Elimby Lobé,moi aussi, je hais ça !

0 38

La stupéfaction est effarante . Le Cameroun est devenu le pays de la barbarie et de l’extrémisme . Aujourd’hui à Sangmelima,des échauffourées ont eu lieu entre les autochtones et les allogènes.

Hier,un homme politique,Elimby Lobé,a franchi le rubicon. En proférant des propos infamants ,haineux et dégradants à l’endroit des militants du Mrc et de leur leader,les taxant d’imbéciles,etc. Il a commis une faute: Politique ;Sociale;Juridique.

La liberté de parole peut -elle s’ériger en matrice ,en provocatrice, en destructrice de l’orthodoxie de nos valeurs sociales et républicaines? Comment ne pas être révolté, soulevé de honte , devant ce qu’est devenu le Cameroun ,dépossédé de lui-même par les prétendues élites: politique et médiatique?

L’idéologie du banal qui prend fait et corps ,nous assène des coups,soit par notre ignorance,soit par notre lâcheté. Les supremacistes,les bellicistes,les barbares,ont assis leurs courants de pensée . Le risque est grand. Le danger aussi.

Nganang victime expiatoire

Dans le discours ,tout le monde affirme veiller sur la cohésion nationale et les droits de l’homme. La législation ( la bien pensante)restrictive ,visait à protéger les membres d’un groupe , contre les appels à la discrimination, à la haine et à la violence. Elle est devenue un outil de répression contre la dissidence d’opinion , un moyen de faire taire les opposants à la pensée unique. Le symptôme du totalitarisme sournois a envahi notre pays. Nous avons un cas d’école: Elimby Lobe et Patrice Nganang.

L’un est censuré et l’autre ,pas! L’opinion veut faire l’aveugle sur le cas Elimby Lobe. Et ceux qui font régner cette dictature qui ne dit pas son nom ,sont ceux qui veulent que le droit à la vie et à la différence soit respecté. Nous devons exiger,l’exclusion d’Elimby Lobe de la scène politique et de tout médium social. Autant nous l’avons fait pour Patrice Nganang.

Lire aussi:   Monsieur le Président de la République, Sa Majesté Paul Biya , je ne vous souhaite pas Joyeux Anniversaire

Nganang est écrasé sans vergogne ,par la meute ,de tous ceux qui devraient être les premiers à veiller jalousement à ce que la liberté de penser et d’exprimer sa pensée soit respectée sans réserve. Tout simplement parce qu’il supportait Kamto. Et parce qu’il a affirmé être Bamileke. Pour Nganang, l’étau s’est refermé sur la parole libre. Sur Elimby,on accorde des circonstances atténuantes.

L’apartheid d’Etat

Ce sont ensuite ,les magistrats ces commissaires politiques, qui doivent maintenant poursuivre ce genre de délinquants d’opinion. Nul besoin d’un 18 Brumaire au Cameroun pour chasser cette mauvaise herbe de l’extrémisme.

Ce qui se passe aujourd’hui, par les saillies,la terreur physique des sycophantes, est du fait que Paul Biya a laissé prospérer l’idéologie des clans dominants. Ces clans dominants n’appartiennent pas à une tribu,mais à une caste. Cette caste se gère et se régénère. L’exemple de l’admission dans les grandes écoles,et autres postes dans la haute administration,parlent d’eux-mêmes. Cet apartheid,est le berceau de l’extrémisme. Inutile de s’en prendre aux simples citoyens,mais au système.

Sourcefacebook: Aimé Mathurin Moussy

commentaires
Loading...