de l’opposition (du moins pour l’heure) capable de lui assurer une participation honorable à la mairie de Douala 5eme qui lui est idéologiquement et dans une certaine mesure géoethniquement acquise.

Une mairie au carrefour de la “modernité” de la ville de Douala, où le Sdf a laissé des plumes; et que le Rdpc entend maintenir dans son giron.

Il est vrai que l’ambition personnelle parle bien plus fort chez Biyong que la 《discipline du parti》, mais nul ne peut nier que le jeune homme a du nez!

Il a frappé un coup et marqué des points…parfois contre son propre camp. Aie!

Problème: pour rester cohérent dans la démarche qui est sienne, il va devoir se livrer à un difficile exercice d’équilibriste entre son parti le Pcrn, et le Mrc, son désormais allié naturel, avant les prochaines consultations électorales locales, prévues dans cinq ans.

Et en politique, cinq ans, c’est long !

Luc Perry Wandji
Journaliste, chercheur, libre penseur.

commentaires
Loading...