LE GANGSTÉRISME POLITIQUE : DEUX JEUNES PSEUDO-POLITICIENS DANS L’AUTODÉRISION

0 172

BMS : ENTRE IMMATURITÉ, AMATEURISME ET GANGSTÉRISME POLITIQUE : DEUX JEUNES PSEUDO-POLITICIENS DANS L’AUTODÉRISIONAu sorti de cette présidentielle (qui encore n’est pas achevée) il faudrait désormais que les Camerounais sachent s’analyser et comprennent qu’ils sont un obstacle pour eux-mêmes, qu’ils sont eux-mêmes les fossoyeurs de leur propre existence.

L’image peut contenir : 2 personnes

Voyez-vous, lorsqu’on arrive au Cameroun et que l’on constate la prolifération des églises de réveille et des débits de boisson, alors on comprend aisément les relents dans lesquelles s’inscrit ce peuple : dans la prestidigitation, les arnaques collectives, la délinquance juvénile, la crédulité fragile, le commerce d’illusions…Voici donc en image, deux jeunes singes de l’espace politique Camerounais, à qui sans la moindre interrogation, la foule a accordé du crédit.

L’un est un perdu, produit de la turpitude du système gestionnaire universitaire, et l’autre quelqu’un qui, pour avoir trouvé la réussite financière, a voulu explorer la scène politique. Les deux ont un point commun, c’est en effet qu’ils s’avèrent tous deux, des personnes politiquement vicieuses.

L’image peut contenir : 2 personnes

Des commerçants d’illusions et des juvéniles gangsters politique.Si l’un comme l’autre se distingue par l’amateurisme dans l’action et l’immaturité dans les positions politiques, il faut dire que, cette jeunesse a qui jusque là, l’on souhaitait accorder un peu de crédit, a grossièrement et lamentablement échoué sur l’égoïsme, l’individualisme et la prétention dominante, au mépris et au désarroi de cette jeunesse fière, qui voyait en eux des symboles d’une prestation longtemps étouffé et verrouillé par les codes de la gérontocratie.Ce sont désormais deux jeunes, en mal d’eux même, imbus et honteux, à qui l’on a à faire.

Lire aussi:   Pour la stabilité du Cameroun Kofi Annan invite les Camerounais à ne plus voter Paul Biya

Réduit à faire la gadoue et à se préparer aux incestes politiques, ils prolifèrent dans des envolées médiatiques et des sorties webnetiques, creuses, et d’une extrême vacuité, qui traduisent fondamentalement l’extrême malhonnêteté qui les caractérise.

Serge Espoir Matomba et Cabral Libii, qui se voulaient des personnalités publiques, mais dont par leurs abjectitudes, sont résignés à n’être que des personnes publique, destinées à la poubelle de l’histoire et donc le souvenir cauchemardesque ne saurait resurgir sans laisser un arrière goût d’amertume et de colère dans les esprits.

Quelle scabreuse jeunesse, de quoi avoir honte d’être Camerounais!

Source Facebook: Tchangue Marcel

commentaires
Loading...