Session parlementaire de juin 2020 : L’espoir et la promesse…

0 42

.

Les yeux de pratiquement tous les Camerounais sont fixés sur cette session de juin de l’Assemblée nationale et du Sénat. Il y a des raisons importantes à cela!

Le pays est inondé de rumeurs de toutes sortes, avec une histoire sensationnelle émergeant pour remplacer celle qui la précède. La vue de l’étranger indique une nation divisé et en crise profonde, avec une guerre civile qui fait rage après trois ans et l’armée nationale engagée sur deux autres fronts, un nombre croissant de jeunes sans emploi et une classe dirigente assez âge à la tête. De là, nous voyons un pays sous l’emprise des forces du changement et peut-être dans une transition historique. Les questions sur le chef de l’Etat abondent sur les réseaux sociaux – est-il vivant? est-il encore capable de gérer le pays? – et dans le moulin à rumeurs, allant des doutes sur sa capacité à gouverner à savoir s’il y aura un changement majeur dans la constitution pour redéfinir l’après-Biya. Toute réforme constitutionnelle devra domicilier le pouvoir chez les citoyens et non pas avec une oligarchie ou une forme de gouvernement à un seul homme et des clans. Nous avons vu ce que cela peut faire pour n’importe quelle nation!

La plupart des observateurs nationaux et internationaux imputent l’état actuel du pays à une inertie systémique et structurelle qui était le résultat prévisible de quatre décennies d’un leadership monolithique qui n’a pas été ouvert à de nouvelles idées de gouvernance. Pendant la plupart des deux dernières décennies – une période qui couvre l’expérience de la pseudo-démocratie et le retour à ce qui équivaut à un régime de parti unique – il est devenu de plus en plus évident pour tous ceux qui ont essayé de s’engager avec le Cameroun que très peu de choses fonctionnent réellement dans le pays. :
• Chaque grand projet coûte deux ou trois fois ce qu’il coûterait dans des pays à économie comparable;
• Les investisseurs étrangers vont et repartent parce qu’ils ne peuvent pas comprendre les règles du jeu sur le terrain;
• Les investissements dans l’éducation et la santé ont donné les résultats les plus pitoyables;
• Les ressources nécessaires à la construction d’infrastructures de transport, d’énergie et d’eau, obtenues le plus souvent sous forme de prêts auprès de partenaires et d’institutions de développement, n’ont fait que garantir que le financement de contrepartie du gouvernement se retrouverait dans des poches privées;
• Les entreprises publiques ont constamment dévié des trajectoires prévues et sont rapidement devenues à peine plus que des gouffres budgétaires.

Lire aussi:   Mysticisme, bisexualité, idylle avec Olomidé, Zomo-Bem déshabille Lady ponce

Le Cameroun était autrefois décrit – au début des années 80 – comme une île de paix et de croissance dans une mer africaine de pauvreté et de crise. La paix dans le pays était une source de fierté nationale et chaque Camerounais était disposé à ignorer tous les premiers signes d’une mauvaise gouvernance, l’absence d’une vision du développement et le cancer croissant de la corruption. Le drapeau national flottait encore haut dans le ciel avec l’une des compagnies aériennes les plus fiables du continent, Cameroon Airlines; nous possédions les mers autant que n’importe quel pays africain, avec Cameroon Shipping-lines; les agriculteurs de notre économie essentiellement agricole ont travaillé dur et comptaient sur l’Office National de Produits de Bases (ONCPB) pour s’assurer qu’ils ne deviendraient pas victimes d’un marché international imprévisible ; les sociétés nationales d’électricité (SONEL) et d’eau (SNEC) étaient prévisibles dans la fourniture d’électricité et d’eau potable à l’industrie et au domicile des citoyens; l’urbanisation rapide devenait un facteur de croissance incontournable et trois organisations importantes ont été créées pour assurer la bonne maitrise du processus – MAETUR, Credit Foncier et SIC; le système national de transport urbain (SOTUC) a été mis en place pour garantir que la croissance démographique attendue dans nos deux principales villes n’entraîne pas un blocage économique et une mauvaise circulation urbaine.

La nation était prête à décoller économiquement au début des années quatre-vingt. La communauté mondiale du développement a vu un pays sur le point de passer de la pauvreté à l’une des rares économies africaines à revenu intermédiaire. Au début des années 1990, il y avait des étudiants de troisième cycle formés au Cameroun dans presque toutes les grandes institutions académiques du monde, de Harvard, Princeton, Stanford et Yale aux États-Unis aux universités de Pékin et Tsinghua en Chine, de l’Imperial College à Oxford et Cambridge au Royaume-Uni à Sorbonne en France et Witwatersrand en Afrique du Sud. Les hommes et femmes d’affaires camerounais investissaient localement et rejoignaient de plus en plus le club d’investisseurs étrangers dans d’autres pays africains, européens et asiatiques. Nos professionnels commençaient à faire leur marque à Wall Street et dans certains des meilleurs marchés, institutions bancaires et de développement au monde. Et nos Lions indomptables et autres sportifs ont brandi le drapeau à travers la planète. Ensuite, tout semblait s’effondrer. Qu’est-ce qui se passe au Cameroun, demanderaient souvent mes collègues des institutions de Breton Woods.

Lire aussi:   Un gouvernement de transition en préparation: Robert Mugabe pourrait démissionner en direct à la ZTV

Une nation ne peut prospérer si elle n’écoute pas sa voix la plus profonde – la vérité collective – pour la guidée. Beaucoup de choses ont mal tourné avec le Cameroun au fil des ans, et nous devrions reconnaitre cette vérité.. Nous ne sommes plus en concurrence avec des pays comme la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Kenya et la Zambie. De plus petites économies comme le Cap-Vert, Maurice, le Rwanda et les Seychelles se sont également précipitées devant nous. Pourtant, aucun de ces pays ne se rapproche du Cameroun – l’Afrique en miniature – en termes de potentiel de croissance et de ses ressources humaines et naturelles.

Le pays est probablement déjà au début d’une transition historique. La session du Parlement de juin 2020 pourrait être la où ça débute et une nouvelle constitution favorable à la paix et à la croissance pourrait être le point de départ. La question, bien sûr, de savoir si certains de nos meilleurs esprits – hommes et femmes de courage et de vision – ont été réunis pour réfléchir et élaborer un document intrinsèquement camerounais, qui s’inspire des traditions respectées qui ont défini la gouvernance avant la colonisation , et mettra les Camerounais sur la voie de la liberté, de la croissance et de la coexistence pacifique.

En refléchissant à cela, mes pensées vont à ma propre ascendance et surtout à mon arrière-grand-père qui était le Fon de son clan mais qui était entouré et se laissait guider par un collège de nobles respectés. Je pense aux mesures qui étaient en place pour assurer l’équité, l’équilibre, la sécurité et la paix dans le village: des tribunaux ouverts pour régler les affaires; la reconnaissance du rôle des esprits pour assurer un comportement éthique collectif et les «cabanes à palabres» où les dissidents et les victimes pouvaient s’exprimer. Nous pouvons trouver et construire des équivalents modernes de ces structures sociales, juridiques et économiques.

Lire aussi:   Affaire KAMTO : Me Claude Assira « l'Etat du Cameroun veut instaurer un climat de terreur »

Le premier projet de nouvelle constitution devrait être déposé devant ce Parlement. Elle devrait consacrer la séparation des pouvoirs, notamment entre l’exécutif et le judiciaire; mettre en place des mécanismes de (responsabilisation) pour les juges et les membres de la profession juridique; faire entendre des voix alternatives au Parlement; garantir des élections libres et équitables à tous les niveaux (c’est ainsi que nous donnons la parole au peuple), et ossifier dans la constitution ce statut spécial pour les régions anglophones et les mesures pour enfin construire un pays bilingue.

La Constitution et l’avenir

Je suis hors du pays et je m’accorde la liberté de penser, sachant que cette liberté n’est pas toujours accessible à mes concitoyens. Je demande votre indulgence (au lecteur) pour cela, mais mes intentions sont pures. Avec une nouvelle constitution, nous commencerons à uniformiser les règles du jeu pour tous les citoyens, à permettre à l’excellence d’être la base d’un nouveau contrat social et à relancer le processus de croissance de l’économie nationale.

Cela nous permettra de fixer de nouveaux seuils pour le pays: en alimentation et nutrition; logement et développement territorial; fabrication industrielle; la technologie; l’intégration régionale (basée sur l’expansion des marchés en Afrique); substitution des importations – produits du bois, textiles, cuir, machines de base, produits pharmaceutiques (herbes et plus); tourisme et culture, etc. C’est mon espoir et la promesse de notre temps. Notre «Afrique en miniature» sera une véritable lueur d’espoir pour le reste du continent, l’endroit qui a lutté pendant trois décennies et plus mais qui a finalement réussi. Est-ce trop demander au gouvernement et au parlement actuels? J’espère que non!

Eric Chinje *

*Leader d’opinion l’auteur est un journaliste émérite qui a roulé sa bosse dans nombre d’institutions financières internationales ainsi que des Ong de promotion des médias africains indépendants et de qualité.

commentaires
Loading...