Attente du nouveau gouvernement : le piège des spéculations- comment les lenteurs de Paul Biya paralysent le Cameroun

0 201

Voici l’éditorial politique de  Eric Boniface Tchouakeu le lundi 19 novembre 2018 dont la version audio est diffusée depuis le matin sur les antennes de la Radio Tiémeni Siantou (90.5 FM à Yaoundé et Bafang et sur www.panoramapapers.com, www.shoutcast.com,www.radionomy.com).

Bonne lecture et excellente semaine à tous.

Cameroun/Attente du nouveau gouvernement : le piège des spéculations.

Près d’un mois après la proclamation de sa victoire à l’élection présidentielle du 07 octobre 2018 par le Conseil Constitutionnel et quasiment deux semaines après sa prestation de serment le 06 novembre 2018 pour un 7ème mandat consécutif à la tête du Cameroun, Paul Biya prend son temps pour former un nouveau gouvernement.
C’est une situation à laquelle l’actuel Chef de l’Etat a habitué les Camerounais notamment si l’on prend en compte les dates d’annonce de ses gouvernements aux lendemains des élections présidentielles de 2004 et 2011 qu’il a remporté.
On serait donc tenté de croire en référence à ce passé que c’est généralement en début décembre que les gouvernements de l’après présidentielle organisée en octobre sont rendus publics sous l’ère Biya.
Au regard de ce point de vue, le Président dispose encore du temps. Il fera annoncer au moment qu’il jugera opportun les noms des membres de la nouvelle équipe gouvernementale.

En attendant la fumée blanche, cette fois comme les précédentes les spéculations vont bon train dans l’opinion. Certains qui prétendent être bien informés vont même jusqu’à publier des listes des membres du gouvernement notamment sur les réseaux sociaux.

Contrairement à certains pays de grandes traditions démocratiques dans lesquels la presse et d’autres observateurs avertis sur la base des fuites, dévoilent bien avant leur officialisation et sans généralement se tromper le ou les noms des Ministres, au Cameroun un tel exercice est risqué et même périlleux.
Paul Biya et les membres de son entourage mis au parfum de la formation d’un nouveau Cabinet ont toujours su garder le secret jusqu’à la publication de la liste des membres de l’équipe gouvernementale.
On a même parfois l’impression que ceux qui annoncent avant « sur la base des sources bien informées » une personnalité comme futur Ministre avant la lettre, se sont presque toujours trompés.

Lire aussi:   Mauvais citoyen, au feu !

Cette façon de procéder est même devenue une technique d’élimination des concurrents politiques, prétendants aux fonctions ministérielles.

Cette technique prospère aussi parce qu’il n’y a quasiment aucune personnalité dans la majorité suffisamment influente à elle seule, pour d’une certaine manière s’imposer comme Ministre sans la volonté voire la magnanimité de Paul Biya, simplement sur la base d’un rapport de force politique.
Devant l’absence d’une quelconque démission de membre du gouvernement sortant, tous ceux qui souhaitent rester Ministre et ceux qui aspirent à l’être attendent la décision du Président de la République.

Ils sont les plus concernés par l’attente ; la presse et les citoyens ordinaires n’attendent que pour faire des analyses et autres commentaires après.

Car quelque soit les hommes et femmes choisis, la politique qui sera menée est déjà connue.

Par ailleurs le temps mis pour constituer la nouvelle équipe, loin de laisser transparaître une impréparation, démontre plutôt qu’il ne faut pas espérer de grands bouleversements, l’essentiel des grands artisans de la victoire de Paul Biya à la présidentielle étant demeurés les mêmes.

commentaires
Loading...