Alice Sadio: A travers l’article 246 le régime du renouveau veut déconstruire ce projet d’État-Nation voulu

0 61

ARTICLE 246: LE MAIRE DE LA VILLE EST UNE PERSONNALITÉ AUTOCHTONE…

La notion d’autochtonie, devenue le véritable dada du régime et ses acolytes n’est ni plus ni moins qu’une #trahison du principe de <<PERSONNALITÉ NATIONALE>> contenu dans le préambule de la Constitution du Cameroun.

À travers cette expression « personnalité Nationale », nos aînés et devanciers avaient voulu graver dans la loi fondamentale de notre pays le sacro-saint devoir d’ériger une CONSCIENCE COLLECTIVE CAMEROUNAISE, devant constituer le ciment de la citoyenneté républicaine émancipée des carcans ethnotribaux. Le contenu d’une telle citoyenneté pouvant se résumer en une ÉGALITÉ EN DROITS ET EN DEVOIRS DE TOUS SUR TOUT L’ENSEMBLE DU TERRITOIRE.

Le régime du renouveau par ce projet de loi inique réitère encore de la manière la plus virulente, son intention de déconstruire ce projet d’État-Nation voulu par les pères fondateurs de ce pays.

En langage simple : l’ennemi du Cameroun « un et indivisible » n’est pas celui que l’on montre du doigt. L’ennemi du projet ÉTAT-NATION c’est bel et bien ce système grabataire, englué qu’il est dans la petitesse, l’étroitesse, l’obscurité et la nonchalance de sa « vision » (qui voit rarement plus loin que le bout de son nez).

En somme, ils sont complètement à côté de la plaque, dans une Afrique où les peuples d’en bas revendiquent à cor et à cri l’urgence de la mise en branle de la tactique de jonction des forces et compétences trans-ethiques et trans-nationales des peuples pour avoir droit au chapitre au rendez-vous du donner et du recevoir.

C’est le prix à consentir si nous voulons faire face aux géants occidentaux, asiatiques et arabo-musulmans qui imposent leur donne économique, linguistique et culturelle.

Si déjà nos « républiquettes » bancales pèsent un poids plume dans le concert des géants planétaires, l’on est justement en droit de se demander vers quels quais préhistoriques nous mènera ce bateau ivre de l’autochtonie et de l’allogenie ?

Lire aussi:   Après la présidentielle 2018: La déclaration préliminaire des Évêques du Cameroun

Et le gisement de plus en plus important de cette jeune génération de « métis », issus des liaisons interethniques de plus en plus nombreuses?

Comment et où les classerez vous messieurs ?

Ils (ces « métis » trans-ethniques) sont de véritables non-alignés. Ils sont la force silencieuse qui tisse, anneau après anneau, la promesse salvatrice de la NOUVELLE RÉPUBLIQUE, loin de vos fourberies et menteries politiciennes.

Le « hic et le nunc » est petit, comparé au potentiel CAMEROUN !

Pour sûr donc, la RÉPUBLIQUE (NATION) survivra à cet esprit bassement ethiniciste, tribaliste, et donc arriériste. Car la tribu est un tremplin, non pas une geôle.

En attendant le levé du soleil… #CryMyBelovedCountry.

Alice Sadio, Président Nationale de l’AFP

commentaires
Loading...