Anglophone crisis/Crise Anglophone: The disturbing elimination of politics, et de la militarisation rampante de l’espace public

0 370

Anglophone crisis: The disturbing elimination of politics, the gradual putting in place of some provisions of the Constitution, laws and the rampant militarization of the public space.Crise Anglophone:After the tragic events on the 1st of October 2017 in the Anglophone regions of Cameroon, which of course could have been avoided by the Government, the Minister Delegate at the Presidency in charge of Defense (MINDEF) on Wednesday 11th October 2017 issued a communiqué announcing the holding of a meeting on October 12th 2017 at Buea, in the South-Western Region. De l’inquiétant effacement du politique, de la mise progressive de la Constitution et des lois entre parenthèses et de la militarisation rampante de l’espace public.Après les tragiques développements de la crise anglophone du 1er octobre 2017, qui auraient pu être évités par le Gouvernement, le mercredi 11 octobre, le Ministre Délégué à la Présidence de la république chargé de la Défense (MINDEF) a rendu public un communiqué.

After the tragic events on the 1st of October 2017 in the Anglophone regions of Cameroon, which of course could have been avoided by the Government, the Minister Delegate at the Presidency in charge of Defense (MINDEF) on Wednesday 11th October 2017 issued a communiqué announcing the holding of a meeting on October 12th 2017 at Buea, in the South-Western Region.

 

Anglophone crisis: The disturbing elimination of politics, the gradual putting in place of some provisions of the Constitution, laws and the rampant militarization of the public space.

After the tragic events on the 1st of October 2017 in the Anglophone regions of Cameroon, which of course could have been avoided by the Government, the Minister Delegate at the Presidency in charge of Defense (MINDEF) on Wednesday 11th October 2017 issued a communiqué announcing the holding of a meeting on October 12th 2017 at Buea, in the South-Western Region. The meeting grouped Military officers from the Ministry of Defense, Security Forces, and Governors of both the North-West and South-West Regions of Cameroon.. The purpose of this conclave was to evaluate “the functioning of the Defense forces on the ground and for them to be on alert and react where necessary, in the spirit of maintaining law and order” in these regions.

In a context where, whatever security officials do, the regime’s overzealous pundits will say, the country is essentially faced with a crisis arising from political demands of the population, this communiqué emanating not from the Minister of Territorial Administration and Decentralization (MINATD) or even the Minister of Justice, but the Ministry of Defense (MINDEF) puzzles any attentive observer. Its suspicious if the Minister of Defense is concerned with “respect for the law and order” instead of administrative authorities and their support services, which are the institutions responsible for internal security in a country, all Republicans Democrats need to worry.
At the end of the in-camera meeting between the Minister of Defense and the country’s high-ranking military officials, including the heads of internal security (according to the state media report) it became apparent that Cameroon is faced with “Rebels and Terrorist movements”.

A message from the Second Joint Military Command (RMIA2), dated 12th October 2017, restricted to be circulated, curiously from a “credible source”, and widely spread on social media, talked of an imminent threat, of an attack on our country, in connection with the anglophone crisis, by former American Marines, in complicity with certain “high level personalities still on duty”, with the aim of preventing the holding of the 2018 elections.
These facts, considered together, are all the more worrying because they allow us to assess differently, the extreme militarization of the two English-speaking Regions, the disproportionate use of force and lethal weapons used on 1st October 2017 against unarmed civilian populations despite attempts by the Government to make people believe that the country is at war and that the army is faced with an enemy.

Lire aussi:   Cameroun la représsion en marche: NEUFS DÉTENUS POLITIQUES AU SED CONDUITS EN CATIMINI AU TRIBUNAL MILITAIRE CE SOIR

As we have noted, the President of the Republic deserted the country after his inopportune appearance in the 72nd session of the UN General Assembly in New York, whereas his country was in total crisis and uncertainty. His desertion is a disregard of the political problems and failure in the management of the crisis in the Northwest and Southwest Regions. He shall remain, however, constitutionally in office as long as the Supreme Court-Constitutional Council has not declared the vacancy of power.

However, there is an abusive and rampant militarization of the Northwest and Southwest regions, with the curious involvement of the army in the political issues, not forgetting that fierce messages that put the army on alert, not against foreign enemies operating on the national territory but against Cameroonians.
The Cameroon military cannot be in a state of war against its own unarmed population!
Article 9 of our Constitution provides that:

“1 – The President of the Republic may, if circumstances so require, declare by a decree a state of emergency conferring special powers on him under the conditions laid down by law.

2 – The President of the Republic may, in the event of a serious peril threatening the integrity of the territory, life, independence or the institutions of the Republic, declare by a decree a state of emergency and take any measures he deems necessary. He shall inform the nation thereof by message.”

These legal conditions have not been met in the context of the Anglophone crisis.
Even if the country had been in a state of war, Article 34 of Presidential Decree No. 83/540 of 5 November 1983 on the organization of the Armed Forces and its Command, shall deal with duties of the Armed Force Chief of Staff (CEMA): which stipulates that in times of crisis, the Head of State can be appoint through a Presidential Decree, a General Chief of Staff of the Armed forces (CEMGA). In this case he “directly assists the President of the Republic in the exercise of his constitutional duties as Chief of the Armed Forces. The President may give him the command of military operations “. Then, in accordance with Article 8 (2.a) of Decree No. 2001/180 of 25 July 2001 on the reorganization of the territorial military command, “[i] t takes under his authority each in its specificity: the Gendarmerie forces; security Forces; fire fighters”.

Why does the Minister of Defense act as the General Chief of Staff of the Armed Forces? even though the country is not at war, to the point of bringing together central and territorial officers of the defense forces and the two governors of the North-West and South-West Regions of Cameroon, in order to evaluate “the functioning of the various ground operations, in order to maintain law and the ‘order’? Did he do it out of ignorance of the Constitution and laws of the Republic? Why does he think that we cannot worry about such an approach that also openly violates the laws and gives the impression that the situation is being taken care of by the Defense forces?
In any case, I call on the militants and sympathizers of the Cameroon Renaissance Movement (CRM) and all democratic forces to remain extremely vigilant in this context where the Anglophone crisis has revealed no consideration for a political solution and where some groups may no longer be able to express certain inclinations.
The National President
Maurice KAMTO
Yaounde, 22nd October 2017

Lire aussi:   L'abbé Abbé Dieudonné Nkodo, le bon samaritain de l'ex- ministre Atangana Kouna

Crise Anglophone: De l’inquiétant effacement du politique, de la mise progressive de la Constitution et des lois entre parenthèses et de la militarisation rampante de l’espace public.

Après les tragiques développements de la crise anglophone du 1er octobre 2017, qui auraient pu être évités par le Gouvernement, le mercredi 11 octobre, le Ministre Délégué à la Présidence de la république chargé de la Défense (MINDEF) a rendu public un communiqué. Celui-ci annonçait la tenue le lendemain 12 octobre 2017 à Buea dans la Région du Sud-Ouest, d’un conclave avec les responsables centraux et territoriaux des forces de défense et de sécurité et les gouverneurs des deux Régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. Ce conclave avait pour objectif d’évaluer «le fonctionnement des divers dispositifs sur le terrain pour les adapter le cas échéant à l’aune du respect de la loi et de l’ordre».

Dans un contexte où, quoi qu’en disent les sécurocrates, les faucons et les idéologues du régime, le pays est confronté essentiellement à un problème de maintien de l’ordre découlant de revendications politiques des populations, ce communiqué émanant non pas du Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation (MINATD), voire du Ministre de la Justice, mais du MINDEF, laisse perplexe tout observateur attentif. En effet, lorsque la Défense se préoccupe «du respect de la loi et de l’ordre» en lieux et places des autorités administratives et de leurs services d’appui que sont les institutions en charge de la sécurité intérieure dans un pays, tous les républicains démocrates doivent s’en inquiéter.

Au terme de cette rencontre à huis clos entre le Ministre de la Défense et les hauts gradés du pays, y compris les chefs de la sécurité intérieure – selon le compte rendu fait par les médias d’État – il est apparu que le Cameroun ferait face à «un mouvement insurrectionnel et terroriste».

Un message de la Deuxième Région Militaire Interarmées (RMIA 2), daté du même 12 octobre 2017, à diffusion restreinte, mais curieusement en large diffusion désormais sur les réseaux sociaux, annonçait, sur la base «d’informations digne de foi», l’imminence de la menace de l’attaque de notre pays, en liaison avec la crise anglophone, par d’anciens éléments des Marines américains, en complicité avec certaines «personnalités en poste», dans le but d’empêcher la tenue des élections de 2018.

Ces éléments mis ensemble inquiètent d’autant plus qu’ils permettent de voir sous un nouveau jour, l’extrême militarisation des deux Régions anglophones, le recours disproportionné à la force et aux armes létales observé le 1er octobre face à des populations civiles non armées et les tentatives maladroites du Gouvernement de faire croire que le pays est en guerre et que l’armée fait face à des combattants ennemis.

Comme nous l’avons relevé, le Président de la République a déserté le pays après sa participation inopportune et donc politiquement irresponsable à la 72ème session de l’Assemblée générale de l’ONU à New York, alors que le pays entrait dans une zone d’incertitude totale. Cette désertion a consacré l’effacement du politique dans la gestion de la crise dans les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Il demeure cependant, constitutionnellement, en fonction tant que la Cour suprême-Conseil constitutionnel- n’a pas déclaré la vacance du pouvoir.

Lire aussi:   la directrice générale de l’hôpital de la CNPS Anne Njom Nlend invite a plus de sérieux M. MANAOUDA Malachie, Ministre de la statistique du covid-19

Cependant, l’on observe une militarisation rampante qui, outre le curieux engagement de l’armée dans la crise politique qui secoue les deux Régions, s’infiltre par des messages de nature à mettre l’armée en état d’alerte, non pas contre des ennemis extérieurs opérant sur le territoire national, mais contre les populations camerounaises.

Le Cameroun ne peut être en état de guerre contre sa propre population non armée!

L’article 9 de notre Constitution dispose que:

“1- Le Président de la République peut, lorsque les circonstances l’exigent, proclamer par décret, l’état d’urgence qui lui confère des pouvoirs spéciaux dans les conditions fixées par la loi.

2- Le Président de la République peut, en cas de péril grave menaçant l’intégrité du territoire, la vie, l’indépendance ou les Institutions de la République, proclamer, par décret, l’état d’exception et prendre toutes mesures qu’il juge nécessaires. Il en informe la Nation par voie de message.”

Ces conditions juridiques n’ont pas été remplies dans le contexte de la crise Anglophone.

Quand bien même le pays aurait été en état de guerre, l’article 34 du décret présidentiel N°83/540 du 05 novembre 1983 portant organisation du Ministère des Forces Armées et du Commandement qui traite des compétences du Chef d’état-major des Armées (CEMA) en temps de crise dispose que celui-ci peut être nommé par décret présidentiel, Chef d’état-major Général des Armées (CEMGA). Dans ce cas il «assiste alors directement le Président de la République dans l’exercice de ses fonctions constitutionnelles de Chef des Forces Armées. Le Président peut lui confier le commandement des opérations militaires». Puis, conformément à l’article 8 (2 a) du décret N°2001/180 du 25 juillet 2001 portant réorganisation du commandement militaire territorial, «[il] prend sous son autorité chacun dans sa spécificité: les Forces de la Gendarmerie Nationale; les Forces de la Sûreté Nationale; les Groupements des Sapeurs Pompiers».

D’où vient-il donc que le Ministre de la Défense agisse en Chef d’état-major général des Armées, alors même que le pays n’est pas en guerre, au point de réunir les responsables centraux et territoriaux des forces de défense et de sécurité et les deux gouverneurs des Régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, afin d’évaluer «le fonctionnement des divers dispositifs sur le terrain pour les adapter le cas échéant à l’aune du respect de la loi et de l’ordre» ? L’a-t-il fait par ignorance de la Constitution et des lois? Comment ne pas s’inquiéter d’une démarche qui viole aussi ouvertement la loi et donne l’impression d’une prise en main de la situation par la Défense?

En tout état de cause, j’appelle les militants et sympathisants du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) et toutes les forces démocratiques à rester extrêmement vigilantes dans ce contexte où la crise anglophone a révélé au grand jour l’effacement du politique, et où quelques officines peuvent ne plus être à même de refouler certaines velléités.

Le Président National
Maurice KAMTO
Yaoundé le 22 octobre 2017
www.mrcparty.org

commentaires
Loading...