FIN DU FORUM DE LA DIASPORA PATRIOTIQUE CAMEROUNAISE: QUE RETENIR…..

0 767

 

FORUM DE LA DIASPORA PATRIOTIQUE CAMEROUNAISE FORUM DE LA DIASPORA PATRIOTIQUE CAMEROUNAISE 
COMMUNIQUE FINAL : 

Le « Cameroon Diaspora Forum – Paris 2017 » s’est tenu à Paris les 13, 14, 15 Octobre sur le thème « Stratégies et organisations de la diaspora pour un changement durable et libérateur au Cameroun ». Le Forum a rassemblé de délégués venus de France, de Côte d’ivoire, de Belgique, des Etats-Unis, d’Allemagne, d’Angleterre, du Canada, avec comme invités venus du Cameroun, MM. Elimbi LOBE et Cabral LIBII, leaders d’opinion, ainsi que la participation du Dr Christophe FOMUNYOH. 

Les participants au Forum, après des débats francs et fraternels portant notamment sur : – La crise anglophone – Les élections en général et l’échéance électorale de 2018 en particulier, – La contribution de la diaspora pour une alternative durable et libératrice au Cameroun. ont adopté sur ces sujets des résolutions séparées qui seront publiées dans les meilleurs délais.

Toutefois, dans le contexte de la situation socio-politique actuelle dans le pays et principalement dans le cadre de la crise anglophone, le Forum de la Diaspora Patriotique Camerounaise :
1. Manifeste son soutien indéfectible aux populations du Nord-ouest et du Sud-Ouest, dans leur lutte pour un Cameroun meilleur et pour la résolution des problèmes qu’elles posent depuis plusieurs décennies.

2. Dénonce les tueries, les arrestations arbitraires et toutes les formes d’exactions contre les populations pacifiques.

3. Exige la libération immédiate et sans conditions de toutes les personnes arrêtées dans le cadre de cette crise.

4. Appelle le régime en place à ouvrir le plus tôt possible un dialogue national inclusif de toutes les forces politiques et sociales du Cameroun, au départ de la question anglophone, pour régler la question institutionnelle au Cameroun.

Lire aussi:   Plus chef de tribus que chef de l'État

5. Appelle toute la diaspora camerounaise à se mobiliser massivement par toute action démocratique possible le 21 octobre 2017, en soutien aux populations réprimées du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
Afin de réaliser les objectifs fixés au cours de ce forum, un Comité provisoire de Suivi des résolutions du Forum de Paris 2017 a été mis sur pied avec des missions précises, pour rendre plus efficace la contribution de la diaspora patriotique camerounaise à un changement durable au Cameroun, en appoint des forces politiques et sociales intérieures.
Fait à Paris le 15 octobre 2017
Le FORUM

 

FORUM DE LA DIASPORA PATRIOTIQUE CAMEROUNAISE 
RÉSOLUTION SUR LA « CRISE ANGLOPHONE » :

Nous, de la Diaspora Camerounaise, réunis aujourd’hui le 15 octobre 2017 à Paris (France), sous le nom de Diaspora Patriotique Camerounaise, après avoir échangé sur la Crise Anglophone au Cameroun, avons convenu de ce qui suit :

Conscient de la complexité de l’évolution historique des relations entre l’ex-Cameroun Oriental et l’ex-Cameroun Occidental qui constituaient ;Reconnaissant l’existence d’un problème « anglophone » dans le contexte actuel de la République du Cameroun ;Fortement préoccupés par le niveau de violence et d’injustice que subissent nos frères et sœurs de l’autre rive du Moungo ;Meurtris par les tueries perpétrées sans discrimination dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest par les supposées  forces de l’ordre ;Conscients du désir des populations de l’ex-Cameroun Occidental de se libérer de la tutelle du régime actuel ;Déterminés à construire une nation juste fondée sur le respect de la loi et dans laquelle les citoyens peuvent librement et pacifiquement s’exprimer sans crainte de répression ;

Lire aussi:   Le régime Biya est tombé si bas ...


1. Rappelons au Gouvernement Camerounais que la liberté de se rassembler et de protester paisiblement est un droit humain et un des principes fondamentaux d’une société démocratique ;

2. Condamnons avec véhémence l’usage excessif de la force contre des civils non-armés dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ;

3. Demandons au Gouvernement Camerounais d’assumer ses responsabilités en prenant en charge toutes les victimes de la violence des forces de sécurité qui sont encore sous traitement et en indemnisant les familles des héros qui ont perdu la vie dans le cadre de cette crise ;

4. Demandons à la communauté internationale (Nations Unies, l’Union Européenne, l’Union Africaine) d’assurer le suivi de l’effectivité d’une enquête indépendante sur les massacres commis dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest le 22 septembre et le 1er Octobre 2017 ;

5. Demandons au gouvernement Camerounais la libération immédiate et inconditionnelle de toutes les personnes arrêtées durant cette crise et l’octroi d’une amnistie inconditionnelle à tous les leaders anglophones en exil du fait de la crise ;6. Demandons la mise sur pied immédiate d’une commission crédible constituée des membres du gouvernement et des membres du leadership anglophone pour initier un dialogue sur le problème anglophone ;

 7. Demandons au gouvernement Camerounais de prendre immédiatement des mesures pour convoquer une conférence nationale inclusive pour le dialogue sur les problèmes qui minent le Cameroun avant les prochaines élections ;

8. Condamnons toute forme de violence, d’où qu’elle vienne, comme moyen de résoudre le problème anglophone ;

9. Demandons la démission immédiate de Mr Okala Bilai, gouverneur de la région du Sud-Ouest, pour ses propos dérogatoires à l’endroit des populations qu’il gouverne ;

Lire aussi:   Après sa libération : Le comité de soutien à Patrice Nganang dénonce sa déportation

10. Demandons une enquête spéciale et indépendante sur le rôle supposé du Maire de Buea, Mr Patrick Ekema, dans la violence et la brutalité subie par les populations de la Région du Sud-Ouest ;

11. Demandons des sanctions immédiates et exemplaires contre les personnes qui utilisé dans les médias un langage dérogatoire pour se référer aux populations du Nord-Ouest et du Sud-Ouest en les ciblant pour la répression;

12. Demandons au Gouvernement camerounais de prendre des mesures concrètes pour criminaliser toute forme de stigmatisation verbale ou écrite ;

13. Condamnons avec véhémence les méthodes dictatoriales d’intimidation déployées par certains membres du gouvernement pour empêcher le libre débat sur la crise anglophone dans les  médias au Cameroun (par exemple, M. Issa Tchiroma, M. Fame Ndongo, Mr Laurent Esso, etc.)

14. Plaidons pour une rencontre sein de la diaspora camerounaise entre les patriotes d’expression française et les patriotes d’expression anglophone en vue du dialogue sur les actions conjointes ;

15. Recommandons, à titre de geste de solidarité, que les Camerounais d’expression française fassent une levée de fonds  pour soutenir les victimes de la brutalité des forces de l’ordre ;

16. Invitons la diaspora camerounaise (surtout celle d’expression française) à se mobiliser pour une marche de solidarité et de soutien aux frères et sœurs de l’autre rive du Mungo,

17. Invitons tous les leaders d’opposition et tous les patriotes camerounais à se mobiliser pour prendre part à la marche qui aura lieu à Douala le 21 octobre 2017 en soutien au populations des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest;

Fait à Paris le 15 octobre 2017
LE FORUM 

commentaires
Loading...