LUTTONS CONTRE TOUTE FORME DE TRIBALISME, de MANIPULATION et surtout ; PRESERVONS LES ACQUIS…

0 155
«Oui ils sont transethniques et même transnationaux,  voilà qui est bien dit et bien flatteur sauf que la réalité est que à Bafoussam, à Bafang,  à Bandjoun, à Banganté,  etc…  Personne, aucune édile, n’a construit une stelle pour aucun des ces héros transethniques que tout le monde semble découvrir maintenant. Quand L’UPC qui se réclame de UM,  a voulu lui dédier un monument,  elle n’est pas venu le construire à foumban, L’UPC s’est souvenue que UM Nyobe est originaire de BOUMNYEBEL et elle est allée lui construire un monument à BOUMNYEBEL et cela ne fît aucun problème à personne.
Les héros nationaux,  ils le sont pour des faits politiques : leur a t-on construit des monuments à Yaoundé ? Au nom de quoi faut-il commencer la nouvelle religion (la construction des monuments)  par la construction d’un monument à UM Nyobe chez DOUALA MANGA Bell et sans le consentement de DOUALA MANGA Bell, sachant que DOUALA MANGA BELL est de très loin l’aîné de UM NYOBE ? Pourquoi n’a t-on pas respecté le principe de l’antériorité ? l’ignorance ne peut pas durablement servir les ethnofascistes qui  voient dans cet incident cantonale une résurgence de leurs errements. La liberté d’expression est une valeur absolue mais la bible enseigne que : » tout ce qui nous est permis n’est pas avantageux ; tout ce qui nous est permis ne contribue pas à bâtir « . Avant de prendre la parole, sachons raison gardée connaître. Les BELL  parlent de provocation dans leur court message: puisse cela inspirer une question ?

 

Provocation de qui ? Les BELL se sentent provoqués !  Mais ils se sentent provoqué par qui ?
Les BELL sont sortis à cause de la construction d’un monument : qui construit ce monument ?
Ce n’est pas UM Nyobe qui construit ce monument :donc les BELL n’ont pas de problème avec UM Nyobe en tant que maître d’oeuvre.
Ce n’est pas une ethnie qui construit le monument sur la terre des BELL: donc les BELL ne se sentent pas provoqués par  une quelconque ethnie ; il n’ya donc pas tribalisme.
Les BELL se sentent provoqués par celui qui construit ce monument sur leur terre alors qu’il n’a rien construit sur leurs terres à la gloire de leurs héros, DOUALA MANGA BELL et NGOSSO DIN. Qui construit ce monument ?  C’est la COMMUNAUTÉ URBAINE DE DOUALA.
Donc quand on lit le message du Canton Bell, on se rend compte que les BELL ne sont pas dans un conflit ethnique,  surtout pas dans un conflit contre les bassa: ils sont dans un mécontentement contre l’autorité qui construit sur leurs terres un monument dédié à UM Nyobe alors qu’elle n’a pas encore construit sur ces mêmes terres là,  un monument dédié à leurs héros qui se trouvent être aussi des héros nationaux et en plus prédécesseurs de UM Nyobe.
NOUS SOMMES DANS UN PROBLÈME DE JUSTICE ET DE DOIGTÉ POLITIQUE.
LA JUSTICE veut que le principe de l’antériorité soit respecté. Dans le Canton Bell,  DOUALA MANGA d’abord puis UM.
Le DOIGTÉ POLITIQUE  veut que la construction d’un monument à la gloire de UM Nyobe  sur une terre qui n’est pas sa terre natale,  emporte le consensus des natifs. Telle est la démarche politique que nous impose la complexité sociologique de notre pays : C’est pour cela que nous devons faire très attention au choix des HOMMES appelés à conduire les affaires publiques.
Une fois encore,  les évènements nous montrent que LES DÉCRETS NE FONT PAS LES HOMMES POLITIQUES.»

 

Lire aussi:   Achille Mbembe: INTERNATIONALISATION RAMPANTE DE LA CRISE CAMEROUNAISE

Source: Abel Elimby Lobe 

commentaires
Loading...