ALERTE: LA VIE DU DÉPARTEMENTAL MRC DE LA MVILLA Narcisse EVINA LE « BAMILEKE» MENACÉE DE MORT

0 1 336

ALERTE: LA VIE DU DÉPARTEMENTAL MRC DE LA MVILLA MENACÉE

Coupable aux yeux des autorités administratives du Département de la Mvila d’avoir été à Minkan, le village dont le chef a refusé le « don » du chef de l’État de fait en mondovision, « don » constitué d’un seau de chantier, le Départemental MRC de la MVilla, Narcisse EVINA, fait désormais l’objet de menaces graves. Ces menaces sont orchestrées par M. Jacques FAME NDONGO et son homme de main de circonstance, OYONO ADAMS, et mises en oeuvre par Monsieur le Préfet de la MVILLA, M. Marie Syliac MVOGO, lui même.

M. EVINA a ainsi été soumis à un interrogatoire serré de Monsieur le Préfet devant les participants à la réunion de sécurité hebdomadaire dans ses bureaux. Il a ensuite été remis au commandant de la compagnie de gendarmerie qui, à son tour, l’a fait déporter, contre sa volonté, à la brigade de gendarmerie de Ngalan pour une prétendue audition à laquelle il a refusé de se soumettre sans la présence de ses avocats et sans avoir préalablement pris connaissance de la plainte attribuée sans aucune preuve au chef du village Minkan qui, disait-on, pesait contre lui.

Maintenu pendant des heures contre son gré dans cette unité de gendarmerie, ce qui est une torture morale incontestable, voire du terrorisme, car le but ultime était de le contraindre à quitter le MRC ou à le trahir. M. EVINA est finalement ramené devant Monsieur le Préfet en fin de journée sous escorte de Monsieur le Sous préfet d’Ebolowa 1er.

Là, et devant témoins, Monsieur le Préfet va droit au but en accusant M. EVINA de trahir ses frères en soutenant le parti des Bamilekes, des ingrats qu’il dit connaître très bien et qui n’ont aucune chance d’accéder au pouvoir au Cameroun. Passant de menaces, de propos tribalistes inimaginables de la part d’un représentant de l’Etat, à des propositions pour acheter sa démission du MRC ou alors y faire de lui un agent du pouvoir, Monsieur le préfet, tantôt en francais tantôt en patois, ne va lui épargner aucune torture morale et psychologique pour le dissuader de militer au sein du MRC.

Lire aussi:   2018 : POURQUOI BIYA NE QUITTERA PAS LE POUVOIR PAR LES URNES

Pour rappel, en raison de son engagement politique, M. EVINA a déjà subi plusieurs agressions physiques, dont une tentative d’assassinat imputable à son frère cadet qui a déclaré à qui voulait l’entendre qu’il bénéficie de la protection politique du Pr Jacques FAME NDONGO et de celle du Rdpc. La plainte déposée suite à cette affaire dort depuis plus d’un an après dans les tiroirs de la justice.

Pour Jacques FAME NDONGO, le RDPC et certaines autorités administratives en poste dans la Région du Sud, le MRC ne doit y mener aucune activité politique.
Dans ce climat politique malsain créé et entretenu par l’élite RDPC, qui n’a pas le courage d’assumer l’ampleur de son échec dans sa capacité à offrir de bonnes conditions de vie aux populations du Sud, région d’où sont issus les principaux décideurs du régime, Monsieur le Préfet de la Mvila ainsi que les élites RDPC du Département de la MVilla seront tenus pour comptables de tout ce qui pourrait arriver de fâcheux au Départemental du MRC, Narcisse EVINA, et à sa famille qui, elle aussi, est mise sous pression.

Pour avoir dénoncé la terreur politico – administrative que lui font subir Jacques FAME NDONGO, les élites RDPC de la MVILA, sous le commandement opérationnel de Monsieur le Préfet MVOGO, M. EVINA sait qu’à tout moment, ses adversaires politiques peuvent inventer une affaire de toute pièce pour le mettre hors d’état de nuire. Tout en restant confiant et combattif, M. EVINA appelle publiquement les autorités administratives du Département à rester dans leur rôle de représentants de l’Etat, impartiaux et de garants de la loi pour tous.

Lire aussi:   L'ex- commissaire Junior Zogo: "Il y a faux et usage de faux grossier et grotesque sur les signatures  de Paul Biya: Il y a une scène funeste en marche au Cameroun "

Aux élites RDPC, dont l’échec politique est attesté par la misère des populations du Sud, l’état des routes – voir la route Minkan- Mefak- Niangon- Minkan- la sous scolarisation, l’absence d’un véritable tissu économique et industriel malgré près de quarante ans de pouvoir absolu, M. EVINA les appelle à la retenue et à éviter de plonger le pays dans une configuration tribale simplement pour éviter de perdre le pouvoir.

Un Bamileke n’est il pas camerounais ?

Que cette petite élite égoïste du RDPC et ces autorités administratives carriéristes aient le courage de déclarer officiellement que les Anglo- Bamilékés ne sont pas des Camerounais, et donc, doivent se trouver un pays autre que le Cameroun.

Source: Hervé FOUMAN ELLA, militant de base MRC

commentaires
Loading...