Crise d’Ambazonie: le gouvernement perd la guerre

0 930
La crise du Southern Cameroons qui a débuté en 2016 est finalement entrée dans une phase très critique. Le gouvernement de Yaoundé est en difficulté alors que les deux « cubes de sucre » refusent de fondre.Selon une source militaire, de nombreux soldats ont perdu la vie et des centaines d’autres ont été blessés dans la jungle des divisions de Ndian, Manyu et Meme. Les blessés sont vivants et racontent aujourd’hui leurs histoires et beaucoup indiquent clairement qu’il y a quelque chose de mystique dans la façon dont les combattants du Southern Cameroons se conduisent.
Ils sont à court de mots ayant assisté à la mort et à la destruction de l’armée du gouvernement camerounais du Sud. Notre source ajoute que la crise du Southern Cameroons est devenue une affaire pour de nombreux officiers de haut rang, en particulier les généraux et les colonels qui sont directement impliqués dans les efforts visant à faire reculer l’avancée de l’armée sud-camerounaise.
Aujourd’hui, de nombreux soldats camerounais francophones ont peur d’aller se battre dans les régions anglophones agitées, ayant vu le type de blessures que certains de leurs collègues ont subies sur le champ de bataille. Il est maintenant normal que les officiers subalternes soudoient leurs aînés pour qu’ils ne soient pas envoyés au Cameroun du Sud, ce qui dans l’esprit de nombreux soldats est synonyme de mort.
On raconte aussi que le ministre de la Défense du pays, Joseph Beti Assoumou, tire une énorme fortune du chaos qui règne dans le sud du Cameroun. Une source proche de la présidence a indiqué que même le président s’interroge peu à peu sur la logique derrière les combats, car il n’y a pas de lumière au bout du tunnel.
Les responsables du gouvernement camerounais acceptent peu à peu le fait que les deux «cubes de sucre» qu’ils pensaient fondre, ne fondront malheureusement pas de sitôt. La source a ajouté que le gouvernement admettait qu’il avait sous-estimé le rôle que la diaspora du Southern Cameroons jouerait dans tout le processus.
Selon la source, les responsables gouvernementaux sont conscients que si la crise doit disparaître, la diaspora doit être apaisée. Mais pour l’instant, ils ne savent pas à qui s’adresser.
La situation est devenue incontrôlable et il sera difficile de stabiliser la région sans faire la paix avec une diaspora sud-camerounaise de plus de trois millions d’habitants et il est déterminé à donner au gouvernement une bonne course pour son argent.Le coût humain du conflit est stupéfiant. Des soldats et des civils ont été tués dans un conflit qui aurait pu être évité. Le gouvernement a simplement cessé d’annoncer l’assassinat des soldats de l’armée, car cela pourrait avoir un impact énorme sur ceux qui sont envoyés dans les régions anglophones rétives.
De plus, l’annonce de la mort des soldats de l’armée pourrait amener les francophones dociles à poser des questions sur l’essence d’une guerre inutile. Malgré ce silence, les Camerounais francophones deviennent progressivement plus vocaux. Les familles qui n’ont pas vu leurs proches ou entendu parler d’eux ont commencé

à poser des questions sur leur sort.

Lire aussi:   GARGA HAMAN HADJI président de l'ADD: le candidat de la participation
Alors que les blessures physiques pourraient être facilement guéries, les blessures psychologiques pourraient ne jamais disparaître. Beaucoup de soldats de l’armée ont maintenant des problèmes de santé mentale et beaucoup d’entre eux ont été pris dans un cauchemar qui ne disparaîtra pas de sitôt. Pour ceux qui ont tué des civils dans le processus, leur semble être le royaume des larmes. Beaucoup d’entre eux ne peuvent pas dormir et ont du mal à manger.

Au lieu de s’occuper de ces cas, les militaires ont simplement renvoyé certains de ces jeunes hommes de l’armée pour leur permettre de trouver des solutions durables à leur crise psychologique. Mais les décharger de l’armée ne semble pas être une bonne décision. Certains de ces cas psychologiques exposent clairement le gouvernement. Ils racontent les histoires d’agonie qui viennent des fronts de guerre dans les régions anglophones du pays.

BIR et un chef traditionnel
Les blessés permettent au monde de connaître la vérité sur les finances de l’État. Le gouvernement manque manifestement de ressources pour faire face aux victimes d’une guerre qu’il a déclarée à la hâte. Beaucoup de familles touchées par cette situation remettent vraiment en question la sagesse derrière cette guerre insensée.
Mais le plus gros problème du gouvernement n’est pas le blessé physique et psychologique. Il a trouvé un moyen de se débarrasser de ce fardeau. Selon le gouvernement, il suffit de donner de l’argent à la famille touchée et de décharger les personnes blessées de l’armée. Comme le système n’est pas organisé et que les données sont rarement conservées, il est beaucoup plus difficile pour la population de vraiment comprendre la vérité.
Les médias ne sont pas développés et ceux qui se font passer pour des journalistes n’ont pas la capacité financière et intellectuelle de mener des enquêtes qui exposeront clairement le gouvernement. Cela donne au gouvernement le sentiment qu’il est libéré.
Mais l’International Crisis Group et Amnesty International recueillent soigneusement des informations à ce sujet et cela embarrassera sûrement le gouvernement le moment venu. Mais cela semble être la moindre des préoccupations du gouvernement. L’accent est mis sur les fuites de trésorerie qui caractérisent la fonction publique florissante du pays. Les indicateurs financiers du pays sont très bas. Les coffres du gouvernement sont vides et de nombreux ministères n’ont pas les ressources nécessaires pour mener à bien certains des principaux projets inclus dans le budget de cette année.
De nombreuses missions ont été annulées et les hauts fonctionnaires ont été invités à réduire les coûts autant que possible. La crise du sud du Cameroun a frappé le gouvernement comme une tonne de briques. Il y a de la panique dans les cercles gouvernementaux, car les coffres vides représentent des problèmes énormes pour un gouvernement qui n’a pas encore récupéré du coup de poing qu’il a pris au foie.
La Republique du Cameroun’s army chief of staff, General Rene Claude Meka
Son image et sa réputation ont été très malmenées. Son bruit d’avoir l’un des meilleurs militaires sur le continent s’est avéré être un bluff. Les combattants ambazoniens ont mis à l’épreuve leurs troupes jeunes et mal entraînées. Ils ne sont tout simplement pas à la hauteur de ces jeunes combattants anglophones déterminés qui sont déterminés à mener la guerre dans l’est du Cameroun.
Le gouvernement est simplement débordé. Il n’y a plus de ressources et les Français qui ont soutenu son action militaire sont progressivement en train de faire marche arrière. Les Français comprennent que le gouvernement a agité un nid de frelons et il faudra du temps pour qu’il trouve la solution appropriée à ce problème. Même le gouvernement sait maintenant qu’il est sur le long terme et s’il doit mener avec succès cette guerre, il doit alors se tourner vers d’autres sources.
Les Français à eux seuls ne fourniront pas les ressources nécessaires pour faire reculer les différents groupes armés dans les régions anglophones. Ceci est aggravé par la corruption légendaire du gouvernement qui est devenue sa marque de fabrique. Les généraux militaires font du foin pendant que le soleil brille, que le gouvernement se dirige à l’étranger, le chapeau à la main, pour mendier de l’argent pour poursuivre une guerre qui n’était même pas nécessaire.
Soldats camerouanis morts dans le Nord Ouest du Cameroun
Le voyage récent de M. Biya en Chine a été conçu pour lui permettre de parler avec douceur les Chinois en lui donnant de l’argent afin qu’il puisse rencontrer ses engagements domestiques.
Mais les Chinois, réputés pour leur savoir-faire et leur intelligence, ont soigneusement dirigé tout vers la coopération commerciale et bilatérale.
Ils comprennent que le gouvernement de Biya est un trou sec profond. Ils ne sont tout simplement pas intéressés à verser leur argent dans une entreprise qui ne donnera jamais de dividendes. On a peut-être promis à M. Biya beaucoup de choses, mais il sait que ce sera une tâche ardue pour lui d’obtenir de l’argent gratuitement des Chinois qui subissent eux-mêmes des difficultés financières, d’autant que l’économie mondiale est confrontée à des défis difficiles.
Le gouvernement de Biya est clairement sur le pied arrière. Ses ressources décroissantes gardent les fonctionnaires du gouvernement éveillés toute la nuit. Les combattants d’Ambazonian doivent juste continuer à faire pression sur le gouvernement vieux et malade et il va se fissurer très bientôt. Avec sa trésorerie à court d’argent, il est clair que les fonctionnaires vont bientôt descendre dans la rue pour réclamer le paiement de leurs salaires. Si cela se produit, même les Francophones dociles se joindront aux Camerounais du Sud pour embrasser le gouvernement imprudent et inefficace de Yaoundé. L’écriture est clairement sur le mur et avec des élections qui se profilent en grand, le gouvernement sait que cette année pourrait être la dernière.
Il aurait pu organiser des élections sénatoriales qui, bien sûr, ne représentent rien.
Mais les élections parlementaires et présidentielles seront sûrement un test difficile pour un gouvernement à court d’argent. Les combattants d’Ambazonian sont prêts à perturber les élections. Le gouvernement n’a pas la capacité militaire et policière nécessaire pour assurer la tenue des élections dans tout le pays. Boko Haram est également en train de bousiller les choses dans le nord et les combattants de la République centrafricaine sèment le chaos dans l’est. Il est clair que le gouvernement a beaucoup à faire. Sa meilleure option, selon les experts politiques, est de demander la paix. Mais son arrogance légendaire lui permettra-t-elle de faire la bonne chose?
Le Cameroun est sur un chemin dangereux. La communauté internationale ne peut pas continuer à détourner le regard alors que cette bombe continue de faire rage. Si le monde n’agit pas vite, la bombe pourrait exploser et cela fera tomber toute la région de l’Afrique centrale.
Un groupe de réfugiées camerounaises dans le village nigérian de Bashu le 31 janvier 2018
Le Camerounais ordinaire, qui est une victime innocente, appelle la communauté internationale à aider à le protéger contre son protecteur – le gouvernement – qui a mutilé et tué son propre peuple. Si la communauté internationale n’intervient pas très vite, le Cameroun finira par être une autre affaire de basket dans un continent qui a eu plus que sa juste part de chaos.
Jay Yonkers Ndoh
commentaires
Loading...