Me Sylvain Souop n’est plus

0 104

Dès qu’il me voyait au tribunal militaire au procès du Pr. Kamto, Me Sylvain Souop et Me Emmanuel Simh se précipitaient pour m’embrasser chaleureusement avec ces mots « TU ES LA SEULE, NOUS NE L’OUBLIERONS JAMAIS ». Cher ami, cher frère comme on s’appelait, ta mort est suspecte, elle nest pas seulement suspecte mais elle me plonge dans une peur bleue.

Oui j’ai peur depuis 8h du matin, lorsque sur le plateau d’Équinoxe ce matin à l’émission « on refait le Cameroun  » la nouvelle est tombée j’ai été envahie d’une grosse bouffée de chaleur accompagnée de la chair de poule.

Oui j’ai peur, mais pas pour la mort, car j’ai déjà réglé mon compte avec cette mort.

Oui j’ai peur pour toutes les menaces, agressions morales, psychologiques physiques dont nous faisons l’objet au quotidien par les personnes bien identifiées et en toute impunité.

J’ai peur pour toutes celles et ceux qui se battent pour le bien-être des Camerounais, pour le respect des droits humains, pour les libertés fondamentales, pour un état de droit, pour la démocratie

J’ai peur de la puissance des services de renseignements qui écument nos rues, nos maisons et sont recrutés dans toutes les couches sociales: médecins enseignants, journalistes avocats, taximen, restaurateurs, hommes politiques et j’en passe.

OUI J’AI PEUR CHER AMI ET J’AI RAISON D’AVOIR PEUR ET IL ME SOUVIENT TE L’AVOIR DIT LORSQUE JE T’AI SOUHAITÉ PROMPTE GUÉRISON .

J’AI EU RAISON D’AVOIR PEUR. SI TU ETAIS LÀ TU ALLAIS COMME D’HABITUDE ME DIRE « MAIS NON N’AIT PAS PEUR ILS NE PEUVENT RIEN! »

Lire aussi:   Affaire Vincent Fouda: Sidoine Monkan sacrifiée et relevée de ses fonctions à Vision 4
Maximillienne  Mbe
commentaires
Loading...