COMMENT LES CAMEROUNAIS S’ARRANGENT AVEC LA TORTURE, LE KIDNAPPING ET LA DICTATURE

0 470

“Il dit qu’on l’a battu avec la machette? Qu’il a pissé du sang? … Nous n’avons là que la version de Longue Longue… Il a demandé pardon, il a compris, rendez-lui alors son passeportl” –

“On a enlevé Fru Ndi? On l’a relaché? Ils l’ont meme escorté? Ce n’est pas lui qui avait dit que s’il était jeune il serait Ambazonnien? En tout cas, c’est entre eux les anglophones là-bas”

Voilà les reactions des camerounais face à deux événements du week-end dernier. Entre ceux qui attendent la version des tortionnaires de Longue Longue, ceux reconnaissent qu’il ne faut pas s’exprimer au Cameroun et ceux qui ont accepté qu’on puisse kidnapper, qu’est-ce qui a foutu le camp chez les camerounais?
Ce dont il n’est plus question ici ce sont les règles et les principes. Au Cameroun les règles et les principes républicains ne sont rappelés que lorsqu’il s’agit de réprimer. Nous sommes dans une société où on pense que “si tu ne m’arranges pas, il ne faut pas me déranger”. Ne dit-on pas à deux camerounais qui ont un problème “allez-vous arranger?” Certains n’ont pas demandé à Kamto d’aller “s’arranger” avec Paul Biya? D’où vient-il que pour beaucoup tout ce qui se passe au Cameroun arrange les Camerounais? Est-ce un modèle issue de la corruption qui est elle-même une forme d’arrangement? La République Camerounaise est une République de petits-arrangements. A quoi nous sert alors le theatre de la République avec ses principes si au final les camerounais sont dans l’arrangement… en dehors de toute règle établie? Sauf qu’il n’y a pas d’arrangement qui soit possible avec les principes qui touchent à l’intégrité physique de l’être humain et encore moins à la vie. A ce stade il ne s’agit plus du Cameroun mais de l’humanité toute entière. Si les Camerounais qui s’opposent à une intervention étrangère pensent qu’ils vont convertir le reste du monde à leur culture des petits arrangements face à la guerre, aux libertés, à la vie et à la mort, bref aux principes memes qui font que nous sommes encore des êtres humains, il est urgent qu’ils se mettent au pas et respectent ces principes dont le respect des resolutions de l’Union Européenne, des Nations Unies et de l’union Africaine. Attendre la version de ceux qui ont battu Longue Longue avec la machette en dit long sur ce que nous sommes devenus.
A ceux qui disent que si Paul Biya est resté 37 ans, c’est parce que ca arrangé les Camerounais, il arrive aussi un moment où ce qui vous a arrangé ne vous arrange plus, un temps où en République les petits arrangements ne sont plus possibles.

Lire aussi:   Me Pensy, un avocat qui a arrêté de penser : lorsque l'on vent sa honte au chien

Source: Jean Pierre Bekolo

commentaires
Loading...