CHARLES NDONGO ET LE SILENCE DU TAMTAM DE BIYA, OU LA GROSSIÈRE INDÉCENCE

0 135

CHARLES NDONGO ET LE TAMTAM DE BIYA, OU LA L’EXEMPLE DE L’INDÉCENCE À SON COMBLE

C’est incroyable les affaires du Cameroun. Tout un pays est en deuil avec l’assassinat d’enfants innocents à Kumba. Les condamnations de ce crime contre l’humanité arrivent de partout de le monde et tout ce que la CRTV trouve à faire c’est consacrer sa soirée à Sergeo Polo. Non mais sérieusement.

Il n’y a pas une semaine un enseignant a été tué en France et nous avons tous vu comment dès 16h toutes les chaînes françaises sont passées aux éditions spéciales. Reportages, analyses, commentaires, direct. Car, une vie de perdu dans des conditions horribles est inacceptable.

Dans notre pays, plus de huit enfants selon les Nations Unies sont assassinés à l’école et la télévision nationale payée ne trouve aucun intérêt d’y consacrer une soirée spéciale. C’est irresponsable et c’est de l’incompétence.

Nous devons apprendre dans ce pays à protéger les vies. À honorer la mémoire de nos fils et filles arrachées lâchement à la vie. Et les médias ont une mission fondamentale.

C’est incroyable cet effondrement moral dans ce pays. C’est même dégoûtant. Que vous soyez pro ou anti Biya vous avez le devoir défendre le droit à la vie et le respect de la dignité humaine.

JEAN PAUL MBIA, CELCOM DU MINESUP APPELLE LA CRTV À PLUS DE RESPONSABILITÉS

Réagissant à la suite d’une critique formulée par un internaute dans un groupe WhatsApp suite à ma prise de position sur le traitement médiatique des événements de KUMBA par la CRTV, Jean Paul Mbia, chef de la cellule de communication du ministère l’enseignement supérieur souligne: “ Mais un peu de décence face à cette tragédie nationale. Décapiter une colonne d héritiers dans un pays en construction et ne pas en faire une édition spéciale, c’est de la prévarication.

Lire aussi:   Mgr Samuel Kleda, Archevêque de Douala: J' ai des doutes sur la victoire de Biya aux élections dans l'extrême nord, le nord-ouest et le sud-ouest du Cameroun

Les responsables du programme devaient s’y atteler et réviser le menu. Ce n’est pas la responsabilité de Charles Ndongo qui a toujours rappelé à ses collaborateurs, souvent en ma présence, l impératif d adaptation d’un programme au fait majeur d’une actualité.Et à ce titre l’alerte de cet activateur politique (la formule est de saison) est pertinente et sensée”. Voilà. Moi je fais mon job. Je ne suis pas un décideur, ni un dirigeant. J’alerte. Et que les responsables prennent leurs responsabilités. Car ce qui est également enjeu c’est cette consolidation de l’appartenance de la communauté anglophone à l’ensemble national et les médias ont un rôle très important dans ce sens. Espérons que tir sera corrigé.

Tous les hommes se trompent mais l’important n’est pas de se tromper mais de se corriger afin de s’améliorer. Car nous sommes tous perfectibles et notre jeune démocratie demeure en construction en dépit des forces obscures qui veulent une régression.

BORIS BERTOLT

commentaires
Loading...